8 commentaires sur “Bastarache, ou le long cortège des bouffons!

  1. Tu vois les choses comme elles sont, David.

    Pas un procès, toutefois, mais un long exercice, payé à même les fonds publics, destiné à démolir la crédibilité de Bellemare dans le cadre d’un procès intenté par Charest contre Bellemare.

    Le pire, c’est que je ne pense pas que le procès aura lieu (Charest c. Bellemare et aussi Bellemare c. Charest); des dossiers de diffamation, j’en ai pilotés quelques-uns, pour des montants dépassant parfois le quart de million, et je me doute que des assureurs sont peut-être impliqués, pour propos tenus dans l’exercice des fonctions (du moins dans le cas de Jean Charest).

    Les intérêts de l’assureur et ceux de l’assuré ne sont pas nécessairement convergents. L’assureur n’en a rien à foutre de la réputation de X ou de Y; il cherche à limiter les dommages qu’il pourrait devoir payer. Et c’est là que le tordage de bras commence à jouer.

    Ce tordage de bras peut-il jouer ici? Je ne sais pas.

    Mais je pense néanmoins que les deux procès (l’un contre l’autre et l’autre contre l’un) vont se terminer par un règlement hors cour un peu beaucoup à l’initiative du juge qui aura été saisi du dossier (ça se fait bien avant le procès, maintenant!).

    = = =

    @lizzie

    Au moins 3 stylos? Hum… Moi, c’était 2 ou 3 par veston, et au moins 3 ou 4 par porte-document. Sans compter la vingtaine qui trainaient dans mes tiroirs.

    Poser la question à Bellemare au lieu de faire déterminer au moyen d’une expertise, ça aurait coûté $1 (la transcription par la sténographe).

    Bof…

  2. Le gars est expert en datation de l’encre de stylo et il est incapable de dater 3 encres différentes ?

    bravo l’expert.

  3. ManiHack

    À première vue, ça peut surprendre. Mais j’ai entendu le gars réciter son CV et son expérience professionnelle, et il me semble parfaitement qualifié.

    Me semble avoir entendu au bulletin de nouvelle de la SRC une entrevue avec une chimiste qui m’a semblé aller dans le même sens. J’en suis surpris mais bon, ça fait 2 en 2…

    Et c’est pas faute d’avoir moi-même fait témoigner des experts capables de faire la preuve d’un faux. Souvent, je le reconnais, davantage par l’examen du support papier que de l’encre.

    Je suis loin d’être chimiste. Mais si j’ai bien compris, certaines encres sont luminescentes, d’autres pas, et cela pourrait être un facteur. Pourrait…

    J’ai l’impression (intuitivement) qu’une fois déposée sur le papier, les propriétés de l’encre vont va

  4. Pendant le témoignage de l’expert je me demandais constament pourquoi la commission avait décidé de le faire témoigner malgré les résultats métigé de l’expertise.

    J’ai trouvé ma réponse sur le blogue de l’Astidastineux, le Gentil blogue.

    Le piège à con. http://gentiblogue.blogspot.com/2010/09/un-autre-piege-cons-se-referme.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Gentiblogue+%28Gentiblogue%29&utm_content=Google+Reader

  5. @papitibi, vous l’écrivez-vous même, pour ne pas avoir renoncé à faire témoigner l’Expert ?

    Il est TOTALEMENT impossible qu’aucun des avocats officiels de la Commission et les 3 de Charest n’aient prit connaissance au préalable des résultats de ce même Expert en datation et le faire venir quand même ?? Comme dirait un expert en perronismes, y’a encrier sous roche !
    ***
    Cyberlou, merci pour ce lien et pour votre commentaire,

  6. @Cyberlou et Gentil Astineux

    Réponse sur Gentilblogue. Et réponse plus spécifique au questionnement de Gentil Astineux, sur son blogue, il y a quelques minutes. Je la répète ici:

    Il y a eu erreur grossière au niveau de la préparation; cette erreur provient de l’équipe des avocats de la Commissio, pilotée par Me Battista.

    Avant de réserver une journée complète au témoin Brazeau, ils auraient dû vérifier auprès de lui s’il serait en mesure de « livrer la marchandise » (crucifier Bellemare).

    Manifestement, ils n’ont pas fait leurs devoirs.

    Ça sent l’improvisation. L’équipe de Me Battista donne l’impression d’avoir demandé à Brazeau de réagir sur un 10 cennes, et de pondre un rapport très rapidement, avant de partir à l’étranger pour une période d’un mois. Ils ont donc réservé la date du 15 à Brazeau, sans même savoir ce qu’il aurait à dire.

    Et ils ont reçu le rapport trop tard pour pouvoir réagir, annuler son témoignage et réorganiser l’horaire de la Commission.

    = = = = =

    Dans ma carrière de plaideur, j’ai assigné des centaines de témoins experts mais dans tous les cas, j’étais en possession de leur rapport écrit depuis des mois, sinon des années. Et dans certains cas, surtout quand j’agissais en défense, j’ai renoncé à produire le rapport que j’avais commandé, et renoncé à faire témoigner mon expert. Ça arrive que l’expert nous « chie » dans les mains et nous fasse un rapport dont les conclusions nous déplaisent.

    Sauf que quand ça arrive, l’avocat a le temps de réagir.

    Devant la Commission, en raison de l’horaire chargé du témoin Brazeau, les avocats de l’équipe Battista ont été dans l’obligation de lui réserver une journée AVANT même de savoir si ce témoignage pouvait leur être utile.

    C’est ça qui arrive quand tu improvises.

    Ça t’éclate dans la face.

    Alors je dis: travail d’amateurs!

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s