74 commentaires sur “Pont Champlain: « si je vous disais ce que je sais, ça pourrait semer l’émoi » – le ministre Lebel

  1. Il y a toujours bien une limite à punir la province parce qu’on a pas voté pour lui!

    On veut un nouveau pont! Et en or en plus!

    J’aime bien le commentaire de Maurice58. Pauvre lui, pas chanceux à la chaise musicale, il est aussi bien de ne pas passer par le pont.

    P.S. j’essaierai d’être plus sérieux demain Papi. Bonne nuit.

  2. «Il y a toujours bien une limite à punir la province parce qu’on a pas voté pour lui!»

    C’est plus Montréal que le Québec que les conservateurs veulent punir… Au dernier débat des chefs, Harper a dit que ce serait nuire aux régions que de construire un nouveau pont Champlain!

  3. Politiquement parlant, si vous voulez tenir le Québec en laisse, il faut maintenir son économie plus faible que forte, pour lui enlever toute envie d’aller voir ailleurs…

    Par conséquent, tenir le pôle économique québécois, le Grand-Montréal, faible économiquement peut être un objectif pernicieux, mais résolument applicable, en catimini toutefois.

    Nous avons tous vu les sièges sociaux déménager par dizaines à Toronto, y compris les camions de la Brinks, sans voir le fédéral, libéral de Trudeau et de Chrétien, s’offusquer, ne serait-ce que pour la forme. Cela fait des décennies que Toronto fait son travail de minage international contre Montréal. J’en ai lu les preuves dans des journaux d’affaires, dans des rapports économiques, voire dans des commentaires lors d’évènements culturels comme les festivals torontois, sans omettre le sempiternel Kwebek Bashing, ce dénigrement devenu le deuxième sport ontarien et canadien contre le Québec, après le hockey…

    Je travaillais à Air Canada, à l’époque de Bourassa, et j’ai vu les services de formation de pilotes sur simulateurs, de peinture d’avions, et d’entretien divers graduellement prendre fin à Dorval pour se retrouver à Downsview, en banlieue de Toronto, quitte à construire un nouveau hangar pour la peinture, alors que celui de Montréal était encore très récent et tout à fait approprié. Remarquez que c’était après l’affaire des Gens de l’Air, ces Québécois, pilotes et autres, employés d’Air Canada, alors Société d’État canadienne, qui voulaient travailler en français. On a donc pris le taureau par les cornes et on a commencé par obliger tous les pilotes d’AC à suivre leurs stages de formation sur simulateurs, en anglais, dans les installations de Downsview et des environs, ayant déménagé les simulateurs de Dorval et n’en ayant installé aucun par la suite, en prévision de la réception des Airbus, notamment, ceux de Mulroney, qui a tenté de faire beaucoup pour le Québec, pourtant.

    Si le maintien de l’état précaire du pont Champlain fait craindre les usagers : automobilistes, transporteurs de fret, usagers du transport en commun, etc., il y aura inévitablement des conséquences économiques négatives pour le Grand-Montréal, dont le lien avec sa Rive-Sud est essentiel, pour sa main-d’œuvre, le transport de biens en provenance et à destination des États-Unis et l’économie de toute la région métropolitaine…

    Harper étant ultratêtu — ce n’est pas le seul qualificatif accompagné du terme ultra qui lui sied, comme son gant de cowboy albertain — et manifestement mauvais joueur et perdant dans ses manœuvres politiques d’ophidien, il ne s’empressera pas de satisfaire la région de Montréal en promettant de régler dans les meilleurs délais le problème du pont Champlain, donc en s’attaquant dès aujourd’hui à la construction d’un nouveau pont Champlain, le pont le plus utilisé du Canada, rien de moins. S’il peut faire durer le problème et le régler juste à temps, avant les prochaines élections fédérales, il pourra, avec les zigzags qu’on lui connaît, trop, se faire un capital politique non négligeable au Québec, à tout le moins auprès de l’électorat qui ne suit pas les actualités politiques de suffisamment près pour être avisé sur le personnage, ses magouilles, ses convictions idéologiques sur la politique internationale, dangereuses pour le Québec et le Canada. À suivre…, mais armons-nous de patience.

  4. Le pont champlain, c’est un peu comme les arguments du doc. C’est du béton, mais c’est fissuré de partout!

    Modérateur: c’est drôle, moi ça me fait penser à « un blogueur solide comme le roc« , âgé de 23 ans, maître du copié-collé, des triples !!! et des billets comportant 40000 mots et plus!!!

    PS: Si j’ai modifié votre pseudo, c’est pour des raisons de convenance; il n’est pas gentil de qualifier une moufette de pute. Moufette? Voir le commentaire de 11h53

  5. @mangouste

    Ils sont bien capable de nous étrangler à petit feu – économiquement, s’entend – sans que ça ne paraisse trop: une vacherie pas ci, une injustice par là, et hop, on serre un peu plus le garrot…

    Pour le pont Champlain on dirait que tant qu’il n’y aura pas un ou des morts, pas grand chose ne se fera. J’ai l’impression que c’est ce qui sera l’élément déclencheur. Sinon, comme vous le dites, s’ils peuvent étirer ça jusqu’aux prochaines élections, et si ça tient, jusqu’aux suivantes!…

  6. Techonologie Française au québec? Encore !! Ça ressemble à l’histoire du stade cette affaire.
    Pourquoi n’a t-on pas fait appel au corps d’ingénieurs de l’armée américaine à cette époque?
    Un nouveau pont est-il nécessaire? Il appert que oui. Mais pas conçu, ni construit par des québécois.
    Le québec n’est pas un laboratoire de génie civil payé par les canadiens.
    Et le PM a 1000 et une chose plus urgente à régler à son agenda.
    Et aussi pour faire savoir faut savoir. Ça prends d’autres études plus objectives menées par des firmes US.

    Modérateur: Tout le monde savait, Simon Picotte, que tu ES une moufette. Pas besoin de le répéter en signant « La Moufette » et en donnant comme adresse La.moufettte@gmail.com

    Je prends note, par ailleurs, que tu nies à l’honorable Dr Michael Laughrea, Mphil, PhD, la compétence et les connaissances nécessaires à la conception d’un nouveau pont.

    Tu devrais avoir honte de mépriser à ce point un si grand Québécois, toi qui lui a si souvent léché le cul (ce qui explique d’ailleurs pourquoi tu pues de la gueule).

  7. La bête puante… outrecuidante partiellement anesthésiée et contaminée par ses propres effluves pestilentielles, voudrait que l’on embauche une firme de ses amaricains imaginaires, une grosse oui, une crisse de grosse de firme d’ingénieurs, tabarnac pas un affaire d’apprenti.

    Pour satisfaire la bête, bête et stupide, il faudrait aller aux USA et embaucher la meilleure, c’est-à-dire SNC-Lavalin de Montréal reconnue ces dernières années comme étant la plus grosse au monde et la meilleure, celle qui réalise des projets, des GRANDS projets, tabarnac, pas des ti crisse de stades Québécois de franças francophônes, de France non, non des vrais qui, réalisent des vrais grands projets comme ses amaricains à lui.

    Pour lui, ses amaricains sont grands. Quand ses Amaricain imaginaires s’exécutent, ils exécutent en GRAND tabanac.

    Ainsi on peut voir que quand les Québécois crisse un ti viaduc à terre, eux autres tabanac ils crissent un gros sacramant de pont à l’eau. Aille ils l’ont ti l’affaire ses amaricains? Aille il l’a ti l’affaire son Stiffenn, Harrr…Peur amaricanisé.

    Surprenant qu’un grand représentant infect et fétide de sa majesté, le Premier Minisse hard de peur, vienne perdre son précieux temps ici.

    PS. Mais qui paye un idiot semblable pour manger tout son bien-être sur les blogues?

  8. Ce qu’il y a de particulier dans le dénigrement des Québécois au profit des Zamariquins par le nouveau sconse des blogues, c’est son ignorance crasse ET provocatrice face à la réputation mondiale des ingénieurs québécois, connus même et surtout en Chine. Le barrage des Trois Gorges en est la preuve, bien que les barrages soient un sujet litigieux pour des raisons écologiques et sociales lorsqu’ils causent des déplacements de populations, des augentations de la présence de mercure dans les eaux retenues par les barrages, l’inondation permanente de régions boisées, de terres agricoles…

    L’ignorance crasse devant des blogueurs qui ont étudié, entre autres choses, le génie civil, qui n’est pas un domaine inapproprié pour parler de ponts, de structures métalliques, de structures de béton, d’armatures pour béton, de béton, de corrosion, de corrosivité des sels de voirie…

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201101/13/01-4359637-pont-champlain-une-usure-prematuree-anticipee-depuis-10-ans.php

    Quatre points d’importance :

    1)
    La qualité de la construction a peut-être été moins bonne que prévue en raison du sous-financement, d’après ce que j’ai lu dernièrement.

    2)
    La circulation des véhicules prévue au moment de l’ouverture du pont s’est multipliée de beaucoup depuis 1963 (de 23,57 fois), de 7 000 à 165 000 véhicules :

    « Selon des données de la Société des ponts fédéraux, un peu plus de 7000 véhicules par jour empruntaient le pont Champlain en 1963, un an après son inauguration. À la fin des années 80, le nombre d’automobiles et de camions dépassait les 100 000 par jour. ».

    3)
    Le grand, trop grand, nombre de camions qui empruntent le pont. La masse d’un seul de ces énormes mastodontes, à pleine charge, peut, lors d’un freinage brusque, équivaloir à celle de 150 000 automobiles.

    4)
    La hauteur du pont, dont les piliers ont été prévus pour laisser passer les cargos utilisant la Voie maritime. Cette hauteur n’aide en rien l’élimination des vibrations.

    Martin Croteau de La Presse a écrit un papier le 22 mars dernier :

    « Une situation «infernale» si le pont Champlain devait fermer »

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/201103/21/01-4381710-une-situation-infernale-si-le-pont-champlain-devait-fermer.php

    EXTRAITS :

    « Des marchandises d’une valeur d’environ 20 milliards circulent chaque année sur le pont, et 165 000 véhicules l’empruntent tous les jours.

    « Le milieu des affaires presse Ottawa de confirmer la construction d’un nouveau pont Champlain. Les entreprises du Grand Montréal craignent une catastrophe économique si le pont – où transitent chaque année 20 milliards en marchandises et des centaines de milliers de travailleurs – était mis hors service sans être remplacé.

    « Le gouvernement conservateur a annoncé vendredi dernier un investissement de 158 millions de dollars en trois ans pour permettre à la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCC) de poursuivre la réfection du pont, dont certaines parties menacent de s’écrouler, selon des études révélées par La Presse. Cette somme s’ajoute aux 212 millions déjà consentis pour un programme d’entretien de 10 ans, lancé en 2009.

    « Or, le sénateur Larry Smith a refusé de se commettre au sujet de la construction d’un nouveau pont, une prise de position qui inquiète au plus haut point les entreprises du Grand Montréal. Selon elles, la mise hors service du pont Champlain avant la construction d’un autre pont ne serait rien de moins que catastrophique pour l’économie de la métropole.

    « Des marchandises d’une valeur d’environ 20 milliards circulent chaque année sur le pont, et 165 000 véhicules l’empruntent tous les jours. À cela s’ajoutent les 45 000 personnes qui transitent par la voie réservée située au centre, autant de passagers que dans les trois stations de métro à Laval. C’est le pont le plus fréquenté du Canada, et un axe vital pour le transport des marchandises et le déplacement des travailleurs, disent les gens d’affaires.

    « S’il devait fermer, la situation deviendrait «infernale», affirme le président de la chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc.

    «Le pont Champlain est absolument fondamental et c’est un pivot de notre économie, affirme-t-il. C’est l’un des axes stratégiques les plus importants pour l’ensemble du Québec, pas seulement pour Montréal. Il est d’autant plus incontournable que le prolongement de l’autoroute 30 n’est pas terminé.» »

    http://www.osmos-canada.com/fr/realisations/osmos-au-quebec.php

    « Pont Champlain, Montréal
    Le pont Champlain est le pont le plus achalandé au Canada. Depuis son ouverture en 1962, le nombre de véhicules circulant sur le pont n’a cessé d’augmenter. On évalue aujourd’hui le débit de circulation sur le pont Champlain à 57,1 millions de véhicules par année. Il est soumis à des conditions d’exploitation extrêmes (circulation intense, variations thermiques élevées, effets du gel/dégel, salage de la chaussée,…) M. Bernard Hodac, PDG de Groupe Osmos, n’hésite pas à dire qu’il représente un défi comparable à celui de surveiller la tour Eiffel. »

    Un rapport de 82 pages du Consortium BCDE :

  9. À spritzer et al, moins un,

    13 juillet 2011 à 10:08

    Imaginez un seul instant le branlebas canadien si le nom de la ville insulaire était Toronto au lieu de Montréal…

    Pour allumer le cordeau trop court de qui vous savez, j’ajouterai qu’Halliburton, son V-P, Prick Cheney, et les gningnégnieurs militaires états-uniens viendraient même prêter un coup de main technique, afin de conforter le sconse dans son delerium tremens.

  10. Le sconse détestable récidive à 16h23, citant cette fois les entreprises de génie-conseil Dessau et Génivar comme exemples d’ineptie québécoise…

    J’ai envie de lui répondre que même en Israêl – qu’il a oublié de citer en exempe -, il arrive que ça fouère lamentablement:

    Two thirds of the seedling high-tech companies nurtured by Israel’s technology incubators program have closed down, only 61% managed to raise investment, and the firms are defaulting on state loans granted to them, the director of the program Yossi Smoler revealed yesterday for the first time. Which begs the question: Is the program a failure or a success?

    Cé donc bin platte!

    J’aurais bien voulu lui parler des firmes de génie-conseil israéliennes, mais il n’existe pas de comparables parmi les 14 petites entreprises israéliennes que j’ai pu recenser et qui oeuvrent en ingénierie et génie-conseil.

  11. Certains ici ont parlé d’une construction déficiente du pont au départ. Il est là le problème ou bien c’est plutôt l’explosion imprévue de la circulation, particulièrement la circulation lourde, qui a raccourcie la vie de la structure? Je ne trouve rien qui parle d’une construction à rabais à l’époque.

    Autre chose: s’il avaient maintenu le péage qu’ils ont aboli en 1990 et qui était alors de 25 cents, et qu’ils l’avaient porté à 1$ et plus pour les van, à 140 000 passages par jours ça commence à faire une bonne cagnotte à la fin de l’année pour l’entretien du pont, ou son remplacement.

  12. @ spritzer

    «s’il avaient maintenu le péage»

    C’est une question surtout politique, mais aussi de fluidité. À l’époque les péages ralentissaent la circulation de beaucoup. Ce n’est plus un problème.

    Du côté politique, le PQ avait doublé le prix des péages à leur arrivée au pouvoir (c’était dans son programme), de 0,25 $ à 0,50 $, au moins sur l’autoroute des Laurentides, mais aussi en Estrie, si je me souviens bien, et peut-être ailleurs. Puis, il l’a aboli pour faire un cadeau aux automobilistes.

    Je ne suis vraiment pas le seul à avoir soulevé l’incohérence de ces décisions…

  13. … Les Conservateurs voient ce que Montréal ne leur apportent pas.

    J’ai comme l’impression qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’elle (leur) rapporte.

  14. @Darwin

    Merci pour ces précisions.

    Effectivement, avec la technologie d’aujourd’hui, une petite ponction à chaque automobiliste qui traverse le pont et ni vu ni connu, la circulation n’en souffre pas.

    Quand j’allais en visite à Montréal étant très jeune, c’était un plaisir que je ne voulais pas rater que d’être celui qui tirait le 25 cents dans le panier aux barrières. Je les aimais moi, les péages…

  15. À Mangouste rieuse,

    Je vous donne mon avis de petit connaissant en béton acier et mécanique de structure.

    Je ne suis pas ingénieur, donc mon avis n’est pas valable devant la cour, mais j’ai des connaissances en construction et en béton.

    Pour le pont Champlain:

    Pour les vibrations, si les ingénieurs ont fait leur job aucun problème.

    Pour le poids et la quantité de camion et d’autos, encore une fois rien à voir. Prenez l’exemple du pont Jacques Cartier et celui de Québec mal entretenus. Vous remarquerez que les piliers de béton arrivent à 100 ans contrairement au pont Champlain et le viaduc de la Concorde.

    Vous remarquerez que le barrage de la rivière St-Maurice a plus de 100 ans et tient toujours le coup et est comme neuf.
    =====
    « La qualité de la construction a peut-être été moins bonne que prévue en raison du sous-financement, d’après ce que j’ai lu dernièrement. »

    Ha Bon! Et voilà!

    Vous aurez remarqué que le viaduc de la concorde MANQUAIT d’armature de fer, que cette armature était MAL placée et que selon les ingénieurs le béton MANQUAIT DE CIMENT. Bien oui l’entrepreneur PRIVÉ a mis le fer l’ouvrage et le ciment du béton dans ses poches.

    Par chez nous les vieux disaient à ceux qui ménageaient le ciment dans le béton : « Les poules vont manger ton ciment ». C’est ce qui arrive à plusieurs structures au Québec.

    J’ai ici un perron, celui devant la maison, il date de 1978. Pourtant il est au nord et ce béton et son armature reçoivent au moins 7 kilos de chlorure de calcium par mètre carré à chaque hiver depuis 33 ans, ce qui est beaucoup plus important que ce que reçoivent les structures du Québec. Pourtant le béton et son armature sont intacts, comme neuf. Seules les pluies acides en ont enlevé une mince couche.

    Le barrage de la Manic qui supporte une colonne 214 mètres d’eau a 5 ans de moins est bien plus au froid et n’est pas à refaire. La centrale de Beauharnois en béton mise en opération en 1932 est en parfaite condition et supporte 24 mètres d’eau.

    Mais pourquoi le pont Champlain est « scrap »?

    Regardez ces photos surtout la deuxième et l’avant dernière:

    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/archives/2011/04/20110408-170521.html

    Toutes ces failles sont causées par l’eau qui pénètre le béton. Plus il y a de ciment Portland dans le béton, plus il est imperméable. Donc si l’entrepreneur a triché et mis l’argent du ciment dans ses poches, on peut donc constater le résultat aujourd’hui, il est plus perméable. Imaginez en plus si il manque une « rod » par ci par là. La construction au Mexique quoi. Rappelez-vous le tremblement de terre à Mexico.

    Autre chose, à plusieurs endroits dans la région métropolitaine, on peut voir sur les structures la trace ou les tiges de l’armature du béton. Encore une fois c’est un défaut de l’entrepreneur. Ici je ne sais pas, mais en Floride une tige d’armature dans le béton doit être a au moins 50 mm sous la surface du béton partout. En cas de défaut c’est le bulldozer ou la dynamite et on recommence.

    Aujourd’hui les travaux d’infrastructure sont nombreux et il manque d’ingénieur pour surveiller à cause du grand nombre de mise en chantier. Dites vous bien que les problèmes du viaduc de la concorde et du pont Champlain se construisent actuellement.

  16. Commentaire hors sujet :

    Papitibi, vous qui avez parlé bien souvent de la modétation des blogues de journaux et de la question de l’anonymat, vous avez sûrement noté que Radio-Canada demande maintenant aux commentateurs de d’identifier :

    Radio-Canada passe aux commentaires signés pour les internautes
    http://blogues.radio-canada.ca/surleweb/2011/07/13/radio-canada-passe-aux-commentaires-signes-pour-les-internautes/

    et

    Radio-Canada.ca fait le pari de la transparence
    http://www.radio-canada.ca/apropos/commentaires_rc/le_pari_de_la_transparence/

  17. Le sconse détestable, bête qui pue devra appeler Harrrr…peurrr.

    Et consulter les hémorroïdes de son doc préféré.

    Qui s’assemble se ressemble.

  18. @Maxime (Mxdxd) 19h01

    On croirait lire Maxime Jos-Louis Bernier, avec sa foi aveugle…
    Justement, les bienfaits qu’apportent les Conservateurs aux Montréalais, c’est quoi, au juste? Je serais bien curieux d’en voir la liste, avec la valeur économique de ces formidables bienfaits…
    Étonnez-moi!

  19. Comme l’a dit Deng Xiaoping, ‘peut importe que le chat soit blanc ou noir, tant qu’il attrape des souris’.

    On s’en crisse d’où viens l’ingénieur et sa firme, tant qu’ils sont compétents, honnêtes, et efficaces.

  20. À youlle

    13 juillet 2011 à 19:47

    Pour la qualité du béton, vous n’avez pas tort.

    Toutefois, outre les inspecteurs des travaux, surtout ceux de chantiers d’une pareille envergure et importance sur les plans de la sécurité, de la résistance et de la durabilité, il importe que les techniciens de laboratoire du ministère des Transports ou de l’organisme responsable fassent leur travail : analyse et vérification de la compaction des sols, des agrégats, de l’asphalte et de leur teneur en particules, de très fines à la grosseur nominale maximale , ainsi que de la résistance du béton et de sa teneur en particules de toutes les grosseurs, de très fines à la grosseur nominale maximale, en liant et en eau.

    Les résultats des analyses et des tests de laboratoire ne mentent pas. Ils indiquent s’il y a la teneur en ciment spécifiée (probablement selon les normes optimales, californiennes, pour ce genre de pont, comme pour les pistes d’atterrissage des aéroports internationaux. Ils prouvent également s’il y a eu respect des normes, si la compaction (sols, agrégats et asphalte) est suffisante, etc.

    Un béton pauvre en ciment, le liant, est un béton faible, dont la résistance sous la poussée de la presse du labo sera inférieure à celle qu’exigent les normes, prouvant le manque de liant, de ciment. Si, en outre, la teneur en particules du béton n’est pas conforme, là également les analyses en labo la prouveront.

    Pour que le béton soit pauvre en liant sur pareil chantier, il faut que les techniciens de labo ferment les yeux, mais également que l’usine préparant le béton soit dans le coup…

    Un ancien techno de labo de Transports Canada…

  21. « Pour que le béton soit pauvre en liant sur pareil chantier, il faut que les techniciens de labo ferment les yeux, mais également que l’usine préparant le béton soit dans le coup… »

    Exactement!

    Je peut me tromper mais quand je vois de béton de ce pont c’est pourquoi je dis que l’on a triché, il est perméable à l’eau. C’est une chose qui a été reconnue pour le viaduc de la concorde. Ce viaduc ne passait pas les test quand il a tombé si ma mémoire est bonne. Et encore un ingénieur à déclaré dans les médias que les ingénieurs ont abaissé les normes dans ce temps et que les entrepreneurs ne les ont pas respectés. Imaginez deux baisses.

    C’est très facile pour l’entrepreneur et celui qui prépare le béton de fourrer les techniciens avec de faux échantillons. Présentement les ingénieurs du Québec se plaignent que cette surveillance est inadéquate à cause du manque d’ingénieurs et que le risque est plus que grand que les mêmes choses se reproduisent.

    Il faut dire aussi que si les intervenants ne se font pas pincer pendant les travaux, ils n’auront jamais de problèmes. Les très jeunes qui qui ont travaillés sur ce pont ont aujourd’hui 70 ans. Les entrepreneurs eux sont à l’hospice ou depuis longtemps dans la tombe.

    Il faudrait aussi voir si l’entrepreneur pour le béton et le fournisseur n’étaient pas les mêmes. Sa je l’ai déjà vu ici pour des travaux importants. Un autre entrepreneur que je connais à triché toute sa vie et a été poursuivi presque toute sa vie et à ma connaissance n’a jamais perdu. Un phénomène reconnu qui est entré dans un hospice il y a deux mois.

    Il serait très intéressant que des échantillons du pont Champlain soient prélevés, juste pour voir.

  22. Entéka, moi je ne passe pas sur l’échangeur Turcot, ni sur le Pont Champlain et ni sur le Pont Mercier tant que tout n’est pas reconstruit. Je demeure tout près du viaduc Concorde, sur lequel je passais tous les jours de la semaine.

  23. À youlle,

    14 juillet 2011 à 15:05

    Sans vouloir être fouineur à outrance, dans quelle région se sont passés ces évènements ?

    Gageons que John James le connaît de réputation, votre phénomène hotspice…

    Bonne soirée.

  24. @ mangouste rieuse

    Au centre du Québec.

    Tout le monde connais J.P. dans le coin. Il était capable de sortir les ingénieurs du trou pour ne pas retarder les travaux.

    ===========

    « Entéka, moi je ne passe pas sur l’échangeur Turcot, ni sur le Pont Champlain et ni sur le Pont Mercier… » (lizzie)

    Ce qui donne raison à mangouste dans son commentaire du 13 juillet 2011 à 09:08.

    À propos de ce commentaire mangouste j’aimerais en ajouter quelque peu, plus tard.

  25. @Papi

    Ce que les conservateurs rapportent au montréalais?
    Peut-on employer « rapportent » lorsque l’apport est négatif?

    Je n’en suis pas convaincu.

    M’est d’avis que vous n’avez pas compris mon message initial.

    Le PC voit ce que Montréal ne lui apporte pas (des votes) et ne voit pas du tout ce qu’elle lui apporte (taxes et impôts, entre autres).

  26. À MXDXD,

    J’avais vu le sens votre commentaire initial comme celui de votre dernier. Je me suis dit qu’il y aurait précision, ce qui fut fait et clôture bien l’échange.

    « Accordez-vous donc ! C’est si beau l’accordéon… », aurait dit mon père, pas musicien ni mélomane pour cincenne… 🙂

    Bonne journée, Messieurs.

  27. À youlle,

    « Tout le monde connais J.P. dans le coin. Il était capable de sortir les ingénieurs du trou pour ne pas retarder les travaux. »

    Incroyables, comme actes osés stupides, mais rien ne nous surprend dorénavant dans le monde fabuleux de Disney ; oups… de la construction. Par conséquent, les ingénieurs étaient des « pleutres », pour employer un terme de l’idiot utile des blogues proSion.

    À propos des échantillons à prendre sur les éléments en béton du pont Champlain, il faudra oublier cette idée, qui mettrait certains entrepreneurs en construction encore dans le paysage dans l’eau bouillante. Cependant, s’ils sont fourni$$eurs officiel$ de la Cour de sa Majesté John James Premier, ils n’auront pas à s’inquiéter. Le passé récent en est garant.

    « À propos de ce commentaire mangouste j’aimerais en ajouter quelque peu, plus tard. »

    Ce sera un plaisir de vous lire. Du moins, c’est ce que je prévois dans mon bulletin météo :

    Ensoleillé plutôt que nuageux avec averses…

  28. Des Iznogoods.

    On devrait les vizirer du Canada.

    Une lanterne, un génie, et c’est fait.

    En politique, les lanternes sont rares. Alors, trouver le génie…

  29. @Papi

    … Genre.

    Et enlevez-vous de dedans la tête que je ne suis pas moi, si ce n’est pas déjà fait! Picotte fait une faute aux 5 mots!!!

    Par le modérateur: Qu’il fasse une faute aux 5 mots, c’est pas grave. Qu’il soit si perturbé entre les deux oreilles, ça, ça doit pas être facile pour sa famille, par contre.

  30. «Qu’il soit si perturbé entre les deux oreilles»

    C’est peut-être un effet permanent de la varicelle…

  31. @ spritzer

    «Elle est bonne!»

    Vous êtes un bon public! Ça faisait un bout de temps que je voulais la faire, mais pas de façon trop évidente… Pauvre gars, il a dû l’entendre des milliers de fois, celle-là…

  32. Si c’est son véritable nom… Quand quelqu’un met autant de l’avant que LUI il blogue à visage découvert et que les autres sont des poltrons, j’ai toujours un doute. Et je vous assure que mon nom est bien Charles-Étienne Fortin en passant! Je fais preuve d’un courage extrème en disant cela! 🙂

    Mais c’est rigolo en effet ce jeu de mots Darwin! 😆

  33. « Et il lui demanda: Quel est ton nom? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs. » Marc 5:9

    Ça c’est pour Simon et ses multiples pseudos. 😮

  34. @ spritzer

    Si tu avais attendu 5 minutes, ton verset Marc 5:9 aurait été publié à 5h09 pm

    J’m’en vais m’acheter un billet de lotterie juste au cas 😉

  35. @Blink

    Héhéhé, bien vu.

    Je m’en suis acheté un cet après-midi. Ça veut peut-être dire que je manquerai le gros lot par un chiffre… 😉

  36. Ah la loterie… ça me rappelle

    Un gars est né le 7 du septième mois 1877. Il était le septième enfant d’une famille de sept. Son prénom (Romuald) comptait 7 lettres et son nom de famille était Bessette.

    En 1954, le jour de ses 77 ans, il décida de parier toute ses économies d’une vie, soit 777 777$ sur le cheval numéro 7 dans la septième course.

    Et comme il faillait s’y attendre, le cheval finit septième. 🙂

  37. «Oui, mais je pourrais gagner!»

    J’adore les preuves par l’absurde!

    «En 1954»

    1954 ? Ah oui, -1+9-5+4=7… Pas évidente celle-là! 😉

  38. -1+9-5+4=7 😯

    Ouf! Alors là, je suis impressionné! 🙂

    Je n’ai jamais réussi à faire démarrer la partie du cerveau qui en arrive à ça!

    As-tu remarqué Darwin, je fais attention maintenant de ne pas dire « J’ai jamais », au lieu de « Je n’ai jamais ». Un autre conseil de Darwin que je tente de mettre en pratique 😉

  39. @Darwin 11h03

     » Pauvre gars, il a dû l’entendre des milliers de fois, celle-là… »

    Est-il capable de la comprendre? Peut-être… as long as he’s not under the influence.

  40. «As-tu remarqué Darwin, je fais attention maintenant de ne pas dire « J’ai jamais », au lieu de « Je n’ai jamais ».»

    Je ne savais pas que j’avais cette influence…

    Cela dit, on remarque en général davantage les erreurs que l’absence d’erreur. 😳

    Le plus drôle, c’est que j’ai failli oublier un «ne» tantôt, mais, heureusement, je l’ai vu et l’ai corrigé avant de peser su’l piton… C’est comme le lalaisme (genre «ça l’a lair»), on fini tous par en lâcher un par inadvertance…

  41. L’expression « He has a way with words » devient « He has a way with numbers »

    J’écoute quand tu parles Darwin (en fait, je lis quand tu écris, mais bon, on se comprend). Et si je peux améliorer certaines choses avec des conseils, je le fais. C’est pas mal ça le but, évoluer. J’ai encore pas mal à apprendre et le jour ou j’aurai le sentiment que je n’apprend plus, ce sera seulement un signal qui me dira d’écouter davantage.

    Ou bien je me partirai un blogue de droite 🙂

  42. En plein ça El Blinko!

    Quand t’apprends plus rien, t’es mur pour radoter et t’écouter parler, comme sur le blogues de droite.

  43. Et moi qui pensais que l’état de santé de nos ponts était l’objet de ce billet…

    Varicelle, picotte, rougeole, rubéole. Les ponts sont vraiment plus malades que prévu.

  44. @mangouste rieuse

    Vos commentaires et vos échanges avec youlle ont été parmi les plus pertinents et instructifs de ce billet, mon cher mangouste. 😉

    En attendant, le train suit son chemin.

    A boycott against any part of the Jewish state of Israel, a human rights loving democracy, is wrong, immoral, despicable, and frequently anti-Semitic.
    http://mondoweiss.net/2011/07/american-zionist-org-supports-new-limits-on-free-speech-in-the-human-rights-loving-democracy.html#more-47483

    http://mondoweiss.net/2011/07/4-republican-congresspeople-pledge-to-hold-west-bank.html#more-47477

    Et quelques projets de construction
    http://www.haaretz.com/news/national/palestinians-new-israeli-settlement-building-hardens-our-resolve-to-seek-un-recognition-1.373880

    Bonne soirée!

  45. À mangouste rieuse

    « Politiquement parlant, si vous voulez tenir le Québec en laisse, il faut maintenir son économie plus faible que forte, pour lui enlever toute envie d’aller voir ailleurs…”
    …le sempiternel Kwebek Bashing, ce dénigrement devenu le deuxième sport ontarien et canadien contre le Québec, après le hockey… »
    Bien oui, le pont Champlain servira certainement à affaiblir l’économie du Québec afin de nourrir le fédéralisme, et aussi pour les élections de Hard peur. Deux pierres d’un coup.

    Il n’y a pas que la population qui fait du Kwebek Bashing. L’establischeman canadien le fait aussi et en grand. Pour eux l’idée qu’un francophone minoritaire réussisse est inacceptable. Paul Desmarais l’a appris à ses dépens. Et s’est rangé du côté des anglos pour être accepté méprisants les francophones. (À lire dans : « Derrière l’État Desmarais : POWER » de Robin Philipot)

    Tout cela se fait en arrière fond, comme ce sera probablement le cas pour le pont Champlain.

    Imaginez les entreprises qui aujourd’hui veulent s’installer à un endroit où ce pont est stratégique pour eux. Ils doivent à l’heure actuelle réviser leur décision. Il faut dire aussi que plusieurs commencent à avoir peur de ce pont. En fait si minimes soient-ils les impacts économiques sont certainement déjà commencés.

    Imaginez que, malgré tous ces obstacles, le Québec est une des meilleures économies en Amérique.

    Mieux vaut se séparer et acheter le criss de pont. Ce sera meilleur pour notre épanouissement sur tous les plans.

  46. «En fait si minimes soient-ils les impacts économiques sont certainement déjà commencés.»

    C’est quoi ça, un impact économique ? 😉

    Mais certainement ! Les embouteillages permettent de hausser la consommation d’essence, le fait de rouler au ralenti use plus rapidement le moteur et crée de l’emploi pour le mécaniciens et les remorqueurs! Que de création de richesse! 😉

  47. À spritzer
    18 juillet 2011 à 18:54

    Les ponts ne sont pas populaires chez les Israéliens au pouvoir. Ce sont les murs, leur véritable génie, pas civil du tout cependant. Ils ne veulent pas partager, unir, mais bien s’accaparer, isoler, couper les liens. Un véritable ghetto que va devenir Israël. En quitter un, imposé avec toute la force militaire d’un petit caporal en chef et d’une faction impitoyable de sa puissante armée, pour aller s’en construire un et l’imposer avec toute la force militaire de petits et gros sionistes en chef et d’une faction impitoyable de sa puissante armée. Le parallèle est troublant, et la divergence, meurtrière, assassine.

    Merci des hyperliens, spritzer, vin blanc aqueux, mais pétillant…

  48. À youlle,
    18 juillet 2011 à 20:45

    Ouille… youlle. Que nous sommes d’accord là-dessus !

  49. Une virgule oubliée:

    Rien à voir avec le pont Champlain, mais avec les politiques qui orbiteront le sujet, celles qui font le Québec.

    Cé… cé…cé important les virgules.

    MODÉRATEUR: les virgules, c’est important???
    Ça dépend pour qui!!! Jean-Luc Proulx en met partout. Même dans ses bobettes!!!
    Mais ça n’aide pas beaucoup, à la clarté, de ses propos, quand, sans motif, apparent, il en saupoudre ici, et là, sans discernement!!!

  50. À Darwin

    « Les embouteillages permettent de hausser la consommation d’essence, le fait de rouler au ralenti use plus rapidement le moteur et crée de l’emploi pour le mécaniciens et les remorqueurs! Que de création de richesse! »

    Ce que je comprends est qu’une certaine quantité d’explosifs bien placés pourraient propulser le PIB du Québec.

    Ha! Les complots!

  51. @ Youlle

    «Ce que je comprends est qu’une certaine quantité d’explosifs bien placés pourraient propulser le PIB du Québec.»

    Un oncle de ma conjointe m’a déjà demandé sérieusement s’il était vrai que les guerres sont bonnes pour l’économie…

    Même mon beau-frère, pas du tout à gauche, est demeuré estomaqué. Je ne me souviens plus ce que j’ai répondu. Probablement qu’un bon programme de réfection des infrastuctures fait aussi bien le travail et qu’en plus, il améliore le bien-être de la population plutôt que de détruire ses richesses et de la tuer…

    Bizarre, quand un déficit est causé par une tuerie, cela semble acceptable, mais pas quand il sert à construire des choses utiles ou à améliorer le sort des plus démunis d’une société…

  52. @Darwin 0h49

    Un oncle de ma conjointe m’a déjà demandé sérieusement s’il était vrai que les guerres sont bonnes pour l’économie…
    Bizarre, quand un déficit est causé par une tuerie, cela semble acceptable, mais pas quand il sert à construire des choses utiles ou à améliorer le sort des plus démunis d’une société…


    En somme, c’est l’État qui, par ses injections massives dans l’économie, remet en marche la roue qui s’était immobilisée.
    Et vous avez raison, vaut mieux investir dans la construction d’une société juste que dans la démolition des infrastructures de ses « voisins ».

  53. À youlle
    19 juillet 2011 à 18:15

    « Juste pour vous tordre le ressort un peu plus. »

    On ne peut tordre davantage un tordu comme moi 🙂

    Je l’ai depuis un certain temps l’hyperlien de cette vidéo, dont j’aime bien le contenu. Merci.

    Desmarais, le gars des autobus… qui a aidé à faire élire Nabotléon Zarkozy, dit Le Grand, qui, pour le remercier, est venu nous accuser, nous, les Québécois du Vive le Québec libre, de sectarisme. Venant d’un juif, c’est un coup dur à prendre sur la gueule. Est-ce que
    « Cassez-vous, p’tits cons ! » aurait été plus approprié ?

    Quand il va retourner dans son trou, d’où il n’aurait jamais dû sortir, l’ancien ministre laveur de communautés maghrébines et africaines
    « au Karcher », je vais me réjouir. Desmarais et Harper pourront pleurer toutes les larmes de leur corps d’ophidien pour leur perte. Ce sera bien mérité.

    Et moi qui pensais Carla Bruni intelligente. Autre déception…

  54. @ Mangouste
    « si vous voulez tenir le Québec en laisse… ». Tout à fait d’accord avec vous. Et si je vous disais que mon papa, un homme d’âge honorable et d’une sagesse que je dois lui reconnaître, hélas, croit que JJC a été mis en place pour appauvrir la province, vous le croiriez?

    @ Papi
    Je ne tiens pas particulièrement à vous contredire dans votre maison mais, je ne partage pas votre opinion lorsque vous mentionnez : « Denis Lebel a raison sur un point: il n’est pas toujours opportun de livrer au public une information… ». À mon sens, le pont Champlain est d’ordre public. L’average Joe est en droit de connaître l’état de l’infrastructure qu’il emprunte; il y va de sa sécurité et du respect des institutions qu’il engraisse de ses deniers expédiés aux impôts.

  55. @Eurydice 18h45
    « Je ne tiens pas particulièrement à vous contredire dans votre maison mais, je ne partage pas votre opinion lorsque vous mentionnez : « Denis Lebel a raison sur un point: il n’est pas toujours opportun de livrer au public une information… ». À mon sens, le pont Champlain est d’ordre public.  »

    Hum… Je ne dis pas que les infos sur le pont, en particulier, ne doivent pas être diffusées. Je dis que la divulgation de certains trucs est inopportune, et je faisais allusion à mon précédent billet sur les révélations par Quebecor des échanges de discussion écrite entre Guy Turcotte et sa femme. Ils devaient communiquer par écrit, vu l’interdiction faite à Turcotte de parler à Isabelle Gaston.

    Pendant que j’étais un élu municipal, j’ai eu accès à des renseignements colligés par le MTQ sur la teneur en arsenic de plusieurs puits dans ma municipalité. Dans certains cas, la teneur présentait des dangers évidents, à long terme. La position de l’ensemble des municipalités visées par ces données était de ne PAS divulguer; cela risquait de diminuer les valeurs foncières (et donc les revenus de taxation) et en même temps, cela risquait de diminuer l’attrait du secteur visé pour les nouveaux acquéreurs.

    Au sein de MON conseil, j’étais le seul à vouloir révéler le danger; ma proposition a donc été battue, et j’ai dû farmer ma gueule…

    Sur le Pont Champlain, ma position est la même: il faut divulguer. Et je sens que le gouvernement Harper nous cache l’essentiel.

  56. À Eurydice

    21 juillet 2011 à 18:45

    « …Et si je vous disais que mon papa, un homme d’âge honorable et d’une sagesse que je dois lui reconnaître, hélas, croit que JJC a été mis en place pour appauvrir la province, vous le croiriez? »

    Quitte à me répéter au sujet du conservateur fédéraliste JJC, Big JC, sous Mulroney, et ami du Lucide depuis, Charest a été parachuté au Québec par le libéral fédéraliste p’tit gars de Shawinigan pour sauver le Canada… Votre père se souvient fort probablement de ce stratagème, qui a eu pour résultat l’élection éventuelle de JJC comme premier minus du Kwebek. Comment a-t-on convaincu les libéraux québécois d’en faire leur chef ? Probablement de la même manière que l’on a financé la campagne d’amour pour le Québec lors du Référendum de 1995, en catimini, sans respecter la loi électorale.

    À le voir aller avec les gazières et son Plan Nord, JJC, sans un remaniement approprié des lois sur les ressources naturelles, sur les redevances d’exploitation, sans non plus de commission d’enquête sur l’industrie de la construction, on peut tirer de nombreuses conclusions sur l’enrichissement ou l’appauvrissement du Québec, l’enrichissement des amis, des mafiosi, des entreprises privées et des financiers électoraux, mais l’appauvrissement et le contrôle des objectifs électoraux de la population québécoise. Il veut s’objecter au financement fédéral de la ligne haute tension sous-marine qui reliera les centrales terre-neuviennes de la Basse Churchill à la Nouvelle-Écosse. Pour ce faire, il a mandaté Normandeau, pet-de-vache en chef, à appuyer le plan fédéral sur l’énergie, afin d’avoir Harper à l’œil probablement, mais il pourrait se faire prendre, et il va se faire prendre. Harper ne reculera pas.

    À mon humble avis, il aurait été beaucoup plus simple de remémorer les faits historiques au multimillionnaire premier ministre de Terre-Neuve et Labrador, Danny Williams, quand ce dernier n’en finissait plus d’en rajouter au moment du lancement du projet de construction de la ligne haute tension sous-marine entre sa province et le Nouvelle-Écosse. Ce faisant, il venait juste de court-circuiter Hydro-Québec une seconde fois en moins de un an (la première fois étant le rejet du projet d’Hydro-Q par les Néo-Brunswickois à la suggestion de Williams). Il a répété et répété que, enfin, l’erreur historique avait été corrigée au sujet du barrage de la Churchill qu’Hydro avait construit pour Terre-Neuve sous Joey Smallwood et qui avait coûté des milliards en pertes à Terre-Neuve depuis parce qu’Hydro avait toujours refusé de renégocier le contrat. Le Québec avait probablement un autre projet en tête qui aurait accompagné la renégociation, celui du Labrador.

    Votre père se souvient probablement du transfert de propriété unilatéral du Labrador, territoire québécois, à Terre-Neuve, par le Conseil privé de Londres. Voici quelques extraits de commentaires à ce sujet, publiés ou refusés par Radio-Canada, notamment, ainsi qu’un commentaire sur l’achat de la Bourse de Toronto, TSX, que seul le Québec appelle MTX et qui aura des conséquences financières positives ou négatives pour le Québec à plus ou moins long terme :

    Chaque fois que j’entendais Danny Williams, que les Terre-Neuviens appellent à la blague et avec une pointe d’envie ou de jalousie Danny Milliams (entendre Million$, en anglais), se plaindre le l’injustice historique dont « Newfoundland and Labrador » ont été victimes depuis les cinquante dernières années à cause d’Hydro-Québec, donc du Québec, je me demandais si jamais nous aurions un premier ministre québécois avec autant d’audace, de bagou, de ténacité pour demander de corriger l’erreur historique dont le Québec a été victime et forcer le Canada à remettre au Québec son Labrador.

    Il faut rappeler à celles et à ceux qui n’ont jamais eu à apprendre l’histoire du Québec que le London Privy Council (Conseil privé de Londres) a obtenu, par le biais du gouvernement britannique et du gouvernement canadien, que le Labrador soit scindé du territoire du Québec pour passer sous la compétence de Terre-Neuve, alors territoire du Commonwealth ne faisant pas encore partie du Canada.

    Le motif caché de la demande du London Privy Council : avoir accès aux importantes ressources forestières et minières du Labrador à un coût beaucoup moindre une fois le territoire devenu terre-neuvien.

    Une autre vraie injustice subie par les Québécois. Un vol qualifié, quoi.

    J’ai vécu au Canada anglais et je pourrais en parler en connaissance de cause. Jamais le Québec ne devrait mettre son avenir en tant qu’entité géographique, sociétale et culturelle dans les mains du Canada anglais. Le Québec a perdu le Labrador ainsi, le Canada ayant refusé de le défendre mordicus contre le Conseil privé de Londres et le gouvernement de Sa Majesté. Ce fait hante le Québec depuis 1927 par le biais de Terre-Neuve et de ses premiers ministres depuis Walter Stanley Monroe. Le Québec est toujours opposé au transfert du Labrador à Terre-Neuve…

    International Shareholder Services (ISS) et Glass Lewis & Co… Qui possède ces firmes-conseils ? Y trouve-t-on des liens de dépendance avec la direction de la bourse de Londres ?

    N’oublions pas que, en 1927, Londres (le London Privy Council) a donné à Terre-Neuve le Labrador québécois (depuis la source des fleuves se déversant dans l’Atlantique jusqu’à l’océan) pour ses propres intérêts : l’accès aux ressources minières, forestières et halieutiques (pêcheries) à un coût beaucoup moindre qu’avec le Québec, ajoutant en outre la partie de l’estuaire du Saint-Laurent, celle qui remonte jusqu’à la source de la fameuse rivière Churchill, celle des chutes et du barrage construit par Hydro-Québec sous le gouvernement de Joey Smallwood, contrat qui a irrité Terre-Neuve depuis.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Terre-Neuve-et-Labrador

    Quand le multimillionnaire Danny Williams, le premier ministre terre-neuvien, se tapait les bretelles en annonçant le projet de construction d’une ligne haute tension sous-marine entre sa province et la Nouvelle-Écosse pour contourner les lignes d’Hydro-Québec et y faire concurrence sur le marché états-unien, ajoutant que cela corrigeait enfin l’erreur historique du contrat des chutes Churchill avec Hydro-Québec, où était-il le premier ministre du Québec, Jean Charest, pour rappeler à Williams que le Labrador et le territoire des chutes Churchill étaient à l’origine territoires du Québec ? En fait, où étaient-ils les décideurs québécois passés pour remémorer le vol du Labrador par Londres ?

    La question que je me pose, c’est si l’actuelle direction de la Bourse de Toronto est davantage d’accord avec l’offre du groupe Maple qu’avec celle du groupe londonien. Après tout, la Bourse torontoise a fait de vaillants efforts pour ne pas avoir une direction québécoise quand elle a mis la main sur la Bourse de Montréal et sa section performante des produits dérivés. La Bourse de Toronto compte des banques canadiennes concurrentes de celle du groupe Maple… Veillons au grain.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s