3 commentaires sur “« Le blogue de l’édito » de Pratte-à-claques Premier, prise 1

  1. Pingback: « Le blogue de l’édito , prise 2: l’arnaque de Pratte-à-claques « la page à papi

  2. Je me demande si , juste pour voir , une pareille incitation a la haine, si elle était dénoncé a la sureté du Québec qu’ est que ça ferait?
    La plainte pourrait-elle être retenue pour ensuite avoir enquête et poursuite future.

  3. J’ai toujours affirmé que Cyberpresse joue avec le feu en publiant de pareilles âneries. Je sais que les grands spécialistes du droit qui sévissent en Antagonistan (le respectale Picotte et le pouloutissime plaideur) ne seront pas d’accord, mais les articles 318 et suivants du Code criminel prévoient des peines d’emprisonnement pour la publication de propos haineux.

    La Loi entend par propos haineux des mots susceptibles de susciter la haine des personnes appartenant à un groupe identifiable.

    Serge Côté s’en prend sans distinction à tous ceux dont la religion n’est pas le christianisme et dont l’origine ethnique n’est pas celle des « peuples fondateurs » du Canada.

    Or les peuples fondateurs, sont-ce les Britanniques et les Français? Pantoute. Les Inuit, les Cris, les Algonquins, etc, étaient là bien avant.

    = = =

    La charge contre les immigrants en général, aussi inintelligente soit-elle, ne vise aucun groupe en particulier.

    Mais il y a une charge plus ciblée, contre les musulmans qu’il ne faudrait plus intégrer dans l’armée canadienne.

    Cet imbécile ne doit pas savoir que les musulmans d’Afrique du Nord ont contribué à libérer la France… et à battre l’Allemagne nazie, coupable de tant d’atrocités envers les Juifs.

    = = =

    La charge est-elle suffisamment ciblée pour constituer un acte criminel? Un accusé bénificie du doute raisonnable.

    Anyway.

    Cyberpresse n’en est pas moins fautive et négligente. Le jugement rendu par madame le juge Blondin dans l’affaire Corriveau dans un dossier civil ne peut recevoir application dans un dossier criminel, mais le message lancé n’en est pas moins clair: quand un organe de presse impose une nétiquette, il a l’obligation de la faire respecter.

    Peut-être des associations de citoyens de confession musulmane auraient-ils un recours contre Serge Côté (pas nécessairement solvable), et contre le Groupe Gesca?

    Si j’étais Guy Crevier, l’éditeur, je m’assurerais que de telles bavures ne soient plus tolérées à l’avenir. Ce ne sont plus des coups de baguette en papier-soie du Conseil de presse qu’il s’agit, mais d’un jugement de la Cour supérieure.

    Bref, je parlerais dans le blanc des yeux aux 45 ou 50 blogueurs de Cyberpresse, et je mettrais mon poing sur la table!

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s