55 commentaires sur “Théorie libertarienne du contrôle des armes à feu

  1. «Why don’t you walk your own talk, Michael?»

    En français, on dit Pourquoi vos botines ne suivent-elles pas vos babines? 😉

    Intervention de Papi: Ouin. Mais Michael Laughrea, né Michael François Laughrea dans les battures de Thetford Mines il y a près de 60 ans, et bien que 3 de ses 4 grands-parents étaient d’origine franco-québécoise, Michael Franswa, dis-je, appartient aujourd’hui à la minorité juive anglophone. Alors puisque j’éprouve envers Sa Magnificence un respect sans borne, je lui cause dans sa langue!


    «Les USA ont enregistré en 1998 un taux de 15,22 décès résultant de l’usage d’une arme à feu, par tranche de 100000 habitants. Cette même année, le Canada avait enregistré un taux de… 4,78. C’est quatre fois moins!»

    En fait, seulement 3,2 fois moins…

    C’esi mon jour de pinaillage! Cette arme n’a jamais tué personne, même quand utilisée par un désiquilibré (fallait que je fasse un lien avec le sujet du billet!)

  2. Papi,

    Le zouf est dans le champ.

    « La police n’est pas armée en Norvège, mais compte tenu de l’énorme popularité de la chasse, le pays compte plus d’une arme pour cinq habitants. Selon Vildar Nilsen, expert de l’association norvégienne des chasseurs et des pêcheurs (NJFF), il y a «au moins un million d’armes de chasse et de compétition, pistolets, fusils, mitraillettes confondus» en Norvège.  »

    http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/28/01003-20110728ARTFIG00543-en-norvege-un-habitant-sur-cinq-est-arme.php

  3. @Lizzie

    Ce qui me tracasse, c’est que le zouf en question puisse enseigner l’éthique à des écoliers, alors que de toute évidence, il a l’éthique plutôt élastique et ne semble pas se préoccuper de s’informer avant de lui-même prendre position.

    Ça, c’est de l’éthique!

    Je serais curieux de savoir ce qu’il enseigne aux enfants qu’on lui confie, lorsqu’il est question du droit de donner la mort, de la Loi du talion et autres broutilles du genre.

  4. @Papi

    Yé pas plus éthicien que moi. Il dit ça pour se donner un brin de crédibilité. Il ne faut pas croire tout ce qu’on lit sur le Web. 😉

  5. @Lizzie 13h59

    Faut pas croire tout ce qu’on lit sur le web, en effet; toutefois, je n’ai aucun motif de douter que JLP est emballeur chez Métro ou whatever, comme il le dit. Après tout, he’s fit for the djobbe! Mais sa candidature contre Labeaume, là, je suis sceptique!

    Ford Fairlaine, de son côté, démontre qu’il a un semblant de sens du raisonnement, mais je ne vois rien dans ses écrits qui puisse démontrer qu’il a la moindre formation dans les domaines qu’il affiche. En droit? Des lieux communs, comme l’homme au 478 pseudos. En éthique? Oh, shit!

  6. Je me demande si c’est déjà arrivé qu’un citoyen armé mette fin ou empêche un massacre. On est surtout familier avec l’exemple des États-Unis où pourtant plusieurs ont des armes, mais je ne me souviens pas d’un brave type dégainant et tuant un fou armé.

  7. Les armes de Breivik étaient enregistrées!!! Si l’enregistrement des armes à feu prévenait les crimes, ce carnage aurait été, facilement, évité!!!

    Ici, au Canada, les libéraux ont mis, en place, le Registre des armes à feu, pour se donner bonne conscience, à la suite de Polytechnique et, plus spécifiquement, à la suite d’une fusillade mortelle, dans un café du centre-ville de Toronto, en 1994!!!

    Mais, on a bien vu, avec la fusillade, au Collège Dawson, que ça ne prévient aucun crime, puisque les armes de Kimveer Gill étaient toutes enregistrées!!! Le problème, ce n’est pas l’arme, en tant que tel, mais bien la personne qui l’utilise!!!

    @spritzer.

    Le responsable de la tragédie de Tucson, en Arizona, en janvier 2011, a été maîtrisé, par des citoyens armés, en attendant l’arrivée de la police!!! C’est grâce à eux, si le malade en question n’a pas pu faire d’autres victimes!!! Étrangement, aucun christie de média n’en a parlé, à l’exception de Fox News!!!

  8. @Proulx 17h35

    « Mais, on a bien vu, avec la fusillade, au Collège Dawson, que ça ne prévient aucun crime, puisque les armes de Kimveer Gill étaient toutes enregistrées!!! Le problème, ce n’est pas l’arme, en tant que tel, mais bien la personne qui l’utilise!!! »

    Justement, manant!
    Vous autres, gang de krisses d’irresponsables libâââârtariens fêlés de la feuille, vous proposez de mettre des armes dans les mains de n’importe quel sacraman de psychopathe qui en fera la demande. Au nom de cette libâââârté absolue que vous réclamez.

    Moi, je préfère que ni le voisin psychopathe ni l’osti de mari trompé ne puissent entrer chez moi avec une arme automatique; je n’aurai ainsi pas besoin de me défendre et de leur défoncer la cervelle.

  9. Proutt

    T’es un OSTI de menteur….

    La fusillade en Arizona a été arrêtée quand Loughner avais pu de balles dans son gun pis y’as fallu qui reload….a ce moment 2-3 civil NON ARMÉ ont sauté dessus pour le maitriser

  10. Il y a tellement moins de morts dues aux armes à feux aux États-Unis qu’ici… Les faits et la théorie de amis droitistes ne font jamais bon ménage. Ils préfèrent citer des anecdotes plutôt que des données qui présentent le portrait complet.

    Que le taux de décès par arme à feu soit 3,2 fois (en fait, 3,18 😉 ) ou 4 fois moins élevé ici que dans le paradis des armes pour tous, cela ne les ébranle pas. Pourquoi ? Je ne le sais pas, ils ne le disent jamais! Quand une donnée ne cadre pas avec leur bible, c’est la réalité qui a tort!

  11. Si libéraliser la vente des armes augmente la sécurité des citoyens, quelle sorte de pays serait les US en fait de sécurité pour sa population si il y avait moins d’armes en circulation??? Pire qu’ils sont là? voyons donc.

  12. Justement…c’est ca le plus débile…Loughner tire 15 fuckin balles en ARIZONA…capitale du Colt…pis PARESONNE..tire dessus

    NOBODY…shit him

    persona tira su lui

    Jemand zieht auf ihm

    Никто не стреляет в него

    Alguien le dispara

    Pour etre sur que tu comprenne

  13. Proulx 17h35

    Tes 2 dernières phrase à mon intention sont bien ponctuées. Tu t’es laissé aller? 😕

  14. Spritzer

    Justement moi non plus j’ai jamais entendu parler qu’une personne armée a réussi a tuer un cinglé avant que les flics arrivent SAUF 1 fois

    Y’as 1 an quand le colonel militaire a entré sur la base pour tirer sur des militaires…on s’entend que y’avais pas besoin de flics pour descendre ce mec la

  15. A bystander clubbed the back of the assailant’s head with a folding chair in the process injuring his elbow and representing the 20th injury.[24] The gunman was then tackled to the ground by 74-year-old retired US Army Colonel Bill Badger,[25] who himself had been shot, and was further subdued by Maisch and bystanders Roger Sulzgeber and Joseph Zamudio.[26]

    http://en.wikipedia.org/wiki/2011_Tucson_shooting

    On devrais obliger les gens a avoir une chaise pliante avec eux en tout temps…comme ca on pourrais prevenir des crimes

  16. @Stephane

    Les chances étaient bonnes qu’il se fasse descendre, en effet…

    On entend, ààà l’occasion, parler d’un type qui a tiré sur un voleur ou un bandit, mais c’est rare. Pendant ce temps-là les cinglés eux n’hésitent pas à s’en servir, avec tout le choix qu’ils ont!

    +++

    La chaise pliante 1, les guns 0 😉

  17. Spritzer

    J’ai été militaire…fantassin d’infanterie…j’ai manié toutes les armes de combat de l’armée canadienne je suis pas anti-gun

    Sauf que la foutue loi pour les armes est mal fichue…on devrais interdire toute arme longue avec une capacité de plus de 5 balles dans le chargeur..thats it

    Tu te fais pogner avec une de ces armes c’est 20 ans ferme…fuck you

    tu peut ainsi abolir le registre…les chasseurs vont être content …y’as juste les trippeux de gun militaire qui vont être en criss mais c’est une minorité

  18. Stephane

    « Sauf que la foutue loi pour les armes est mal fichue…on devrais interdire toute arme longue avec une capacité de plus de 5 balles dans le chargeur..thats it »

    Bien d’accord pour accommoder les chasseurs, mais pour le reste… Les armes de poings n’ont pas de justification sauf pour le tir sportif, mais ce ne sont pas les mêmes armes.

  19. «Nous on a un Québécois qui a raisonné Lortie sans être armé…»

    Ouais, mais n’oublie pas que c’était un sergent d’ARMES! 😉

    (et qui avait un nom de village fantôme…)

  20. «Vous autres, gang de krisses d’irresponsables libâââârtariens fêlés de la feuille, vous proposez de mettre des armes dans les mains de n’importe quel sacraman de psychopathe qui en fera la demande. Au nom de cette libâââârté absolue que vous réclamez.» (papitibi)

    Wow, deux beaux sophismes, dans un même paragraphe: l’attaque contre la personne et la caricature des idées d’autrui!!! Bravo, tu devais être une vraie face à fesser dedans, devant le juge, toi!!!

    Intervention de la face à fesser dedans: de kossé ke tu veux j’te dise, pour devenir un vrrrrrai baveux, ça prend des années de pratique;)

    Mes vraies idées, sur le contrôle des armes à feu, sont ici: le blogue du gars qui se prend pour le futur maire de Québec, billet mars 2010, registre etc

  21. Proutt

    Si tu étais un homme…un vrai…tu dirais ceci…

    Gaudette t’as raison Loughner c’est pas fait tiré dessus…un mec avec une chaise l’a assommé et il a été capturé vivant

    Mais comme t’as pas d’honneur….que ton idéologie passe avant les faits je retient pas mon souffle

  22. « Si tu étais un homme…un vrai…tu dirais ceci… »

    Il parle beaucoup mais il ne dit jamais ce qu’on attend de lui.

  23. @spritz 22h52

    Proulx n’est pas encore en mesure de répondre à ce dont on peut s’attendre d’un adulte; c’est qu’il n’est pas encore tout à fait un adulte!
    Faut jamais perdre de vue que le sous-développement de es lobes frontaux, à 23 ans, affecte sa capacité de raisonnement!

    Le jour où il aura compris que le contenu adolescent de son blogue-poubelle constitue un handicap insurmontable à ses ambitions politiques…
    Le jour où il aura compris que dans le monde des adultes on ne peut annuler un contrat sans l’accord unanime des signataires, à moins d’un long et co¸uteux procès où il faut faire appel aux avocrasses qu’il chérit tant…
    Le jour où il aura compris que dans le monde des adultes il ne suffit pas de faire appel à cette pensée magique qui caractérise les zépas et les ados attardés…

    Alors Jean-Luc Proulx sera un adulte. Et nous, nous serons morts, mon frère!

    Car au rythme où il évolue, le gros n’atteindra pas l’âge de raison avant ses 70 ans révolus.
    Et que le grand cric me croque si je devais vivre encore 47 ans! 😉

  24. « Alors Jean-Luc Proulx sera un adulte. Et nous, nous serons morts, mon frère!
    Car au rythme où il évolue, le gros n’atteindra pas l’âge de raison avant ses 70 ans révolus.
    Et que le grand cric me croque si je devais vivre encore 47 ans! » 😆

    Mais au fond quand je dis qu’il ne dit pas ce qu’on attend de lui, je suis injuste envers JLP parce que je n’attend pas autre chose que des bouffonneries de sa part et on est bien servis à ce niveau. 😉

  25. Quand le prof d’éthique dit:

    « Un argument fréquent des adeptes du contrôle des armes à feu est que tous n’ont pas la capacité d’exercer le pouvoir et les responsabilités qui viennent avec la possession d’armes. Or, la capacité d’exercer un pouvoir ne vient qu’avec l’exercice effectif dudit pouvoir, parce que l’être humain placé dans une situation développe les compétences et les réflexes qui lui permettent d’évoluer le mieux possible dans son environnement »,

    il nous sert un argument pour justifier le port d’armes. Il oublie toutefois l’envers de la médaille. Le pouvoir dont on acquiert la capacité d’exercice peut être aussi bien le pouvoir d’agresser que celui de se défendre. Ainsi l’argument du prof prêche plutôt pour un contrôle que pour une liberté de port.

  26. Il y a des situations dans la vie, et elles sont relativement fréquentes, qui sont si frustrantes que les fils se touchent. Quand les fils se touchent, la raison prend congé. Les minutes passent, la frustration s’atténue et la raison revient. Il est heureux que pendant ce bref instant, aucune arme ne soit à la main du frustré.

  27. « De la même façon, toute personne comprendrait rapidement qu’une mauvaise utilisation d’une arme à feu peut être assez risquée pour elle-même… »

    C’est vrai sans aucune erreur possible. Quand l’utilisateur imprudent s’en est tiré une dans le front il ne recommence jamais.

    Ce que les fou Farlaine ( le mien était un 1968 bleu Hatchback 390 qui à sauté) préconisent est la loi à la Sergio Leone. Sa fait bien libertarien les films.

    Imaginez le tueur fou (très lucide) devant des civiles armés et occupés. Quelle serait leur réactions devant le tueur à 35 mètre avec veste anti-balle et un fusil d’assaut avec lunette ou pointeur laser? Imaginez qu’il en tombe un aux 3 secondes. Ils iraient tous se cacher complètement impuissant avec leur armes de poing à 35 mètre. Le tireur lui les descendrait comme des chandelles de gâteau de fête. Les autre mouilleraient leur souliers.

    Même dans un petit groupe le gagnant serait celui qui tire le plus vite, évidemment le tireur décidé.

    La loi des libertariens est la loi de celui qui tire le plus vite. Pourtant aucun d’eux ne tire le plus vite.

  28. Surprenant que ce type publie sur le site de Martin Masse. En fait, il est le seul par les temps qui courent qui publie sur Le Québécois Libre – seul site véritablement libertarien au Québec.

    Un (autre) professeur payé par les fonds publics qui se dit libertarien. Coudon, c’est un pré-requis ?

  29. Un autre passage savoureux, surtout lorsqu’il est offert par un prof qui enseigne dans nos écoles:

    « En analysant la tuerie de Norvège, et toutes les autres d’ailleurs, il ne faut pas se demander comment il se fait qu’un humain ait pu décider de tuer des gens, les récits de massacres étant plus vieux et nombreux que tous les autres types de littérature. On devrait plutôt se demander, en Norvège, comment il a été possible que personne n’ait pu répliquer à un tireur qui s’en est pris à des dizaines de personnes sur une période de plus d’une heure. »

    Et David Gendron de répondre:

    « Croyez-vous sérieusement que des jeunes militants politiques auraient été armés, même sans contrôle? Bon, la prochaine fois, peut-être?  »

    Bonne réplique David !

  30. « Surprenant que ce type publie sur le site de Martin Masse. En fait, il est le seul par les temps qui courent qui publie sur Le Québécois Libre – seul site véritablement libertarien au Québec. » (lutopium)

    Ce site et les libertariens sont probablement à l’image de l’économie occidentale.

    =========

    « Comment en effet ne pas s’émerveiller devant l’explosion contrôlée d’une charge de poudre propulsant avec précision un projectile dans une direction souhaitée à une distance qui peut parfois atteindre des kilomètres? » (Shawn L. Mac Farlane)

    Il devait être émerveillé devant la fusée XL5 lui ce cowboy libertarien.

    Pas sûr qu’il sache de quoi il parle.

  31. Et aussi mangouste rixeuse…

    Le document inséré ci-dessous est presque hors objet, parce qu’il est militaire, mais comme il y est question d’arme, d’arme volante, l’avion d’attaque interarmées à monoréacteur F-35, qu’il touche le Canada d’Harper et qu’il fait un pied de nez à l’un de vos contributeurs, averti et avisé, je me permets, d’autant plus que ce contributeur m’a visé, comme il vise tant d’autres, dans son colimateur neurotique à croisillon à l’aspect de macramé…

    http://www.wired.com/dangerroom/2011/08/entire-u-s-stealth-fighter-fleet-grounded

    In past few decades, the U.S. Air Force has spent untold billions researching and developing a family of stealth fighter jets that are supposed to be generations ahead of any dogfighters in the sky.

    But after building more than 170 F-22 Raptors and a handful of F-35 Joint Strike Fighters, not a single one is available for service. The Air Force currently has zero flyable stealth fighters. None.

    The vaunted F-22 has been grounded with a possible faulty oxygen system since May. Production of the last few Raptors is even on hold, because the jets can’t fly from the factory.

    Last week, test flights for the newer F-35 were suspended, too, because of a valve problem in the plane’s integrated power package. It’s the third time this year that JSFs have been grounded. Tests may resume as early as next week. Then again, they may not.

    Yesterday, the U.S. military committed to spending another $535 million to buy 38 more Joint Strike Fighters — a family of stealth jets that are supposed to become the multipurpose, affordable workhorses of tomorrow’s fleet. Ninety percent of America’s combat aviation power is eventually supposed to come from the jets’ three variants.

    But the jets have been anything but cheap. The current cost for the JSF program is $382 billion and rising for more than 2,400 aircraft. No wonder just about every major deficit reduction plan scales back the JSF effort in some way.

    And, at the moment, they’re not producing any combat power, either.

    Back in 2002, the plan was to have more than 90 JSFs flying by next year. As things currently stand, the Air Force and Navy might not get their variants until 2016. The Marines — who knows?

    For now, every available penny in the JSF program is tied up in getting the jets back into the air and their programs on track.

    “The so-called ‘fifth-generation’ fighters have certainly revolutionized U.S. air power,” Ares’ Bill Sweetman noted, “if not quite in the way anyone had in mind.”

    See Also:

    F-35: Stealth Fighter Jet of Discerning Hipsters
    Stealth-Jet Delay Could Screw Marine Corps
    Real U.S. Stealth-Tech Advantage: Its Assembly Lines
    Things Could Get Worse for Troubled Stealth Jet
    Gates Sacks Stealth Jet Chief, Blasts ‘Troubling Record’ of Crucial Plane

    Tags: Air Force, Cash Rules Everything Around Me, F-22, F-35
    Post Comment | Permalink

  32. @ mangouste

    Autrement dit les F16 et les F18 sont encore ce qu’il y a de mieux malgré les énormes dépenses.

    Dire qu’une petite partie de ces dépenses auraient réglé la faim en Éthiopie.

    Imaginez, les libertariens et les dretteux ne jurent que par cet avion cloué à terre.

  33. À youlle,

    Israël va changer ses F-16 pour des F-35, mais il s’est fait faire des offres intéressantes par le parrain pour l’échange, d’après ce que j’ai lu.

    La nouvelle version du F-18 est plus furtive et est dotée de tout le complément électronique que la version canadienne n’avait pas. Il peut donc aller mener sa terreur à l’étranger et être reconnu par les systèmes militaires US, dans les airs et au sol, de manière à ne pas attaquer les « fantassins et les artilleurs amis » par erreur.

    Désolé pour la longueur de l’adresse électronique suivante, mais c’est l’une des rares qui va vous montrer la différence entre le F-18C/D Hornet (version canadienne) et le F-18E/F Super Hornet.

    http://www.google.ca/imgres?q=NEW+F-18&hl=fr&client=firefox-a&sa=X&rls=org.mozilla:fr:official&biw=1540&bih=854&tbm=isch&prmd=ivns&tbnid=a_9CHzqwU5tByM:&imgrefurl=http://www.freerepublic.com/focus/f-news/2747262/replies%253Fc%253D7&docid=1TAf9GjUCkKpUM&w=550&h=538&ei=XsNJTsbQKMu1tgeDwtiyCg&zoom=1&iact=hc&vpx=189&vpy=518&dur=1&hovh=222&hovw=227&tx=123&ty=227&page=1&tbnh=157&tbnw=164&start=0&ndsp=24&ved=1t:429,r:18,s:0

    À l’adresse ci-dessous, vous lirez les commentaires d’un pilote qui a essayé le Super Hornet, dans ses débuts, mais de plus amples modificaitons ont été apportées au cockpit, et d’autres sont prévues, à commencer par l’écran grand format et à définition supérieure.

    http://www.freerepublic.com/focus/f-news/2747262/posts?page=7#7

    « The Super Hornet may have started life as a fourth-generation fighter, but Boeing’s efforts should keep the type tactically relevant for years to come. »

  34. Moi, j’ai fini de coller mon dernier avion il y a 45 ans…

    Scusez-la, en fait, je n’ai jamais eu de modèle réduit, nous n’étions pas riches comme le Canada l’est aujourd’hui! 😉

    Ça doit être pour ça que j’hayis les chars, même ceux qui volent!

  35. Après avoir lu cette critique de mon article, vous me permettrez quelques précisions à l’intention de ceux qui se demandent ce qu’un zouf comme moi peut bien enseigner à des ados. Une des bases de mon cours, c’est d’apprendre aux élèves qu’on peut argumenter sur différents événements survenant dans notre société, mais qu’il faut le faire en respectant certains principes:

    – Le fait qu’une personne ait une opinion différente de nous ne veut pas dire qu’elle a automatiquement tort. Faut prendre le temps de sortir de nos certitudes parfois. Et même si en l’ayant fait on demeure convaincu que l’autre a tort, cette personne n’est pas conne pour autant. Ça demeure un humain qui a droit au respect du à tout le monde.
    – Dans une discussion, même si l’autre a un point de vue diamétralement opposé au nôtre, ça ne nous autorise pas à recourir à l’insulte. Personne ne gagne à ce qu’on se traite de zouf, de trou-du-cul, de gniouf, de pignouf, de malhonnête, de singe-savant, de crisse d’irresponsable, de cowboy.

    C’est assez valorisant quand on voit un élève qui, lors d’une discussion de classe en début d’année ne savait répondre que par des « ta yeule ostie de fif », tenter quelques mois plus tard un argument comme réponse à un autre élève. C’est souvent imparfait, mais c’est toute une progression, et on sent que la personne devient lentement mais surement un meilleur citoyen. C’est juste ça mon but au fond, tenter de faire de mes élèves de meilleures personnes, qu’elles soient de gauche, de droite, libertarienne, communiste. Tant qu’elles réfléchissent et qu’elle se positionnent sur ce qu’elle voient.

    Alors si vous estimez que, parce que je n’ai pas la même vision que vous sur la gestion de l’accès aux armes de poing dans la société je deviens un danger social en plus de la miriade d’insultes dont je suis affublé dans cette critique et les commentaires qui y sont attachés, alors je me console en me disant que je n’ai pas contaminé vos enfants avec mes leçons sur le respect quand on s’adonne au débat. C’est toujours ça de gagné pour vous.

    Shawn Mac Farlane

  36. @ Shawn Mac Farlane

    « alors je me console en me disant que je n’ai pas contaminé vos enfants avec mes leçons sur le respect quand on s’adonne au débat. C’est toujours ça de gagné pour vous. »

    Rassurez-vous, jeune homme; puisque votre page Facebook indique que vous avez travaillé à l’Hôtel Normandin jusqu’en août 2005, j’en conclus que vous êtes plus jeune que mes deux fils; l’un d’eux était à l’Université de Sherbrooke dans les années ’90. Voilà donc un point de réglé. Et puisque mes petits-enfants n’habitent pas à votre portée… me voilà soulagé pour eux!

    = = =

    « Une des bases de mon cours, c’est d’apprendre aux élèves qu’on peut argumenter sur différents événements survenant dans notre société, mais qu’il faut le faire en respectant certains principes »

    Ce n’est pas ça qui pose problème. Alors que vous en étiez à la préparation de la sauce pour le resto PFK qui était alors votre employeur, il y a fort à parier que moi je plaidais devant la Cour d’Appel… Vous n’étiez pas né que j’argumentais déjà et faisais miennes ces expressions chères aux plaideurs – genre: « en tout respect pour l’opinion de mon savant confrère, il fait fausse route ».

    Cé-t-y du respect à l’égard de l’opinion de l’autre, ça, ou bedon si ça l’est pas?

    Le problème, c’est pas d’enseigner le respect de la différence. C’est d’enseigner les vertus du « chacun pour soi » des libâââârtariens à des enfants. C’est de leur enseigner qu’il serait sage d’autoriser quiconque à porter une arme, afin de pouvoir se protéger de cet État qui peut tout donner mais qui peut tout vous enlever.

    J’ai vu ces citations que vous affichez sur votre page Facebook. Et de la part d’un enseignant, c’est à vomir. Surtout de la part d’un professeur d’éthique et de morale.

    J’ai laissé à l’État une large portion de mes revenus; forcément, puisque j’étais avocat! Mais jamais il ne me serait venu à l’idée de tirer sur le percepteur pour me défendre de l’État! Si vous enseignez ce que votre page Facebook comporte comme « citations préférées », alors non, vous ne méritez pas d’enseigner. Point barre. Dois-je comprendre que vous enseignez à vos élèves que le prélèvement des impôts, c’est immoral? Dois-je comprendre que, au nom de la diversité d’opinion et du respect de l’opinion d’autrui vous leur enseignez les fondements « moraux » de l’évasion fiscale, sous prétexte que ce qu’ils ont gagné, ça n’appartient pas à l’État?

    Enseigner une diversité de points de vue, c’est une chose. Enseigner le « chacun pour soi » et le « shoot them dead before they kill ya' », c’est autre chose.

    Vous tiendriez le même discours dans le cadre d’une assemblée du Réseau Liberté-Québec que ma réaction ne serait pas la même. Ce sont des adultes et rien n’interdit qu’un libertarien ne participe à l’endoctrinement et à l’abrutissement d’une armée de zombies qui iront hurler sur les ondes de votre trash-radio. Immoral, mais « ligit ».

    Mais que vous teniez ce discours à des enfants- sous prétexte de diversité d’opinions et de points de vue, heu…

    Sous ce même prétexte, vous leur enseignez la xénophobie? Bin quoi? C’est un point de vue différent, la xénophobie! Au nom de la diversité d’opinions, il devrait vous être permis de l’enseigner, non? Et puis, en quoi l’État pourrait-il se mêler du contenu de votre enseignement sans en même temps démontrer que vous avez raison de vous en méfier?

    Au nom de la diversité des genres cinématographiques, peut-être devrait-on donner la Palme d’Or du cinéma gore à Luka Rocco Magnotta pour son inoubliable « 1 Lunatic 1 Ice Pick »?

    Bin oui, moi aussi je sais « beurrer épais »,au nom de cette diversité de points de vue que vous invoquez. Vous me pardonnerez; je lis régulièrement des auteurs libertariens et je me permets de régurgiter ici leurs arguments.

    = = =

    By the way, la personne qui vous a qualifié de zouf et d’éthicien de pacotille, sous ce billet, est Ph.D. en psychologie et sa clientèle – si je puis dire – est constituée de psychopathes.

    Peut-être n’a-t-elle pas donné dans la dentelle mais bon, ne prônez-vous pas la diversité des opinions?
    Le respect, dites-vous?
    Et le respect de l’esprit malléable de vos élèves, vous en faites quoi?

  37. Je ne puis m’empêcher de voir en ce Monsieur Macfarlane, un bon vulgarisateur potentiel pour enseigner le respect de la liberté et le principe de non-agression libertariens à certains individus de gauche ayant la propension à la violence. Je pense manifestement à un certain GEEK, bagarreur de rue et amateur lui aussi d’un certain genre musical à casquettes croches pis à chaînes dans l’cou. Possible qu’en lui enseignant qu’une bagarre entre Anarchistes et la Police au Grand Prix, ce n’est pas bon pour l’image de la ville et ainsi pour l’économie, économie capitalisme qui est une vrai bénédiction pour les plus démunis selon une étude récente d’Antagoniste point net.

  38. Mais qu’est-ce qui vous fait penser que j’enseigne les vertus du chacun pour soi aux élèves? Ou encore que ce que j’ai inscrit comme citations préférées sur ma page Facebook peuvent même être enseignées dans mon cours? Si vous êtes capable de faire la distinction entre votre personnalité professionnelle (après tout, je n’ai pas eu droit au « en tout respect pour mon savant confrère », mais je ne doute pas qu’au travail vous évitiez de tomber dans l’insulte), alors pourquoi ne pourrais-je pas le faire? J’ai connu des profs qui se servaient de leurs cours pour faire la promotion de leur idéologie, mais ces gens n’ont jamais été de droite ou libertarien, croyez-moi.
    J’ai un programme à respecter, car j’ai un boss qui me paie et une mission à remplir dans le cadre de mon emploi. Mais surtout, je pense que mon cours n’est pas une tribune pour que j’expose mes opinions personnelles auprès d’élèves, car justement, ils sont trop jeunes et n’ont pas le savoir nécessaire pour réfuter mes arguments, aussi faibles puissent-ils être à vos yeux. Ça serait lâche de ma part, et c’est pas ma tasse de thé, désolé. Et non, je n’enseigne pas la xénophobie. En fait, je passe mon temps à la combattre. Comme le racisme, comme l’homophobie. L’éthique au secondaire, c’est en grande partie pour se sortir de soi et de se mettre un peu dans les souliers de l’autre. C’est pas aussi glorieux que de plaider en Cour d’Appel, mais c’est ma façon d’améliorer la société.

    Non, mes points de vue, je les expose en faisant un papier de temps en temps sur un site comme le Québécois libre. C’est pas des thèses de maitrise, même si elles sont un peu plus recherchées que ce que certains semblent vouloir le croire. Mais j’ose croire que ça permet une réflexion, que ça alimente le débat.

    Ce que je vois, c’est que parce que je suis libertarien et que parce que j’ai publié un papier que vous avez trouvé médiocre, j’ai eu droit à tout votre mépris. Et vous savez quoi? C’est très correct. Vous détestez les libertariens, ok. Mais comment osez-vous dénoncer les trash-radios (que je n’écoute pas parce que je déteste la faiblesse de leur argumentaire, c’est dire.) alors que vous faites la même chose? Vous n’hésitez pas à recourir à l’insulte et à l’attaque personnelle dans vos critiques. De dire que mon raisonnement est faisandé, c’est votre prérogative. Mais quand vous tombez dans les gnioufs et autre trou-du-cul-libertarien-qui-enseigne-dans-nos-écoles, vous faites ce que vous reprochez aux autres. Quand vous affirmez que je me suis auto-proclamé bachelier en droit, alors que je suis diplômé, vous tombez dans l’insinuation. C’est de l’attaque personnelle à son plus bas niveau.

    Et pour le commentaire que vous avez autorisé, me qualifiant de zouf et d’éthicien de pacotille. Encore là, j’ai 8 ans d’université, mais j’ai pas de doctorat. Peut-être que ça fait de moi un éthicien de pacotille… Mais qu’on ait un PHD ou pas, ça n’autorise pas ce genre de manque de respect. Le respect de la diversité des opinions, c’est pas une licence permettant d’insulter n’importe qui. Même pas au nom de vos inquiétudes mal fondées sur mes compétences professionnelles.

  39. Donc, vous dites ‘les gens de gauche font plus cà »? Bravo.

    Il a droit a mépriser une idéologie qu’il trouve vile et contre la morale et le progrès socialle, qu’il n’apporte rien de bon.

    Regardez son blog, ce n’est pas ‘poubelle’. Ca se défend et tient, notemment en droit.

  40. Non, ce que je dis, c’est que les collègues que j’ai eu qui faisaient ça étaient de gauche. Est-ce que c’est pareil dans toutes les écoles, je ne peux le dire.

    Que Papitibi méprise mon idéologie, grand bien lui en fasse, c’est son droit le plus sincère et je suis heureux que l’on vive dans une société qui lui permette d’exprimer ses opinions. Mais quand il se sert de cette liberté pour me traiter publiquement de trou-du-cul, de gniouf et de tant d’autres choses, là on est plus dans le débat d’idée. On est dans les attaques personnelles, et ça, ce n’est pas acceptable. Encore moins de la part d’un homme de loi.

  41. @Pas SD

    Hummmm un libertarien qui semble distingué ce M Farlane….le monde change, le monde change….

  42. Vous fêtes dans un Strawman indirect, Shawn, sous-entendant que la gauche sont tous des faux-culs hypocrites,

    iL a aussi le droit de pointer que si vous êtes en accord avec une idéologie méprisable et vile, vous la cautionez, alors, vous prètez le front au mépris. Vous êtes open hunt.
    Vous voulez du respect? Dénoncez le coté obscur du libertarisme. Prenez vos distances.

  43. Si vous vouliez du respect de social-démocrates, pourquoi vous réclamez-vous fièrement et ouvertement d’une idéologie contraire à TOUT (ou pas mal) de leurs principes, et que même bien des gens (d’une) droite (plus modérée et traditionelle) appellent ‘idiotique, irresponsable et irréalisable’?

  44. @ Shawn

    je pense que mon cours n’est pas une tribune pour que j’expose mes opinions personnelles auprès d’élèves, car justement, ils sont trop jeunes et n’ont pas le savoir nécessaire pour réfuter mes arguments, aussi faibles puissent-ils être à vos yeux. Ça serait lâche de ma part, et c’est pas ma tasse de thé, désolé. Et non, je n’enseigne pas la xénophobie. En fait, je passe mon temps à la combattre. Comme le racisme, comme l’homophobie. L’éthique au secondaire, c’est en grande partie pour se sortir de soi et de se mettre un peu dans les souliers de l’autre.

    Intéressant. Et rassurant.
    L’éthique, par ailleurs, je connais un tit-peu; mon ex est Ph.D. en Philo et elle a enseigné l’éthique au niveau du bacc. Au moment de notre séparation, nous planchions elle et moi sur un essai conjoint portant sur l’éthique dans les médias (c’était le sujet de mon mémoire de maîtrise).

    Je fais donc amende honorable. Non sans une certaine réserve, toutefois:

    J’imagine que vous utilisez sur Facebook et au bas de cet article que vous aviez signé vos patronyme et prénom véritables. Si tel est le cas, vos élèves (et leurs parents) ont accès à votre compte Facebook, où vous étalez vos opinions les plus profondes…

    Tout comme ils ont pu avoir accès à l’article que vous aviez publié et dont moi, j’avais tiré des extraits… sur lesquels je vous reviens bientôt avec un exemple récent des conséquences de vos « enseignements » – dans le sens large.

    Cela – à vrai dire – me semblerait contraire à l’éthique…
    Bref, je demeure « poigné » avec un malaise dans la gorge.

    = = =

    Mon aversion des libertariens – de même que celle de nombreux commentateurs sur le présent blogue – s’explique sans doute par la haine primale que véhiculent quelques auteurs libertariens à l’égard de « la gauche ».

    La gauche, à leurs yeux, c’est très vaste. Jean Charest y a été qualifié de communiste et Stiff Harper, de « closet socialist ».

    Et comme par hasard, ces mêmes auteurs libertariens publient – et laissent publier sur leur blogue respectif – des propos parmi les plus islamophobes que l’on puisse lire sur des sites non spécifiquement voués à propager la haine du mousselime.

    Tout comme les commentateurs les plus abjects s’y rassemblent pour déverser leur mépris viscéral.
    Alors ce que vous avez pu lire ici sur le compte des libertariens en général et sur vous-même en particulier, c’est vraiment d’la p’tite bière.

    Cela dit, et je le répète, vous me semblez – de loin – plus articulé et plus « parlable » que tous ceux que j’ai eu l’occasion de lire… incluant cette chose qui a pour nom Éric Duhaime.

  45. C’est là où on diffère d’opinion. Je ne pense pas qu’une personne qui a des idées différentes des miennes soit mauvaise et que ça me donne le droit de l’attaquer personnellement, de tenter de la salir comme personne. Le open hunt sur les arguments, go, faites-vous plaisir. C’est la différence entre débattre sainement et haïr. La haine ne génère rien de bon dans la société, et si on veut en arriver à un Québec meilleur, ça ne se fera pas en se traitant de pignouf et de zouf à tour de bras. Je n’ai pas à expliquer ce qu’est la différence entre le débat et la diffamation, vous la connaissez tous aussi bien que moi. Je ne demande pas le respect de mon idéologie par les sociaux-démocrates, je sais qu’on ne s’entendra pas là-dessus. Mais je demande simplement qu’on m’accorde le respect qui est du à tout le monde. À vous qui êtes de gauche, à ceux qui sont de droite, aux libertariens et aux autres. On reste des humains politisés qui tentont d’améliorer notre société.

  46. Est-ce de la haine, ou le mépris de politiques iniques et haineuses?

  47. @Papitibi:
    Je comprends votre malaise face au fait qu’un prof d’éthique puisse prendre position sur un site libertarien ou sur Facebook. Je ne demande jamais à un élève d’être « ami » sur ma page, tout comme je ne me sers pas de ce médium en tant que prof, les gens qui choisissent de se joindre à ma page le font en sachant que c’est un espace hors-école. Pour ce qui est de mes articles, c’est une vision de la société. Une parmis une foule d’autres disponibles sur le web. Je pense qu’un prof qui propagerait la haine, la révolution armée ou des stéréotypes serait dans une position délicate, mais dans la mesure où on parle de politique en restant dans les limites de la décence, je ne crois pas que ce soit mal ou dangereux. Je me positionne sur des questions de politiques publiques ou économiques.

    Ce qui m’inquiète beaucoup plus cependant, c’est le fait que la majorité de mes collègues ne soient pas davantage politisés. Que l’enseignant soit de gauche ou de droite, l’école n’est pas l’endroit pour embrigader des élèves, nous sommes d’accord là-dessus. Mais il doit être capable d’expliquer ce qui se passe autour de lui et d’analyser les différents événemets sociaux et leurs conséquences en montrant autrant de neutralité que possible. Or, ce qu’on voit beaucoup dans nos écoles, c’est des adultes qui peuvent volontier vous entretenir d’Occupation double, de leur bateau ou de leur beau char, mais qui auront de la misère en maudit à répondre un élève qui veut connaître la différence entre la droite et la gauche, ou encore ce qui fait que Harper est un Conservateur. C’est pas mal plus troublant tant qu’à moi. Réfléchir, c’est encore valoriser le savoir et la connaissance.

  48. @ Shawn 20:50 (partie 1)

    « Je comprends votre malaise face au fait qu’un prof d’éthique puisse prendre position sur un site libertarien ou sur Facebook. Je ne demande jamais à un élève d’être “ami” sur ma page, tout comme je ne me sers pas de ce médium en tant que prof, les gens qui choisissent de se joindre à ma page le font en sachant que c’est un espace hors-école. »

    Ce commentaire vous honore. Reste que, sans que vous ne fassiez quoi que ce soit pour faire la promotion de votre page Facebook ou des articles « tendancieux » que vous publiez en mode extracurriculaire, le risque de « contamination » n’en existe pas moins. Des adolescents, c’est fouineux!

    Mon malaise n’aurait pas été le même si vous aviez été professeur d’anglais langue seconde ou professeur de chimie. Mais qu’un étudiant découvre ces pages et il risque de faire le lien entre éthique et « ultra-libéralisme », ou entre éthique et opposition à l’État.

    Un lecteur assidu de ce blogue m’a autrefois supplié – par courriel – de cesser d’associer son pseudo à son patronyme et à son prénom. Ce nest pas ma faute s’il enseigne à la fac de médecine de McGill. Ce n’est pas ma faute s’il est seul, au Québec, à porter ce nom de Michael L. Ce n’est pas ma faute s’il a publié des propos abjects, aussi bien sous son nom que sous son pseudo. Et ce n’est pas ma faute si, aux fins d’asseoir confortablement sa crédibilité, il affichait autrefois ses titres de noblesse académique (Dr Michael L, M.Phil, Ph.D) et s’il ajoutait parfois qu’il enseignait la médecine à McGill.

    Quand j’ai commencé à utiliser le pseudo Papitibi, j’étais membre d’un tribunal administratif et il aurait été déplacé que j’associe le Tribunal à mes opinions. Quelles qu’elles soient. Michael L, tout PhD qu’il soit, n’a jamais été en mesure de comprendre – comme j’ai souvent tenté de le lui expliquer – que parfois il est plus éthique de conserver l’anonymat. Pour me décrire, il utilisait des mots comme « pleutre », cagoulard », « lâche ».

    Et puis un jour, il a commencé à utiliser le pseudo de Honorable. Puis Obam, Arabe (il est juif!), et quelques autres. Quand il m’a demandé de dissocier son pseudo de son nom, c’était parce que – disait-il – ça commençait à lui poser problème. Évidemment! Sur Google, son nom menait à des pages où je citais ses propos islamophobes et ses affirmations les plus ridicules…

    voilà. Cet humble précepteur (!) aura été blessé par son propre glaive.

    = = =

    Pourquoi cette longue parenthèse? Elle vise, tout simplement, à démontrer que parfois, il vaut mieux taire son statut. Vous en ferez ce que vous voudrez…

  49. @Shawn 20:50 (partie 2)

    « Ce qui m’inquiète beaucoup plus cependant, c’est le fait que la majorité de mes collègues ne soient pas davantage politisés. Que l’enseignant soit de gauche ou de droite, l’école n’est pas l’endroit pour embrigader des élèves, nous sommes d’accord là-dessus. Mais […] Or, ce qu’on voit beaucoup dans nos écoles, c’est des adultes qui peuvent volontier vous entretenir d’Occupation double, de leur bateau ou de leur beau char, mais qui auront de la misère en maudit à répondre un élève qui veut connaître la différence entre la droite et la gauche, ou encore ce qui fait que Harper est un Conservateur. C’est pas mal plus troublant tant qu’à moi. Réfléchir, c’est encore valoriser le savoir et la connaissance. »

    Je partage cette impression.

    Comme une majorité de « intellos » de ma génération (je suis né dans la deuxième moitié des années 40), j’étais hyper-politisé à 20 ans et je le suis demeuré. « McGill Français », St-Léonard, le samedi d’la matraque, le FRAP…

    Certes, mon orientation politique a varié avec les années. De Proudhon et Bakounine aux conservatisme à la Brian Mulroney, puis retour vers la gauche (social-démocrate, le bonhomme).

    Mes enfants, eux, ont été éteints par les résultats du référendum de 1995, et ils sont demeurés éteints. Je vois aujourd’hui les jeunes et leur carré rouge, et j’me dis qu’ils ressembleront davantage à leurs grand-parents qu’à leurs parents. Bravo!

    Je préfère de loin discuter avec un Libertarien capable de penser qu’avec un citoyen qui croit que René Lévesque n’est rien d’autre qu’un Boulevard!

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s