79 commentaires sur “Jean-Luc Proulx: His master’s voice – la voix de son estomac

  1. « Oui, je mange du poulet fris »

    Et de la poule frise, avec cela ?…

    Laisser les enfants choisir leur alimentation, autant dire leur malbouffe. Pourquoi ne pas les élever dans une confiserie tant qu’à y être ?

    Ce type n’est plus à droite ni à gauche, mais bien en dessous, au cinquième sous-sol, loin de la lumière et de la clarté du jugement…

    Il veut simplement provoquer et faire parler de lui,, comme les deux …able, le …wood et les autres brillants …tiles. C’est contagieux, cette atttitude, Monsieur Proulx ? Et ça se transmet par Internet en plus ?…

  2. L’ingestion de malbouffe, si elle ne cause pas un décès prématuré, est plus que susceptible d’entraîner des maladies chroniques avec des effets fort désagréables, laissant une qualité de vie fort peu attrayante.

    Sur une note plus « fielleuse », ladite malbouffe pourrait faire l’objet d’une promotion intense et judicieuse dans certains pays afin que leur population finisse par être subjuguée et par la suite abondamment gavée de glucides malfaisants, ce qui constituerait à coup sûr une arme de destruction massive. Est-ce que McDo serait l’ultime conquérant de la planète?

  3. J’ai inséré le commentaire suivant dans le billet précédent : « blogadroiteux… »

    Je le pense pertinent ici également.

    « Pourtant, en Russie, quand McDonald est arrivé et encore aujourd’hui, il est plutôt le symbole de la liberté, principalement celle de choisir ce que l’on mange. »

    Il y a eu de minirévolutions contre McDo depuis…

    Petite note historique :

    Quand McDonald, cet Irlandais, a ouvert son débit de malbouffe à Moscou, place Pouchkine, son premier dans ce pays, c’était l’endroit où les Moscovites pouvaient se taper du boeuf au prix le moins cher, car l’élevage de bovins était encore rare en Russie à cette époque précoce de la Perestroïka. Il a fallu à George A. Cohon 14 ans de travail de persuasion acharné, de mise en production de fermes bovines et de l’aide de McDonald’s Canada (Tim Horton en est encore vert de jalousie) pour que l’implantation de McDo en Russie soit possible.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/McDonald's

    Anecdotes intéressantes ici :

    http://www.bakchich.info/McDo-en-russie-la-faucille-et-le,10011.html

    Toutes les péripéties ici :

    http://www.lexpress.fr/informations/les-tribulations-de-mc-do-en-russie_614923.html

  4. @Mangouste

    L’une de mes nièces, aujourd’hui âgée de 39 ans, avait participé il y a un quart de siècle à un programme d’échanges culturels entre l’URSS et le Québec: tous ces jeunes étaient soit des joueurs de hockey, soit membres de divers clubs de patinage artistique.

    Ce qui lui a permis d’offrir sa prestation au Palais des sports de Moscou et à St-Pétersbourg (alors Leningrad).

    Expérience inoubliable, à plus d’un égard. Mais plutôt traumatisante par ailleurs. L’un des jeunes s’est fait confisquer sa caméra et avait été soumis à un interrogatoire, pour avoir pris en photo des avions stationnés à l’aéroport. Sale espion à la solde de l’impérialisme!

    Expérience culinaire désastreuse, par ailleurs; les jeunes québécois avaient faiilli déclencher un incident diplomatique, eux qui affichaient un dégoût assez marqué face aux plats qui éraient commandé pour eux par leurs accompagnateurs russes. De toute évidence, ces accompagnateurs ne savaient rien des habitudes alimentaires de notre belle jeunesse occidentale, et ils ont dû vouloir leur faire goûter une nourriture plus typique de la Grande Russie.

    = = =

    Proulx prône la libâââârté pour le consommateur de choisir. Pauvre tit-coune, qui n’a pas vécu. McDo tue les restos de quartier, les établissements de petite taille qui offrent des menus plus artisanaux. Résultat: McDo (et les autres enseignes de la malbouffe) imposent une uniformisation qui TUE la liberté de choisir.

    Mais comme il n’a que 22 ans, il ne le sait pas; personne ne lui a enseigné qu’avant l’avènement des châteaux de la malbouffe, les choix de menus étaient plus étendus. Les historiens ne s’intéressent pas à la petite histoire de la restauration dans le quartier où il a grandi, que ce soit Charlesbourg ou Limoilou. Personne n’a écrit sur la fermeture de tous ces petits établissements, incapables de soutenir la concurrence des grandes chaînes (publicité massive), incapables d’offrir autant de calories à un prix égal ou inférieur.

    La liberté de choisir, Proulx? Est-ce qu’elle existe encore, depuis que les seuls choix qui s’offrent à ta panse de pansu sont ceux que des concepteurs de menu, installés à 2000 km de chez toi, ont décidé pour la dizaine de chaînes qui imposent leurs menus partout en Amérique du Nord et de plus en plus ailleurs dans le monde.

    Mais t’es trop insignifiant pour comprendre que le fait d’ouvrir le marché à McDo, à Burger King, à PFK et aux autres rois de la malbouffe, c’est autoriser cet oligopole à sortirs tous les autres joueurs de la patinoire, un par un, et ce, jusqu’à ce qu’il deviennent impossible de trouver autre chose que leurs menus de merde.

    Quiconque a voyagé un peu dans les régions semi-rurales des USA sait que, pour le touriste qui s’amène à 18h dans une petite ville de 10000 habitants, le choix est toujours le même: McDo, Hardee’s, Burger King, Taco Bell, Pizza Hut, Wendy’s, KFC… Tous les autres ont été cannibalisés.

    C’est ça, l’gros, qui TE garantit à TOI la liberté de choisir?

    Tu le fais exprès, n’est0ce pas, pour avoir l’air aussi insignifiant?

  5. « j’ai 21 ans et mes jeunes cousins ont entre 12 ans et 14 ans et ce ne sont pas des cruches vides que l’on remplit avec la publicité et moi non plus, d’ailleurs. » JL Proulx

    On a bien compris que tu remplis la cruche d’autre chose …. C’est pour ça d’ailleurs qu’elle a la forme d’une cruche de Perrier (la bouteille).

  6. Une fois n’est pas coutume, je me ferai ici l’avocat du diable.

    Quand je vais chez McDo – une sorte d’obligation quand les enfants insistent, de moins en moins souvent heureusement – mon choix se porte sur le Filet de poisson, des frites sans sel ou la salade du jardin, et une boisson diététique ou un café. Car oui, il est possible de manger chez McDo sans engloutir des tonnes de calories et de sodium – il suffit de le demander!

    L’argument voulant que McDo tue les restos de quartier me laisse aussi un peu froid. Mon impression est peut-être accentuée quand je vois ce que servent les restos de quartier aux É-tas unis : http://www.zeste.tv/emissions/decouvertes-et-aventures-culinaires/10-casse-croute-a-lamericaine

    Mais bon, comme le dit de façon si déjantée l’objet de ce billet, c’est MON choix de préférer le menu santé quand je dois passer au McDo!

    Au nom d’une transparence complète, je déclare dès maintenant que j’ai déjà eu McDonald’s comme donneur d’ouvrage, et que je fournis maintenant mes services à une compagnie internationale d’embouteillage de boissons gazeuses. Je suis donc dans la situation privilégiée de constater de l’intérieur tous les efforts déployés par ces compagnies pour offrir aux consommateurs – dont je suis – des options santé.

    McDonald’s, PFK, Burger King, Coca-Cola, Pepsi, etc. ne sont que les cibles les plus faciles et politiquement rentables. L’obésité est surtout liée à l’inactivité chez les jeunes – et moins jeunes – qui ne brûlent pas les calories qu’ils absorbent. Pourtant, personne ne réclame à grands cris que l’on taxe les gras polyinsaturés que l’on trouve dans les croustilles. Personne ne réclame une taxe sur le sodium contenu dans les repas-minute à réchauffer au four micro-ondes. Et le pire, personne n’exige que soient taxés les jeux vidéos devant lesquels les jeunes s’affalent avant que leur ventre gonfle!

    Que l’on s’attaque à la malbouffe, c’est louable. Mais que l’on ne s’attaque pas qu’aux proies les plus politiquement rentables. Adoptons plutôt une démarche beaucoup plus étoffée qui s’attaque à TOUS les facteurs causant la crise d’obésité chez les jeunes. Et ÇA, c’est quelque chose dont je suis persuadé que tous les tenants de la libââââârté ne voudront rien savoir.

  7. « Proulx prône la libâââârté pour le consommateur de choisir. Pauvre tit-coune, qui n’a pas vécu. McDo tue les restos de quartier, les établissements de petite taille qui offrent des menus plus artisanaux. Résultat: McDo (et les autres enseignes de la malbouffe) imposent une uniformisation qui TUE la liberté de choisir.” (papitibi)

    Très vrai :
    Chez moi un macdo, un valentine, un subway, et un tim rotons ont envahit la place.

    Vite comme ça, il y a 7 restaurant qui ont levé les pattes et un qui agonise. Ti-prout gros pet et les libarta rien, menteurs comme sa se peut pas, appellent ça la libarté de choisir.

    Finalement il ne reste qu’un restaurant artisanal et un autre qui est une chaîne régionale qui offre des plats identiques pour tour tout le centre du Québec. Oui il ne reste qu’un seul restaurant artisanal pas riche, pour une population de plus de 10 000 habitants. On ne parle pas d’un quartier ou d’un village là.

    Dans le village voisin, 4 000 ha, près d’une autoroute, il ne reste qu’un restaurant, commerce dont la restauration n’est pas son principal gagne pain. Deux fast foods et un à poutine ont tout rasé. Finalement pour 14 000 habitants, un restaurant artisanal qui se bat pour survivre.

    Alors pour le GROS TI-PROULX de cul, (s’il l’est), quand il viendra ici, il verra que sa libarté de consommateur, établie par l’entreprise privée, affin de consommer ce qu’il veut, n’est qu’une paire de menottes pour con-sommateur.

    Il aura un choix estradinaire : sou marin, hambourgeois, beigne et soupe ainsi que hotdoïlle même pas toasté ou 25 minutes à brûler du gaz dans son traineau pour aller à la ville voisine.

    Pourquoi les liberta rien sont-ils aussi caves?

  8. @ radams

    Excellent commentaire ! Pour ma part, quand je vais au McDo avec ma fille, je choisis un resto avec une aire de jeu pour qu’elle puisse aller se défouler une bonne demi-heure après le repas.

    En effet, l’inaction est un fléau. Je le constate même chez de nombreux collègues de mon âge, voire plus jeunes. Quand je m’aperçois que certains prennent les ascenseurs pour monter un étage, ça me désole. Il est impossible de tout réglementer. Les gens aussi doivent faire un effort.

    En 2008, je faisais osciller la balance à 228 livres bien dodues. Je me suis pris en main. Je suis désormais à 170 livres, stable depuis plus de 12 mois. Comment ? Diminution du sucre, des graisses et augmentation de l’exercice physique. Aucun régime, seulement des modifications de mes habitudes alimentaires et de ma façon de vivre. Mais ça ne m’empêche pas d’aller dévorer une poutine Ashton de temps à autre…

    La clé, c’est l’équilibre.

  9. @Radams
    « Une fois n’est pas coutume, je me ferai ici l’avocat du diable. »

    Espèce de bachi-bouzouk! Catachrèse! Ectoplasme! Zapothèque! Expressions typiques du Capitaine, tirées du Petit Haddock illustré (1988)…

    « L’argument voulant que McDo tue les restos de quartier me laisse aussi un peu froid. »

    Peut-être chaque quartier possède-t-il à cet égard une histoire distincte? J’ai parlé de quartier, j’aurais pu parler de villes; je parlerai donc de Rouyn-Noranda, une agglomération de 40000 habitants, qui se donne depuis quelques années les infrastructures commerciales d’une ville de 50 ou 60000 habitants. Le boom minier y est sans doute pour quelque chose… Un « power center » est en gestation, sur un terrain adjacent à celui qu’occupent déjà WalMart et Canadian Tire; quatre ou cinq grandes surfaces à prévoir. Quand la population croît, pas de problème avec une augmentation de l’offre commerciale. Quand la population stagne, et qu’un McDo s’installe, nécessairement, d’autres tables vont devoir disparaître, et les plus vulnérables, ce sont les tables artisanales.

    Ici, dans les années 80, la Coop alimentaire n’a pas pu trouver le financement requis pour assurer sa rentabilité via une expansion, avec le résultat qu’elle a fermé. J’avais eu accès au dossier du financement. En gros, pour telle population, tant de pieds de surface de supermarché… Or depuis, la population stagne, les besoins en épicerie ont diminué par la fréquentation accrue des chaînes de restauration (qui s’approvisionnent à l’extérieur pour nourrir les bouches locales), et pourtant, la surface totale des supermarchés s’est accrue de 30%.

    Nécessairement, il y a des victimes, et c’est dans les dépanneurs et mini-marchés très locaux qu’il faut les chercher: des 6 qui étaient situés les plus près de chez-moi, quatre ont fermé leurs portes! Et ce n’est pas fini; le power-center hébergera un SuperC (Métro a perdu tous ses points de vente au profit de Sobeys IGA, il y a quelques années; elle VEUT revenir)

    = = =

    Même phénomène, du moins à Rouyn, en restauration. Deux McDo, un Burger King, un PFK, 3 Subways, 2 Tim Horton’s, 2 Pizza Pizza. Et j’en oublie. Ils sont en expansion. Et plus ils prennent de l’expansion, plus le choix des autres tables diminue. Ah oui, j’oubliais; le Valentine a fermé et un Sushi Bar a ouvert!

    Je persiste et signe: à Rouyn, l’éventail des choix a diminué depuis la montée en puissance des chaînes de restauration rapide… Je rejoins ainsi le commentaire de Youlle.

  10. @Papitibi
    « Espèce de bachi-bouzouk! Catachrèse! Ectoplasme! Zapothèque! Expressions typiques du Capitaine, tirées du Petit Haddock illustré (1988)… »

    Pour ma part, j’ai toujours trouvé savoureuse les répliques « Fesse d’huitre » et « Vieux blah » trouvées dans l’album « Comment devenir le maître du monde » des aventures du Concombre masqué.

    Mais revenons aux restos-minute. Ceux-ci obéissent le plus souvent à la règle du « If you build it, they will come ». De minutieuses études de marché précèdent l’implantation de tel ou tel restaurant à telle ou telle intersection. Sauf que parfois, les analystes se gourent.

    Avez-vous déjà vu fermer un restaurant McDonald’s? Moi si, deux fois. Celui du chemin Côte Saint-Luc dans l’arrondissement du même nom, qui est devenu un centre communautaire, et un autre à l’angle des rues Yonge et Bloor en plein centre de Toronto. Et je ne doute aucunement qu’il y en ait eu d’autres. Un « fast-food » demeure une entreprise, et quand il perd de l’argent, on le ferme. Quand il en fait, parzemple, il en fait beaucoup. Prenons l’exemple du McDo à l’angle des boulevards Saint-Martin et Le Corbusier à Laval. C’est le plus rentable au Canada.

    Mais vous savez quoi? Le A&W situé juste à côté est aussi le plus rentable au Canada. Et que trouve-t-on deux portes plus loin? La pizzeria gastronomique Bottega, « succursale » de celle située rue Saint-Zotique à Montréal qu’a vantée le journal Voir.
    On croirait qu’un resto « artisanal » n’aurait pas eu le cran de s’installer à côté des deux restos « fast food » les plus rentables de leur chaîne au pays. Et pourtant… D’ailleurs, juste un peu plus au nord, sur Le Corbusier, tout plein de petits restaurants continuent de faire de bonnes affaires.

    Quand il y a un bassin de clientèle suffisant, il y a de la place à la fois pour des restos-minute et des restos artisanaux. C’est juste une question d’affaires.

    Maintenant, jasons un peu de l’alimentation des résidents du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. On trouve là deux ou trois dépanneurs par pâté de maisons, mais seulement deux supermarchés pour tout le quartier – maintenant qu’un deuxième a fini par ouvrir.

    Où croyez-vous que la population du quartier s’alimente, et que croyez-vous qu’elle consomme?

    Pour « alimenter » votre réflexion, je vous dirai qu’on n’y trouve à peu près aucune installation sportive facilement accessible et abordable à part le YMCA local et que les écoles du quartier sont les clientes les plus assidues du Club des petits déjeuners du Québec.

    Oh, et il n’y a aucun McDo dans ce quartier (mais plusieurs petits restos artisanaux, par contre)!

    Si vous venez faire un tour à Montréal, je serai heureux de vous offrir un rouleau au homard au McCafé (les trois seuls au Canada sont tous dans la région de Montréal).

  11. « Or depuis, la population stagne, les besoins en épicerie ont diminué par la fréquentation accrue des chaînes de restauration (qui s’approvisionnent à l’extérieur pour nourrir les bouches locales), et pourtant, la surface totale des supermarchés s’est accrue de 30%.” (papitibi)

    « …et les plus vulnérables, ce sont les tables artisanales.”

    C’étaient les meilleurs repas.

    « …et pourtant, la surface totale des supermarchés s’est accrue de 30%.”

    Pour vendre des desserts biens sucrés et du tout fait.

    Ici la surface de l’épicerie d’à côté a augmenté de 40% environ. Pourtant la surface des tablettes sur lesquelles on trouve les produits pour faire à manger ont diminué de probablement 20%. En plus sur cette surface diminué les produits de base sont moins nombreux.

  12. « Nécessairement, il y a des victimes, et c’est dans les dépanneurs et mini-marchés très locaux qu’il faut les chercher: des 6 qui étaient situés les plus près de chez-moi, quatre ont fermé leurs portes! Et ce n’est pas fini; le power-center hébergera un SuperC (Métro a perdu tous ses points de vente au profit de Sobeys IGA, il y a quelques années; elle VEUT revenir) » (papitibi)

    Ici les victimes de la fermeture de presque tous les restaurants, ce sont les fournisseurs : les bouchers, un abatoir, petite boulangerie et quelques autres petits ainsi que les agriculteurs.

    La viande que ces restaurants achetaient provenait de la région. Maintenant elle provient du bout du monde pas cher et je pense transformée en Ontario et aux États.

    Je vois le camion remorque Mecdo tous les jours venir livrer le travail de gens d’autre région qui le font à prix ridicule.

  13. @ Papitibi

    «Je persiste et signe: à Rouyn, l’éventail des choix a diminué depuis la montée en puissance des chaînes de restauration rapide… Je rejoins ainsi le commentaire de Youlle.»

    C’est classique des capitalistes et des libertariens : ils vantent le libre-marché et la concurrence parfaite, et quand elle joue sans intervention, on se retrouve avec des oligopoles, voire des monopoles… (Sylvain Guillemette, sort de ce corps !😉

    Je blague, mais avec quand même un fond de sérieux. Le supposé libre-marché sans contrainte débouche tôt ou tard sur une concentration des offreurs et sur une diminution du choix.

    Je ne me souviens plus qui vantait Bill Gates sur un blogue hier ou avant-hier. En voilà justement un qui a tué la concurrence et a pillé les inventions des autres pour non seulement éliminer la concurrence et limiter les choix, mais aussi pour niveler la qualité par le bas…

  14. @ radams

    Vous parlez d’exception.

    Ce billet porte sur le général dans le monde et aussi au Québec. Pas le coin où Mecdo s’est gouré, mais où il ne s’est pas gouré. Fourré si vous voulez.

    À Trois-Rivières, ville culturelle où il y a le plus de restaurant au Canada par habitant, on ne retrouve pas les fast foods avec les artisanaux ensembles. Coin méconnu, on y retrouve les meilleurs restaurants du Québec.

    Vous savez certainement que restaurants artisanaux n’ont pas le moyen d’opérer sur les artères très passantes.

    Juste pour vous donner une idée : ici une pharmacie associée à une chaîne vient d’acheter le terrain de son voisin avec un bâtiment structure d’acier extrêmement vieux de douze ans environ. Le total 600 000$. À ce montant, il faut ajouter les frais de démolition du vieux bâtiment et l’aménagement du terrain. En plus 30 000$ juste pour entrer l’eau et les égouts. Le total est au moins de 800 000$ pour le terrain dans le but d’agrandir la pharmacie.

    Pensez-vous que le petit pharmacien qui est débutant, compétant et plein de bonne volonté pour déservir sa population a les moyens d’un tel investissement. Non il devra se contenter de chercher une concession de ti Jean Décousu dans une ville quelconque et de tout faire pour vendre des pilules inutiles et plein de cossins pour payer sa franchise.

    Il en est de même pour les restaurants artisanaux. Si vous voulez vous partir un restaurant artisanal, vous devrez vous trouver un recoin quelconque et tirer de toutes vos forces pour avoir de la clientèle de survie plutôt que de récolter le vacuum de la franchise qui vous mettra riche.

    ==========
    « Maintenant, jasons un peu de l’alimentation des résidents du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. »
    Pour « alimenter » votre réflexion, je vous dirai qu’on n’y trouve à peu près aucune installation sportive facilement accessible et abordable à part le YMCA local et que les écoles du quartier sont les clientes les plus assidues du Club des petits déjeuners du Québec.”

    Cé tivident, Hochelaga-Maisonneuve, y a pas uns crisse de tabarnac de cenne à faire dans ce coin.

    « C’est juste une question d’affaires.”

    Et les affaires sont le fric qu’il y a à ramasser dans le coin. Pas de fric pas d’affaires et pas de restaurant, point.
    =========

    « Pour « alimenter » votre réflexion, je vous dirai qu’on n’y trouve à peu près aucune installation sportive facilement accessible et abordable à part le YMCA local et que les écoles du quartier sont les clientes les plus assidues du Club des petits déjeuners du Québec. »

    Je répète, y a pas une cenne à faire dans de coin.

    Mais à ce sujet et comme je suis passé à l’Institut de Cardiologie pour une tite intervention au cœur (un stent et dilatation de vaissaux) il y a deux mois, j’ai aussi rencontré le médecin de l’hôpital de Trois-Rivières. Je lui ai dit un tapis roulant serait une bonne affaire…

    Elle m’a répondu « La rue fait très bien l’affaire ».

    OUIN!

    PS je pourrais vous offrir un big mac au mecdo voisin de chez-moi, le premier du genre au Canada. Que voulez-vous le service à l’auto coûte moins cher que des tables. Mais vous le mangerai seul je ne suis pas intéressé d’aller y manger.

  15. @youlle 21h07

    Radams n’appartient pas à la race des mécréants! Bien au contraire…

    Pour ce qui est du quartier Hochelaga-Maisonneuve, vous écriviez: Je répète, y a pas une cenne à faire dans de coin..
    Mais ça va viendre… Bientôt on va s’arracher les immeubles dans « Ho-Ma »… Le local occupé autrefois par une pâtisserie artisanale, rue Ontario, est occupé aujourd’hui par un restaurant Subway.

    = = =

    Chez-nous, la ville avait installé des infrastructures d’égoût et d’aqueduc sur une artère à quatre voies, entre la voie ferrée et le centre commercial Les Promenades du Cuivre; Canadian Tire projetait de quitter le centre commercial et de s’installer sur ce terrain qui lui permettait une plus grande surface de vente… avant de s’installer plutôt à côté du WalMart.

    Plutôt que de perdre les centaines de milliers de $ investis dans les utilités publiques, la ville a préféré y attirer le McDo et le Poulet Frit Kentucky… qui ne demandaient pas mieux! Shit! Les deux temples de malbouffe sont à trois minutes de marche du high school et à 5 minutes d’une polyvalente… en plus d’être situés sur une artère à grande circulation, idéale pour un service à l’auto.

    Heureusement, le gouvernement a acheté les 2 derniers emplacements, que convoitait probablement l’industrie du fastfood.

    Le maire, à l’époque, avait refusé de zoner l’endroit pour éviter que des vendeurs de cholestérol s’installent si près de deux écoles secondaires. Et le pire, c’est que aussitôt le nouveau Poulet Kentucky ouvert, la Commission scolaire francophone annonce qu’elle met fin au transport scolaire du midi.

    Si la Ville était responsable des budgets de la santé, elle aurait agi différemment, probablement. Mais comme c’est pas elle qui assume les dommages collatéraux de la malbouffe, elle s’en kâlissait, de la santé publique.

  16. « Radams n’appartient pas à la race des mécréants! Bien au contraire… »

    J’en était convaincu avant d’écrire.

    Mon texte n’est pas une attaque à Randams, mais une réaction inspiré de son texte.

  17. « Mais comme c’est pas elle qui assume les dommages collatéraux de la malbouffe, elle s’en kâlissait, de la santé publique. » (papi)

    L’influence de l’entreprise a compartimenté les intervenants. Elle a finalement monté un mur entre l’individu, l’entreprise, la municipalité et le gouvernement de façon à ce les uns se kâlissent des autres.

    Je vous donne un exemple: Le poseur de gyprock pose la feuille sur le mur par dessus la prise de courant et la dissimule. Ce poseur de gyprock se dit moi je n’ai pas de temp$$ à perdre, il la cherchera son esti de prise l’électricien. Évidemment l’électricien n’est pas dupe, il a prévu la recherche de la prise dans sa soumission.

    Voilà comment fonctionne l’entreprise privé.

    Les nonos enfirouapés de liberta rien sont incapable de comprendre cette subtilité de l’entreprise privé qui par je m’en foutisme génère des augmentation de coûts faramineux que l’entreprise d’état n’est même pas capable de se permettre étant trop suivie.

    Le principe s’applique à la bouffe. L’état n’a pas d’affaire dans la bouffe selon les dretteux et libertarieux. Ils ont pour leur dire que si une entreprise m’empoisonne, je les poursuivrai à partir de l’au de là et je n’achèterai plus de cette entreprise.

    Il faut aussi dire aussi que ces nonos de liberta rien et de dretteux ne savent pas de qui ils achètent à l’épicerie.

    À l’épicerie, sur le produit, il est inscrit qui vend le produit, mais pas qui le fabrique.

    Alors comme fabriquant je peux m’équiper de plusieurs entreprises de détail pour vendre mes produits. Si l’une d’elles empoisonne un poisson ou une bonne poire je la ferai disparaître dans le plus grand fracas publicitaire possible.

    Par la suite l’autre nom déjà choisi prendra la relève. Le propriétaire du super marché n’y verra aucun inconvénient puisqu’il fait de l’argent avec cet item qui marche. Le nono de libeta rien lui bouffera à pleine dent ce même produit qui a fait crever son chum.

  18. Radams

    « Oh, et il n’y a aucun McDo dans ce quartier (mais plusieurs petits restos artisanaux, par contre)! »

    Oui y’en a UN…Ontario et Du Havre…a cote du Metro Frontenac

  19. @Stéphane

    Ontario et Du Havre, c’est vraiment à l’extrême limite ouest du quartier. Dans mon imaginaire de p’tit gars, quand mon père m’amenait voir ses soeurs dans Hochelaga, on était pas encore dans Hochelaga tant qu’on était pas rendu à l’Est de Frontenac!

    J’ai beau m’appeler Papitibi, j’ai été élevé su’l Plateau.

    Mais un bizarre de découpage électoral avait repoussé les limites du comté

    fédéral

    d’Hochelaga jusqu’à Papineau / St-Joseph, il me semble, si bien que mon père a déja habité « dans Hochelaga » en même temps que su’l Plateau. Comme SA rue Mont-Royal se terminait à Iberville et à l’extrémité Nord de Frontenac, SON Plateau se terminait à Frontenac et Sherbrooke.

    Très fidèles au Plateau, mes vieux. De 1939 à leur décès respectif… Et dans mon cas, la fidélité aura quand même dépassé un quart de siècle! De Bébéplato à Papoutibi à Papatibi à Papitibi…

  20. « …ladite malbouffe pourrait faire l’objet d’une promotion intense et judicieuse dans certains pays afin que leur population finisse par être subjuguée et par la suite abondamment gavée de glucides malfaisants, ce qui constituerait à coup sûr une arme de destruction massive. » (Pouloutine)

    Pour l’instant l’arme de destruction massive s’est retourné vers son concepteur.

    J’aime bien cette association de bouffe de destruction massive.

  21. @ Stephane.G et Papitibi

    «Oui y’en a UN…Ontario et Du Havre…a cote du Metro Frontenac»
    «Ontario et Du Havre, c’est vraiment à l’extrême limite ouest du quartier. »

    La limite ouest d’Hochelaga-Maisonneuve est la voie ferrée. Au niveau d’Ontario, où est situé le Mc Do près du métro Frontenac, on est à près d’un kilomètre à l’ouest de Hochelaga.

    http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/PES_PUBLICATIONS_FR/PUBLICATIONS/VILLE-MARIE.PDF

    À la droite de la carte, on voir le métro Frontenac et bien à l’est (8 coins de rue, environ) la voie ferrée. Désolé…

  22. «L’obésité, ennemi du XXIe siècle»

    «Les jeunes d’aujourd’hui appartiennent à la première génération d’enfants dont l’espérance de vie ne dépassera pas celle de leurs parents»

    http://www.ledevoir.com/societe/sante/314327/l-obesite-ennemi-du-xxie-siecle

    «En fait, selon les professionnels de la santé, les jeunes d’aujourd’hui appartiennent à la première génération d’enfants dont l’espérance de vie ne dépassera pas celle de leurs parents. Et la première cause en est l’obésité infantile, qui croît en proportions alarmantes dans la population. Ces enfants obèses sont plus à risque de développer des maladies du cœur, de l’hypertension, un diabète et des AVC, et à un âge beaucoup plus précoce que les générations précédentes. En fait, des variations subtiles de pression artérielle ont déjà été observées chez des enfants obèses de 10 ans.»

    Bon, j’arrête, je pourrais copier tout l’article (et les deux autres qui le complètent !)

  23. JPL dit « Pourquoi ne faisons-nous pas confiance aux enfants là-dessus, au lieu de leur dire quoi manger et ce qui est bon pour eux, hein? Ce ne sont pas des êtres humains? »

    Parce que les enfants n’ont pas développé les structures cognitives nécessaires à une prise de décision avant l’âge de 15 ans. Il devrait lire Piaget avant d’écrire des niaiseries. Il semble que JPL est demeuré au stade pré-opératoire.

    « Sa pensée est aussi très égocentrique en ce sens qu’il assume souvent que les autres voient les situations de son point de vue à lui. »

    http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_09/i_09_p/i_09_p_dev/i_09_p_dev.html

  24. @JPL

    Toi qui est inquiet des coûts de la santé, voilà pour toi :

    « En 2001, le fardeau économique attribuable au Canada à la surcharge pondérale (ou embonpoint) et à l’obésité était estimé à 4,3 milliards de dollars (direct, 1,6 milliards de dollars; et indirect, 2,7 milliards de dollars); par ailleurs, le fardeau économique de l’inactivité physique se chiffre à 5,3 milliards de dollars (direct, 1,6 milliards de dollars; et indirect, 3,7 milliards de dollars). Les coûts économiques globaux de l’inactivité physique et de l’obésité représentent 2,6% et 2,2% de tous les coûts de santé au Canada.  »

    http://obesite.ulaval.ca/obesite/generalites/mortalite_morbidite.php

    Alors, je te le dis, tu vas nous coûter cher si tu continues à te nourrir ainsi et je vais te le mettre sous le nez.

  25. lizzie dit :

    8 janvier 2011 à 08:39
    @JPL

    « Alors, je te le dis, tu vas nous coûter cher si tu continues à te nourrir ainsi et je vais te le mettre sous le nez. »

    Bonjour, Lizzie

    Il va nous coûter multiplement cher, Jean-Luc, avec son attitude de défense de son point de vue bancal et d’encouragement de la consommation de la malbouffe, et aux tout jeunes, rien que cela, au sacré nom de la liberté, ainsi que de la démocratie, tant qu’à y être. Les Amariquins ont tué des millions de personnes depuis 1898 au nom de la démocratie et de la liberté. Si j’étais Jean-Luc, je surveillerais mes abattis avant d’inciter les Québécois à faire des choses néfastes pour leur propre santé et celle de l’économie de la province. L’ignorance qui tue…

    Les obèsent meurent en grand nombre, mais après avoir contracté de multiples et parfois longues maladies liées à leur obésité. Même si Jean-Luc veut manger un excès de calories chaque jour et qu’il prend les moyens physiques pour dépenser cet excès, sa santé ne s’en portera pas tellement mieux, les calories excessives ingurgitées venant fort probablement de gras saturés et d’autres lipides, ainsi que de glucides, rien qui fasse des « enfants forts », physiquement et…

  26. @mangouste

    Ce n’est pas pour défendre les concepts de libââârté et de démocratie que JPL écrit cela, c’est par pur égoïsme et nombrilisme. Il a le droit de faire ce qu’il veut en faisant fi des conséquences. La génération Passe-Partout et l’enfant-roi en une seule personne.

  27. @ lizzie

    «La génération Passe-Partout et l’enfant-roi en une seule personne.»

    Je ne vois pas ce que Passe-Partout vient faire là-dedans… Il est même un peu jeune pour faire partie de cette génération. Désolé de la comparaison, mais cela me fait penser à la sortie de Richard Martineau contre Passe-Partout dans ses chroniques et à Tout le monde en parle…

    http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2006/11/20061119-223311.html

    http://www.matin.qc.ca/articles/20061119222946/tout_monde_parle_richard_martineau_contre_passepartout.html

  28. @Darwin

    Passe-Partout a été diffusé jusqu’en 1998. JPL était en âge de regarder cette émission.

    Si vous regardez les émissions de Passe-Partout (ce que j’ai subi), vous verrez que si on explique pourquoi on fait quelque chose, même si l’explication ne tient pas la route, tout est correct.

  29. @ Lixxie

    «Si vous regardez les émissions de Passe-Partout (ce que j’ai subi)»

    Oh, j’ai subi aussi, avec mon plus vieux qui a 29 ans. Mon plus jeune, 21 ans, n’a pas embarqué (youppi !). L’émission était encore en onde, c’est vrai, mais avec seulement des reprises. L’engouement était beaucoup moins fort, quoique cela puisse être différent pour chacun.

    «vous verrez que si on explique pourquoi on fait quelque chose, même si l’explication ne tient pas la route, tout est correct.»

    Ce n’était pas ma perception. Certains bouts était gnangnan, mais, pour une émission du genre, je trouvais les développements quand même nuancés.

  30. @Darwin

    Bien, c’est ma perception mais vous avez droit à la vôtre. Ça ne change pas le fait que JPL est nombriliste.

  31. @ lizzie

    Scusez, je confonds parfois les x et les z…

    «Ça ne change pas le fait que JPL est nombriliste.»

    Là, pas de mésentente possible !😉

  32. @ Lizzie,

    « La génération Passe-Partout et l’enfant-roi en une seule personne. »

    S’il est réellement ce que Papitibi dit qu’il est, Jean-Luc est plutôt Passe-Pas et Gras-Roi en une même masse lipide…

  33. L’art de discréditer son adversaire, en répliquant à un billet qui est vieux de 18 mois!!!

    J’espère, pour vous, que vous ne dévoilerez jamais votre véritable identité sur le Web, papitibi, car, lorsque je saurai qui vous êtes, je vais vous poursuivre!!! L’Abitibi étant un trou, ce sera facile, pour moi, de vous retracer, par la suite!!!

    En passant, il existe une énorme différence, entre un enfant de 3 ans et un pré-ado de 12 ans!!!

    @ lizzie.

    Vous-aussi, la psy de Laval, lorsque je saurai qui vous êtes, je vais vous poursuivre!!!

    Oui, j’ai écouté Passe-Partout, quand j’étais jeune!!! Et???

  34. @JPL

    J’avais raison, vous avez écouté Passe-Partout. Vous allez me poursuivre parce que je dis la vérité? Ben coudonc!

  35. @Proulx 18h28
    « L’art de discréditer son adversaire, en répliquant à un billet qui est vieux de 18 mois!!! »

    Kâlisse! Tu vieillis pas en sagesse, toi. Plus tu t’empiffres comme tu te vantais de le faire, et plus ton cerveau fonctionne lentement!

    Je me permets, gros-lard, de te remettre sous le nez ton propre commentaire:
    « Dans le fond, vous êtes un ayatollah anti-malbouffe!!! Ça tombe bien, parce que j’ai déjà remonté les bretelles, sur mon blogue, à des gens qui sont comme vous!!!

    C’est toi qui te vantes, en janvier 2011, d’avoir remonté les bretelles – en juin 2009 – de tous les ayatollah de la malbouffe qui pensent comme moi. Et pour mieux te moquer de moi, tu me shootes l’hyperlien vers ton article.

    Je te fais honneur. Je te fais connaître. Je te fais de la publicité. Je te permets de trouver un auditoire que tu n’aurais pas autrement. Je te permets de diffuser tes idées sur la malbouffe et contre les crisses de gouvernements chochialiches.

    De quoi tu plains, gros tas?

    = = =

    Tu veux me poursuivre? Tu veux poursuivre Lizzie?
    À la bonne heure, l’gros!

    Te souviens-tu de ce que t’as déjà écrit au sujet de Lizzie? Pis à mon sujet à moi?
    Des tites news pour toi. Des grosses news, plutôt.

    Savais-tu ça, toé, que si tu me poursuis, tu donnes ton adresse? Savais-tu ça que si jamais tu me poursuis, va falloir que tu viennes faire ça en Abitibi? Ça va te coûter un bras. Ou deux.

    Et si tu me poursuivais, savais-tu ça que moi, au lieu de me contenter de chier dans mes culottes en attendant le jugement, je peux aussi me virer de bord et intenter une « demande reconventionnelle »?

    Ta réputation de ti-coune vaut moins que la mienne; tu peux vérifier avec un avocat, ça va te coûter $150 ou $200 l’heure… Ou peut-être plus. Après toutte, il y a 20 ans, Marcel Aubut demandait déjà $400 pour une heure…

    En d’autres mots, tu risques d’avoir des surprises désagréables… tout comme les deux trous de cul qui ont formulé le même projet. Moi, je les ai pas nommés, alors je peux les traiter de n’importe quoi…

    Poulou ne fait pas partie de ceux-là. En passant.

    Heu… as-tu assez de cash pour payer ta propre condamnation? Peux-tu emprunter $150000 pour payer les dommages causés à Lizzie et à moi-même pour les tas de marde que tu nous as chiés dessus?

    « L’Abitibi étant un trou, ce sera facile, pour moi, de vous retracer, par la suite!!! »

    Au nom de mes concitoyens: mange donc un char de marde!
    En passant, juste pour la ville de Rouyn-Noranda, tu vas devoir fouiller sur 6633 km carrés. As-tu une idée de ce que ça représente, ça, comme superficie? Québec, 454 km carrés. Montréal, 363. Toronto, 629,,, Île d’Anticostii, 7892…

    Je te parle pas du reste. Mais entre Temiscaming et Senneterre, il y a 400 km? Et t’es toujours dans la même région.

    Cé pas Lévis, icitte! Cé pas une boite d’alumettes, l’Abitibi-Témiscamingue. Si tu viens l’été prochain pour me tirer les oreilles, apporte un 10 litres de stuff à mouches. C’est pas comme les p’tites fioles de 15 ml qu’ils vendent à Lévis et qui durent deux ou 3 ans!

    En passant, de kossé que tu fais aussi loin de chez-vous, aujourd’hui? En visite chez tes beaux-parents?

    PS: un billet vieux de 18 mois… heu, es-tu en train de dire que ça ne représente plus ta pensée? C’est pas comme quasnd t’avais jusse 19 ans pis que t’étais encore un imbélie – comme tu l’écris toi-même.

    PS: 2 As-tu pensé que le juge pourrait se laisser convaincre que tu devrais me remercier de te mettre en garde contre tes envies de bouffer des gras trans et du cholestérol?

  36. @Lizzie

    C’est la chanson du bedon qui fait ronron (11h09) qu’il a pas aimée! Pourtant, je suis certain qu’il aimerait bien avoir la bedaine aussi plate que celle du clip!

  37. Tiens Jean-Luc a les mêmes arguments que la Palin…

    La génération actuelle d’enfants aux USA aura une espérance de vie plus faible que celle de ses parents, entre autres à cause de la marde qu’ils ingurgitent.

    Ben oui moi aussi j’y vais de temps en temps manger de la crotte de clown – c’est difficile à éviter quand on vit aux USA. Mais je sais pertinemment que je mange de la crotte grasse, salée et à peu près sans aucun apport vitaminique. Donc je n’y vais pas souvent. Et je compense le lendemain par une double portion de légumes. Mais je suis convaincue que 75% des habitués du Macdo, eux, ne se rendent pas complètement compte de ce qu’ils mangent, et si le gouvernement ne leur dit pas, personne ne va le faire.

  38. @ cjulie

    «si le gouvernement ne leur dit pas, personne ne va le faire.»

    Et surtout pas Mc Do !

    Ça, c’est un autre problème avec l’adulation du «libre-marché» chez les gens de droite. Un des postulats du bon fonctionnement d’un marché est la circulation parfaite de l’information. Inutile de dire qu’aucun marché ne respecte cette condition… Mais, le pire, c’est que ces gens accusent l’État de nuire au libre-marché, tandis qu’en obligeant les entrepremises de divulguer plus d’information (étiquettes nutritives, calories, etc.) et en lançant des avis sur le contenu et les effets de l’ingurgitation de ces produits, il améliore l’information et donc le fonctionnement du marché.

    Mais, le jour où un droitiste reconnaîtra ce fait pourtant élémentaire en économie, il ne sera plus autant de droite !

  39. J’ai du mal à croire que ce soit JLP qui évoque une poursuite ! Nous supportons tous ses innombrables diatribes, insultes, quolibets et délires depuis tellement longtemps déjà…

    Menacer un avocat d’expérience d’une poursuite, alors qu’on a 22 ans et qu’on travaille dans une épicerie ? J’espère que notre ami a une fortune cachée !

  40. @darwin
    « Un des postulats du bon fonctionnement d’un marché est la circulation parfaite de l’information. »

    Ça c’est un postulat académique. Mais la vaste majorité des paleo-drettistes se foutent complètement des postulats de base du capitalisme. Bien qu’ils vont toujours s’en défendre, les drettistes exaltés ne voient fondamentalement rien de mal au fait que des gens soient maintenus dans l’ignorance et qu’en bout de ligne, ils soient victimes de la machine. Pour eux, ça fait partie des dommages collatéraux. Au plus fort la poche.

  41. @ cjulie

    «Ça c’est un postulat académique.»

    En fait, toute la conception du libre-marché est académique. Par contre, la plus grande circulation de l’information permet vraiment aux consommateurs et aux investisseurs de faire des choix plus éclairés. Pour moi, cette partie de la théorie a beaucoup de sens et ses effets s’observent dans la réalité. Ce qui est irréaliste et carrément surréaliste est de prétendre que l’information circule très bien sans intervention étatique (règlements, contrôles de qualité, certification, etc.) .

    «Bien qu’ils vont toujours s’en défendre, les drettistes exaltés ne voient fondamentalement rien de mal au fait que des gens soient maintenus dans l’ignorance et qu’en bout de ligne, ils soient victimes de la machine.»

    Bien d’accord. C’est une des raisons pour lesquelles il faut les mettre en contradiction. Mais, je refuse de le faire sur leurs blogues, j’ai déjà donné ! Je me contente d’intervenir quand ils mettent le nez dans des blogues de gauche ou centristes comme celui de Lisée.

  42. Très intéressent cet article. Wal-Mart aussi est coupable de faire fermer divers magasins locaux puisque cette chaîne a les moyens de vendre à des prix très bas.

  43. @ Darwin

    « Mais, je refuse de le faire sur leurs blogues, j’ai déjà donné ! »

    Je ne visionne pas souvent les blogues de dretteux et libertariens mais vous avec certainement raison de ne pas y intervenir, ils sont en extase sur ces site. Donc vous ne pouvez que les faire rire il sont aveugles pendant qu’il échangent en ces lieux. Quand ils se font planter en visite chez un étranger ils disparaissent ou deviennent plus cave comme grognon. Ici ils n’ont pas de chances, le calibre des intervenants est trop important pour ces ignorants. De plus juste à les lire ce sont presque tous des gens sans le sous.

    Vous aurez certainement déjà constaté que dans une discussion où vous êtes avec trois ou quatre dretteux, ils n’écoutent pas, se moquent, vous empêchent de parler et jubilent de vous voir comme un marginal alors que ce n’est pas le cas. Rien à faire avec à moins de les réveiller.

    C’est une situation que j’ai vécu souvent avec des propriétaires d’entreprises avec 15, 30 ou 60 à 100 employés. Et oui, des boss, des décideurs. Pour eux il n’y a qu’une façon de les mettre à leur place. C’est de leur mettre les chiffres et la réalité écrite, souvent provenant de leurs idoles, en pleine face devant plusieurs personnes moins instruites qui posent des question et devant lesquels ils se sentent supérieurs. Ça c’est humiliant en tabarnac.

    La dernière fois que je l’ai fait, c’est à un de mes meilleurs amis qui me zigonait depuis longtemps avec la santé aux USA. Il a été six mois sans me parler et six mois plus tard il récidive le jour de son anniversaire avec Israel et les juifs qu’il déteste à l’occasion. Vu que devant la parenté et les amis je ne voulais pas élaborer ou humilier je me suis contenté de lui dire c’est ton avis et moi j’ai le miens. Calvaire une autre année de froideur.

    Ces gens là vivent de conviction de religion et d’adulation.

    Moi et alma mater, nous, nous ne connaissons pas.

  44. Scusez, changement de sujet. Lutopium a mis une vidéo à voir et à méditer sur la tentative d’assassinat d’hier aux États-Unis. La voici :

  45. @ Youlle

    «Ces gens là vivent de conviction de religion et d’adulation.»

    En fait, j’ai laissé un commentaire dans un site du genre il y a une ou deux semaines. Un commentateur y avait parlé d’un de mes billets qui contredisait le billet du blogueur. Celui-ci a rétorqué que je ne savais pas lire (ou compter)… Hum… J’ai beaucoup de défauts et de lacunes, mais pas celles-là !

    Je l’ai pris par la main, étape par étape pour lui montrer qu’il n’y avait aucune erreur dans mon billet. Je n’ai eu bien sûr droit à aucune excuse, ni aucune réplique, même pas des autres commentateurs. Mais, bon, mon honneur est sauf !

  46. @Darwin 13h31

    Hummm si Me Pouloutine n’est pas occupé à son club de tir, je sens qu’il va intervenir!

    Et peut-petre répondre que si la congresswoman avait elle-même ét. armée, elle aurait pu se défendre.
    Car le droit de porter une arme, c’est husse pour se défendre, n’est-ce pas?

    Cela dit, les USA sont une société malade, et même si on finissait par apprendre que le tireur est dérangé mentalement, je n’en penserai pas moins qu’une société qui permet à n’importe qui l’accès à des armes autres que des armes de chasse, c’est une société malade.

  47. « En fait, j’ai laissé un commentaire dans un site du genre… »

    Plusieurs ont rougis.

    Vous leur avez payé une occasion de jubiler.

    Sa leur prend la grosse calque sa yeule devant publique, comme au temps du far Ouest.

  48. « Cela dit, les USA sont une société malade, et même si on finissait par apprendre que le tireur est dérangé mentalement, je n’en penserai pas moins qu’une société qui permet à n’importe qui l’accès à des armes autres que des armes de chasse, c’est une société malade. » (papitibi)

    Notre grand Ti-Luc Grand powète de la grande libeurty est comme les USA et leurs armes à feu:
    Un 40 onces de vodka avec une bouteille de Fanta (spécial Hitler) sur la table à la garderie. Après tout ce grand intellectuel nous enseigne que ces enfants sont capable d’être raisonnable et de discernement et de savoir que ce n’est pas bon pour eux.

    Pour le lunch des oeufs à la coque, des saucisses et langes marinées en pots.

  49. @ Youlle

    « et langues marinées en pots. »

    Hahaha, j’aimais bien la version originale («et langes marinées en pots») !😉

  50. @ Darwin

    « Hahaha, j’aimais bien la version originale («et langes marinées en pots») !  »

    Ha Ha Ha Ha!

    Mais j’ai pas fait exprès.🙂

  51. Contrariété et vision marginale.

    Ici je risque de heurter la conception de plusieurs.

    Bon c’est que j’ai quelques mots à dire au sujet de la malbouffe selon ce que j’ai appris ou été témoin. Je suis né sur une ferme ce qui m’a apporté quelques connaissances sur les animaux dont l’homme fait partie.

    Mon premier constat est que la disponibilité des aliments est plusieurs fois plus disponible qu’il y à 30 ans. Dans ma vie, j’ai connu deux animaux qui n’ont pas grossi avec l’apport de nourriture à volonté. J’ai connu un chat du nom très exceptionnel de Ti-Mine, chat noir, mélange de noir et de siamois pesant 14 lbs, maigre comme un bécique, grand maître du cartier et un chien gardien de commerce qui s’alimentait à même la poche de 20 K. Tous les autres que j’ai connus s’empiffraient selon la disponibilité de nourriture à en devenir très gros.

    L’être humain n’est pas différent, il s’empiffre selon la disponibilité. La nature a prévu que quand la nourriture se présente, l’animal en profite au maximum avant la disette la chasse n’étant pas la même tous les jours ou toutes les semaines. Mais ce n’est plus le cas.

    Aujourd’hui, du moins ici, la disponibilité de nourriture est cinq à dix fois plus grande qu’il y a 32 ans. Juste chez-moi, il n’y avait qu’une seule petite épicerie à l’intérieur d’un rayon de 1,5 KM. Aujourd’hui dans un rayon de 400 mètres il y a 11 points de bouffe. Cela est sans compter la disponibilité de livraison à domicile qui a augmenté d’autant. Donc comme l’animal d’antan, l’homme, s’empiffre, et malheureusement tous les jours. En plus il empiffre son chien et son chat.

    Donc je pense que le nombre de petits et de gros gras est proportionnel à la disponibilité des points de la nourriture et que c’est le facteur le plus important. Du moins c’est ce qui se produit.

    C’était le premier facteur à mon avis

    « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

    Le deuxième encore à mon avis, et celui de la sédentarité.

    On ne va plus jouer dehors.

    Certains accusent les écoles et le manque de cours d’éducation physique, d’autres le Nitendo et tout ce qui lui ressemble dont l’image de la boîte à fils que vous lisez actuellement.

    Pourtant, moi dans ma jeunesse à l’école, les cours d’éducation physique étaient très rares ou complètement absents et les jeux intellectuels dans la maison étaient courrant. La TV trônait déjà dans la maison, il y a 55 ans.

    Pourtant les problèmes d’obésités étaient très rares surtout chez les hommes. Les femmes étaient plus sédentaires et victimes de la préparation des repas. Mais elles n’étaient pas obèses.

    Donc on mange plus et, on ne bouge plus.

    Je reviens avec le gras et le cholestérol.

  52. @ papitibi.

    Il ne suffirait qu’un juge (n’importe lequel) me voit la face, pour que vous perdiez le procès!!! Alors, essayez donc de garder votre dignité, avec votre «demande reconventionnelle»!!!

    Papi écrit: Ton visage est-il à ce point hideux qu’il inspire la pitié? À ta place, je tiendrais ça mort…

    Quand j’aurai mis en preuve toutes les insultes que tu as dirigées vers moi, peu importe où et quand, le juge va se kâlisser de ton apparence et s’en tenir au contenu de tes écrits injurieux.

    C’est ça, la beauté d’une « demande reconventionnelle ». Tu es insolvable, ça ne m’intéresse pas de dépenser cinq cennes pour poursuivre un va-nu-pied comme toi. Mais à partir du moment que tu me fais un procès, tête à claque, tant qu’a SUBIR le procès, je t’attaque à mon tour. Et là ça va être ta fête. T’as même pas idée de ce que j’ai ramassé sur toi – pis bin d’autres.

    Anyway, il y a pas un avocat qui te demandera pas de mettre le cash sur la table; comme tu l’as pas, le cash, bin… tu vas sécher.

    J’ai lu l’échange que vous avez eu, avec Lafontan, sur Cent Papiers, à mon sujet!!! Pour une fois qu’un blogue ne vous traite pas en Saint-Père, c’est déjà tout un exploit!!!

    En passant, j’ai beau relire, attentivement, mon billet qui date du 22 juillet 2009 et je ne vois pas où j’ai écrit que je vais au McDo à tous les jours ou à toutes les semaines!!! Je ne vois pas, non plus, où j’ai écrit, dans ce même billet, la fréquence de mes visites chez McDo qui sont presque aussi rares que sont, sûrement, les vôtres!!!


    Papi écrit: Pis moi, j’ai beau relire mon billet, je sais pas où j’aurais pu écrire que tu te goinfres au McDo toutes les semaines. J’ai écrit « Au rythme où… » sans préciser. Et je parlais de malbouffe en général. Pas du McDo en particulier.

    Quant à ma dernière McBouffe, ça remonte à… 2009. Mais j’ai mangé un trio en juin 2010 au Burger King de Val d’Or. Difficile à battre, n’est-ce pas?

    J’y vais, l’été, pour leur sundae et, quelques fois, le matin, pour leurs délicieux oeufs mcmuffin avec saucisses et j’utilise toujours le service à l’auto (ah, le machiavélique char!!!), car il n’est pas question que je rentre dans ce fast-food miteux-là!!!

    Par contre, je revendique le droit de manger ce que je veux, quand je veux, où je veux et comment je veux, sans que le gouvernement vienne me dire si mon choix est bon ou si il est mauvais, car je m’en sacre!!! Étant le seul et l’unique maître de mon corps, c’est moi qui décide ce que je fais avec lui, est-ce que c’est clair!!!


    Papi wishes you a Merry Diabetes

    C’était ça, le fond de mon message, le 22 juillet 2009, et je suis toujours d’accord avec moi là-dessus!!!

  53. Mais t’es le bienvenu, mon Jean-Luc. Le seul problème, c’est qu’après avoir vomi sur moi 7.4 km d’injures au cours des trois dernières années, t’es pas vraiment mal placé pour me reprocher de te retourner l’ascenseur

    Et puis, ta réputation, tu l’évalues à combien? Quand le juge aura terminé la lecture de tes délires libâââârtariens, peut-être que ça va tourner autour de $2.49?

    Tiens, en v’là une réputation: $2.00, celle là. Macleans avait dû trouver ça un peu salé!
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Cotroni#Le_chef_de_la_Mafia

  54. « Tiens, en v’là une réputation: $2.00, celle là. Macleans avait dû trouver ça un peu salé! »

    Le prix d’un oeuf McMuffin?

  55. Ti-Luc gros Jean pee-wee sur la patinoire essaye de se mesurer à un vieux de la ligue nationale.

    La grenouille va faire P…

  56. Trop vite mon affaire. C’est ce paragraphe-là qu’il fallait mettre.

    « Et puis, ta réputation, tu l’évalues à combien? Quand le juge aura terminé la lecture de tes délires libâââârtariens, peut-être que ça va tourner autour de $2.49? »

    Le prix d’un oeuf McMuffin?…😉

  57. @Youlle

    C’est un sujet intéressant et votre discussion avec Duhamel risque de le devenir également.

    Si vous connaissez la question et avez du temps devant vous, le sujet en vaut la peine.

    Je constate que David a commenté sur le billet de Duhamel; il est partout celui-là.

  58. Le gras des frites est le même que celui des tartes maison.

    Bien oui quand vous mangez la tarte ou votre pâté préféré de votre mère vous mangez le même gras que certains fast foods comme mecdo. Bien oui, du gras de cochon. Ou oui oui, du gras ou saindoux de porc. Elle devient tellement feuilletée avec le gras de cochon tendère flake.

    Pourtant quand vous mangez de la viande, vous mangez le même genre de gras que celui des frites de plusieurs fast malbouf dont celui de la belle province et des tartes de votre grand-mère. C’est vrai pour le beurre aussi, mais disons qu’il n’a pas été chauffé autant.

    Aussi, si vous vous faites une petite salade, que vous faites cuire un petit steak de 4 onces, accompagné d’une pomme de terre et d’une tranche de pain et d’un morceau de fromage, c’est supposé être bon pour votre santé. Bien oui vous avez mangé les aliments recommandés par le guide alimentaire canadian.

    Pourtant vous venez de manger l’équivalent d’un hamburger en trio. Ben oui la boisson gazeuse est de trop. Alors prenez de l’eau, un café ou du lait.

    Faites vous votre opinion de ce que je viens d’écrire.
    ,
    ,
    ,
    PS Pour le gras de macdo je le tiens d’un vieux restaurateur, je ne l’ai pas vu.

  59. « Je constate que David a commenté sur le billet de Duhamel; il est partout celui-là. »

    Bien sur que gag grogon Da vide est sur l’actualité. Avec Duhamel et Lisée c’est un des plus gros volume de la francophonie sur la planète.

    L’occasion fait le larron moron et le moron laron profite de l’occasion.

    Bonne nuit!

  60. Youlle

    J’ai pas pu m’empêcher d’aller voir chez Duhamel. Et parti d’un élément précis, j’ai fini par faire le tour! Mais si ça peut ouvrir des pistes que je n’ai qu’effleurées…

    Ce commentaire de « Warren Peace » n’est évidemment pas encore publié! C’est une primeur…😉

    14Warren Peace : Commentaire en attente d’approbation.
    janvier 10, 2011 à 0:46
    @ M. Duhamel
    progrès technologiques qui ont conduit à l’amélioration du bien-être de l’humanité et de l’espérance de vie des humains dans tous les pays du monde, sauf peut-être au Zimbabwe et en Corée du Nord.”

    Où situez-vous les USA là dedans, dont les jeunes d’aujourd’hui ont une espérance de vie inférieure à celle de leurs parents…

    En partie, parce qu’ils mangent trop, et trop mal.

    Alors réduire sa consommation, est-ce un vrai problème? Pas toujours.

    = = =

    Peut-on toujours bouffer de plus en plus de viande? Combien faut-il de surface cultivée pour nourrir un boeuf ou un porc? Un jour, peut-être faudra-t-il rationaliser et devenir plus fruits et légumes que carnivores.

    Un jour, aussi, les surfaces réservées à la culture qui sert à faire des bio-carburants va concurrencer les cultures servant à nourrir le bétail ou les humains.

    Le même acre de terre peut pas servir aux trois cultures en même temps…

    Et les surfaces cultivables, ça gagne du terrain au dépens de… Vous êtes muet là dessus. Vous croyez qu’on peut poursuivre la déforestation jusqu’au dernier arbre?

    Haiti a été vidé de ses arbres. Voyez le résultat: des terres instables, lavées par la pluie, et des terres qui ne produisent plus rien.

    = = =

    Ce qui est paradoxal, c’est l’importation de cornichons en provenance de l’Inde. Ça va toujours progresser? Yousqui vont mettre les gens?

    Il y a une limite à quelque part.

    On s’entend pas nécessairement sur la date où la limite sera atteinte mais elle va survenir…

    À moins qu’on mange tous de la tourtière aux algues et que la population mondiale commence à diminuer.

    Ou… à moins de vivre dans le monde d’Alice au pays des merveilles…

  61. @ papitibi,

    7 janvier 2011 à 11:21
    @Mangouste

    « L’une de mes nièces, aujourd’hui âgée de 39 ans, avait participé il y a un quart de siècle à un programme d’échanges culturels entre l’URSS et le Québec: tous ces jeunes étaient soit des joueurs de hockey, soit membres de divers clubs de patinage artistique.

    « Ce qui lui a permis d’offrir sa prestation au Palais des sports de Moscou et à St-Pétersbourg (alors Leningrad). »

    « Expérience inoubliable, à plus d’un égard. Mais plutôt traumatisante par ailleurs. L’un des jeunes s’est fait confisquer sa caméra et avait été soumis à un interrogatoire, pour avoir pris en photo des avions stationnés à l’aéroport. Sale espion à la solde de l’impérialisme!

    « Expérience culinaire désastreuse, par ailleurs; les jeunes québécois avaient faiilli déclencher un incident diplomatique, eux qui affichaient un dégoût assez marqué face aux plats qui éraient commandé pour eux par leurs accompagnateurs russes. De toute évidence, ces accompagnateurs ne savaient rien des habitudes alimentaires de notre belle jeunesse occidentale, et ils ont dû vouloir leur faire goûter une nourriture plus typique de la Grande Russie. »

    S’il s’était agi de compétitions sportives, surtout à l’époque, car elles ont toujours été prises très au sérieux par les tenants du système sportif soviétique, comme de celui des États-Unis d’ailleurs, plutôt que d’échanges culturels, j’aurais compris le dépaysagement culinaire et la tentative de découragement gastro-nomique expresse.

    Toutefois, une démonstration de patinage artistique de Québécois chez les Russes ressemble un peu, pour moi, à un match de l’Impact, même amical, contre le Barça. Pas de quoi utiliser des subterfuges…

    De là à dire que les accompagnateurs avaient une mission précise à effectuer en choisissant les plats destinés aux Québécois, je me réserve un doute, surtout que le Québec était probablement vu comme une province neutre sur l’échiquier en matière de Guerre froide…

    Il y a 25 ans, nous approchions de la dernière courbe du long chemin du soviétisme, et vous avez probablement raison, Papitibi, en faisant référence aux possibles complots d’espionnage que les Russes voyaient partout et dans leur soupe Borsch. Et non ! Il n’était pas permis de prendre des photos dans les aéroports ni dans leurs environs, et ce, pour la forme, car les Russes savaient fort bien que les Ricains pouvaient obtenir plus encore à partir de leurs satellites, et vice versa. Il s’agissait d’une manoeuvre de dissuasion globale. Plus facile ainsi de coincer tous les photographes, y compris les espions, mais là encore, pas si facile que cela, car les espions savent où, quoi et quand lorsqu’il est question de prendre la photo rare qui économisera ou coûtera des centaines de millions et plus en recherches scientifiques militaires, en armement, en sécurité, en bakchich.

  62. @Mangouste

    « De là à dire que les accompagnateurs avaient une mission précise à effectuer en choisissant les plats destinés aux Québécois, je me réserve un doute, surtout que le Québec était probablement vu comme une province neutre sur l’échiquier en matière de Guerre froide… »

    Les accompagnateurs servaient d’interprètes aux jeunes québécois. Ces derniers décrivaient ce qu’ils aimeraient manger mais désolé, pas de McDo en vue.
    Je pense qu’ils faisaient leur possible pour essayer de les nourrir à l’occidentale… mais ce qui n’existe pas n’existe pas!

    = = =

    Pour la caméra confisquée, c’était de l’entroudecuttage de mouche.
    Il serait surprenant que des avions militaires ultra-secrets aient été stationnés sur un aéroport civil ouvert aux étrangers.
    Réaction épidermique, donc.
    Sauf que… tous les parents avaient été scandalisés par cette attitude et il doit y en avoir bien peu qui sont demeurés – ou qui sont devenus – des partisans du régime soviétique.

    La nièce – devenue dentiste et femme de médecin, n’est pas très gogauche! Et ne l’a jamais été.

  63. @ papitibi

    Merci pour la piste.

    Peut être je n’aurais pas dû intervenir je ne suis pas en forme aujourd’hui. Un virus peut être.

  64. Antoine dit :

    9 janvier 2011 à 11:08
    « Très intéressent cet article. Wal-Mart aussi est coupable de faire fermer divers magasins locaux puisque cette chaîne a les moyens de vendre à des prix très bas. »

    Les experts en la matière disent que tout au plus 20 % des articles vendus par Walmard sont moins chers que ceux des concurrents…

    Walmard a surtout les moyens de forcer les fabricants qui se sont fait prendre à son jeu à réduire leurs prix de vente. Pas de réduction, plus de Walmard… L’argent et les consciences, pas de lien commercial sauf celui de l’achat. Et plus il y a d’argent, plus il y en a à protéger, à accroître, à voler, et la conscience s’envole en fumée plus vite que le phosphore. C’est la principale tare du capitalisme, et l’art de ne plus savoir où ni quand s’arrêter dans l’avidité, la richesse et le pouvoir. Une nature humaine en voie de devenir meurtrière pour l’humanité entière.

  65. @JPL

    « Étant le seul et l’unique maître de mon corps, c’est moi qui décide ce que je fais avec lui, est-ce que c’est clair!!! »
    ________

    Si tu veux t’auto-mutiler, c’est ton choix.

    @tous

    Quand je parle de la génération Passe-Partout, c’est de ça que je parle, le ton d’un enfant de trois ans.

  66. @ lizzie

    « le ton d’un enfant de trois ans.»

    Quant à moi, ça s’applique aussi, sinon plus, à la génération Bobino !😉

    Je trouve un peu plate qu’on associe plein de choses à une personne qui est aussi atypique que le héros de ce billet. Moi, il ne m’indispose pas à cause de son âge, de son poids ou des émissions qu’il écoutait à la télé. C’est ce qu’il dit qui me désole… mais, ce qui me console est qu’il ne soit aucunement représentatif d’aucun des groupes dont il fait partie.

  67. @Darwin

    « C’est ce qu’il dit qui me désole…  »
    ___________

    Moi, ça m’irrite.

  68. @ mangouste rieuse

    Ce qu’on m’a dit, il y a15 ans, est que chez all marde est que sur 33 K d’articles en inventaire 3000 sont au prix du marché ou moins cher 30 000 sont au prix du marché ou plu cher. Donc globalement plus cher que le marché.

    Bon ce n’est peut-être pas exact mais c’est pour le principe.

    Pour les moyens de vendre très bas il faut avoir été en industrie pour savoir que les économies d’échelle ne sont pas élastique, le bout en haut arrive très rapidement. Dans certaine circonstance, il peut arriver que le prix soit plus cher si vous achetez trop.

    Ces entreprises géantes ont eu le tour d’impressionner et c’est avec leur grand projecteur qu’elles font de l’argent. All marde, Jean Décousu, Ameublement Tainquez, Broue et Martino vous cassent les oreilles et vous aveuglent 365 jours par année avec leur prix qui déboulent à pleine porte. Pourtant ils sont plus cher avec leur chute de prix c’était 14 pour l’Ami Décousu et les Ameublement. Pourtant à 14% plus cher ils ont étouffé les petits.
    .

    Demandez à votre blonde combien elle a économisée quand elle entrera de la pharmacie de l’ami décousu.

    Le bœuf est entre 1,5 fois à 3 fois moins cher chez Costco pour du AAA. Connaissez-vous bien des familles qui se garochent chez Costco pour aller encaisser 30 à 50$ par semaine?

    Quand le consommateur va magasiner,

    Son premier critère est la sélection c’est-à-dire la plus grande surface de plancher.

    Son deuxième est le prix.

    Son troisième est la qualité du produit.

    Son quatrième est le service.

    Alors comprenez que le petit qui veut donner plein de service et qualité est fait à l’os devant ces géants. Le seul moyen est de s’allier au pouvoir et de fourrer le monde d’une autre façon.

  69. « Walmard a surtout les moyens de forcer les fabricants qui se sont fait prendre à son jeu à réduire leurs prix de vente. »

    Bien sûr. Mais encore là c’est l’hameçon du gros plancher. Quand un poisson fait la promesse à all marde de le fournir all marde donne un petit coup sur la corde pour que le poisson soit bien accroché. En fait le géant une fois ses achats commencé commencera à faire des pressions pour que son poisson fournisse encore plus sinon li devra se tourner vers un autre. Sa marche très souvent, c’est l’appât du gain. Le fournisseur s’achète alors de l’équipement pour fournir all marde.

    Une fois l’équipement bien rodé le fournisseur tout heureux d’avoir quintuplé son chiffre d’affaires entend le téléphone sonner. C’est son fournisseur celui qui achète 85% de son chiffre d’affaires. T’est un peu cher pense à baisser ton prix. Le sourire diminue. Quelques semaines plus tard un gars de all mart vient inspecter minutieusement son entreprise avec un contrôleur comptable. C’est beau à voir aller lui dit-il. Mais deux semaines plus tard sa sonne encore. Baisse encore un peu mon ami. Ouin!

    Deux ou trois mois plus tard, c’est le téléphone ultime qui approche. Tu dois baisser encore beaucoup mon gars, la compétition. Le fournisseur répond non, je ne suis plus capable. On va te donner tel prix. Je vous le dis, je ne suis plus capable lui dit le fournisseur. Pense-y mon gars ou nous on devra se tourner vers un autre qui le fait à tel prix. Je vais te rappeler.

    Finalement le fournisseur le cœur triste doit se résoudre à accepter l’offre qu’il ne peut pas refuser.

    All marde avait envoyé son inspecteur et le comptable pour calculer le prix de revient de son fournisseur. Maintenant notre bon fournisseur un peut trop dretteux doit travailler pendant cinq ans à 30 000$ par année pour payer son équipement espérant que son client ne lui donnera pas un autre coup de bâton dans les jambes.

    Quand tu as juste un client c’est pas toi le boss.

  70. Ho! j’avais ça sur la tablette.

    À l’hôpital on m’a offert de participer à une étude sur le bon cholestérol. On disait qu’abaisser le mauvais cholestérol n’a rien donné, il y a autant d’hospitalisation et c’est vrai. La preuve serait faite.

    J’ai refusé. Oui, deux ans de d’achalage, dix ou douze rencontre à l’hôpital dans la région et 6 ou sept à l’institut de cardiologie. Deux ans plus tard il aurait fallu que je me fasse jouer dans les artères une autre fois.

    Maintenant que les pharma savent que leur chat est mort avec les pilules contre le mauvais cholestérol, ils cherchent une solution de remplacement. Monter le bon cholestérol.

    PS c’était juste des noms de médecins sur l’étude, pas de pharma mais…

  71. youlle dit :

    11 janvier 2011

    Merci de toute cette information, youlle.

    Très intéressante et effrayante à la fois.

    Je dont j’avais entendu parler au sujet des fournisseurs des Walton de Walmard, vous l’avez décrit en détails.

    Merci encore.

  72. youlle dit :

    11 janvier 2011

    ERRATUM :

    Ce dont j’avais entendu parler…

  73. Eurk…

    « Ainsi, Burger King offre «pour une durée limitée» le Whopper brûlant. Ce hamburger de boeuf garni de fromage Pepper Jack, de poivrons frits et de mayonnaise épicée contient 880 calories. Cela équivaut à 59?% des calories dont a besoin une femme dans une journée complète et à 44 % pour un homme.

    Sans oublier 58 g de gras et 1290 mg de sodium, presque la quantité quotidienne maximale recommandée (1500 mg). »

    http://tiny.cc/8vy4m

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s