23 commentaires sur “Faire flotter son flag

  1. Cette histoire de drapeaux est, complètement, idiote!!!

    Comme c’est là, si j’ai bien compris, ce vieux billet serait illégal, si le projet de loi passe: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/07/lhistoire-du-kkkanada-revue-et-corrigee.html

    Papi dit: Non, ce billet ne contrevient pas au projet de loi C-288 sur le flag. Pour contrevenir à cette loi-là précisément, il aurait fallu que tu essaies d’empêcher quelqu’un de déployer son unifolié. Pourtant pas difficile à comprendre le contenu informatif de mon billet, sacraman!

    Ce billet ancien contrevient, par contre, à la loi omnibus (propos haineux). Il contrevient également à la vérité historique.

    J’en cite le premier paragraphe:
    Originalement, ce drapeau, que l’on appelle l’Unifolié, était un symbole des Canadiens français. La feuille d’érable que l’on peut voir sur ce drapeau était aussi un symbole des Canadiens français et le Ô Canada, l’hymne national du KKKanada, était, autrefois, celui des Canadiens français. Originalement, les Canadiens étaient les Canadiens français. Quant au Canadiens anglais, ben, c’étaient juste les Anglais!

    Oui, les ancêtres de ceux qui se disent Québécois se disaient Canadiens, et ceux qui se disent Canadians, leurs ancêtres, c’étaient les Anglais. Oui, le O Canada était un hymne nationaliste CANADIEN (donc Québécois), que les « Zanglas » ont importé.
    Mais la feuille d’érable, et surtout l’unifolié, autrefois des symboles des Québécois auto-qualifiés de Canayens?

    Ouf!

  2. Cher Papitibi, le pourfendeur des bibittes juridiques canadians, promettez de nous avertir quand on aura plus le droit d’acheter du pot. D’ici là, je me permet une prédiction à la Jojo Savard: le maple leaf qui flotte au coin de L’avenue du Parc et St-Viateur va passer au feu.

  3. C’a y est, c’est arrivé! Il n’y a plus de red canadian maple leaf qui flotte au coin de l’Avenue du Parc et St-Viateur! Ma prédiction s’est réalisée: je suis le nouveau Monsieur Baba, la nouvelle madame Minou, la Jojo Savard du Québec! Merci, Papitibi pour cette dose d’émotions.

  4. « Mais la feuille d’érable, et surtout l’unifolié, autrefois des symboles des Québécois auto-qualifiés de Canayens?

    La feuille d’érable qui se retrouve sur le drapeau du Canada est l’équivalent de la feuille d’érable à sucre.

    Or, les érables à sucre du Canada se retrouvent principalement au Québec. Il y en a en Ontario le long de frontière avec le Québec et au NB. N’en cherchez pas ailleurs.

    « En 1834, on rapporte que Ludger Duvernay proposait la feuille d’érable comme emblème du Canada, le jour de la fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin. »

  5. @Youlle

    Même si on n’en voit très peu en Abitibi, je sais que l’érable à sucre est plus typique du Québec qu’il ne l’est des autres régions du Canada. Je sais aussi que la feuille d’érable a ses échos dans l’histoire de ce Québec qu’on appelait le Canada.

    Mais affirmer que l’unifolié était, à l’origine, un symbole des Québécois (alors Canayens), comme le fait Proulx, là, il y a un pas que je ne saurais franchir. Surtout que je me souviens des discussions puériles entre Diefenbaker et Pearson. Tout comme je me souviens des autres projets de drapeau, dont l’un comportait un rameau de 3 feuilles d’érable et d’autres, une réminescence du Red Enseign britannique.

    Tant qu’à faire, la célébration de notre canadianité au bout d’un mat devrait passer, non pas par l’unifolié, mais par le Red Enseign qui l’a précédé. Après tout, ne vient-on pas de remettre la Reine et la Royale canadienne armée au gout du jour?

  6. « Tout comme je me souviens des autres projets de drapeau… »

    Je me souviens très bien qu’à l’école il y avait un concourt pour pour réaliser le drapeau. Je ne sais pas si c’était à la grandeur du Canada. Je me souviens aussi des projets dont vous parlez. Celui dont je me souviens le plus était deux bordures bleues qui signifiaient les deux océans et une ou trois feuille rouge au milieux. Les libéraux ont tout mis en rouge.

    L’unifolié à fait pleurer Diefenbaker qui perdait son Red Enseign chéri. Pauvre colonisé!

    « Tant qu’à faire, la célébration de notre canadianité au bout d’un mat devrait passer, non pas par l’unifolié, mais par le Red Enseign qui l’a précédé. Après tout, ne vient-on pas de remettre la Reine et la Royale canadienne armée au gout du jour? »

    Malheureusement, vous n’êtes pas le premier à faire cette suggestion. Les fidèles amis du grand héros du futur mé-maire, Hard poeur, licheux des orteils de la reine au palettes vous ont devancés.

    « Les groupes de Fromm, ainsi que d’autres groupes de suprématie blanche comme la Canadian Heritage Alliance, revendiquent la réadoption du Red Ensign en tant que drapeau national canadien. » (Wiki)

    Et on veut faire coucher les Québécois avec ces étrangers.

  7. Bonjour Papitibi,

    Je vous vois depuis longtemps rôder sur les blogues (notamment celui de Richard Hétu) aussi je vous soumet une (trois!)question(s).

    Qu’arriverait-il si, mettons, quelq’un mettait des drapeaux unifoliès de bord en bord de la route menant vers Fort Mc Murray (ça semble à première vue ne pas contrevenir aux conditions, à moins que ce ne soit innaproprié). Les drapeaux sur la chaussée, avec les lignes et tout?

    Que dites vous du critère « innaproprié » quant à l’usage du drapeau.
    Dans l’exemple que je vous soumet, ben y’a une activité économique canadienne importante (lesdits sables bitumineux) et la possibilité de publicité négative (le convoi de camion qui roule dessus pis des belles photos pour les activistes)

    Deuxième cas: mettons qu’à la St-Jean, un fédéraliste fasse le clown et se promène sur les Plaines, au Parc Maisoneuve et soit cerné de deux fleurdelisés? On empêche pas l’exhibition de ce drapeau, mais on fait en sorte de ne pas le voir.

    Je sais que ce sont deux cas extrêmes, mais votre avis serait utile.

    Merci

  8. @Yan

    Bienvenue sur ce blogue. J’essaierai de répondre de manière plus spécifique à vos questions mais en attendant, voici un commentaire que je viens de publier sur le blogue de Cécile Gladel. Pour la troisième fois au cours des derniers mois, madame Gladel a fait allusion à mon opinion dans l’un de ses billets.

    @Bérangère
    « Je ne crois pas que l’Assemblé nationale soit concerné.
    C’est beaucoup plus pour les occupants des condos, camping, etc. Où des réglements briment la liberté d’expression. »

    = = =

    Si j’étais juge (j’ai pratiqué le droit pendant + de 30 ans), j’aurais tendance à déclarer cette loi nulle et non applicable, parce que trop imprécise.

    a) la Loi ne précise pas si elle s’applique en tout lieu, incluant un lieu public ou un terrain qui n’appartient pas à celui qui veut déployer le drapeau. Dans les circonstances, je n’hésiterais pas à empêcher qu’un loustic vienne planter son drapeau chez moi ou dans un édifice public (Assemblée nationale, par exemple)

    b) en ce qui concerne les espaces communs d’un condo, qui a le droit de décider de déployer le drapeau? Un proprio? Ou l’assemblée des proprios, à la majorité? Au Québec, et c’est probablement pareil ailleurs, la façade, le hall d’entrée, le corridor et le terrain appartiennent à l’ensemble des proprios. D’où un gros problème de droit en vue.

    c) la Loi ne définit pas un format « raisonnable » pour le drapeau déployé. Un mètre, ça serait raisonnable. Un drapeau de 5 étages de hauteur, ça le serait moins.

    d) un drapeau peint sur une toiture, ou sur une porte de garage, c’est inclus dans la Loi? La loi ne le dit pas…

    e) le locataire a-t-il le même droit de déployer un drapeau? Le proprio peut-il l’interdire? Et si le locataire qui a signé le bail peut (par hypothèse), le simple occupant (le chum ou la blonde du / de la locataire) peut-il m’imposer à moi, propriétaire, un drapeau sur le terrain? La loi ne précise pas.

    f) en droit pénal, personne ne pourrait être trouvé coupable en vertu d’une loi qui définit si mal les limites du droit de déployer le drapeau. Et les limites du droit à s’y objecter.

  9. Qu’arriverait-il si, mettons, quelq’un mettait des drapeaux unifoliès de bord en bord de la route menant vers Fort Mc Murray (ça semble à première vue ne pas contrevenir aux conditions, à moins que ce ne soit innaproprié). Les drapeaux sur la chaussée, avec les lignes et tout?

    À cette question de Yan, ma réponse:

    a) j’aurais tendance à qualifier d’inapproprié le fait de peindre des drapeaux canadiens sur la chaussée. Inapproprié au sens de cette loi, j’entends, car objectivement, non, ce n’est pas nécessairement inapproprié, à moins qu’un spécialiste de l’endormitoire au volant ne prétende que ça crée un danger, ou à moins qu’un psy n’affirme que ça risque de rendre les conducteurs agressifs au volant!

    Inapproprié au sens de l’article 2 de la loi, en ce sens que quiconque pourrait, de bonne foi, exiger le retrait pour cause de danger à la conduite. Sans compter que si c’était jugé approprié, le gestionnaire de la route n’aurait pas le droit de la réparer, de mettre une couche d’usure ou de faire un trou pour remplacer un ponceau? Ayoye! Patcher la route, ce serait alors empêcher le déploiement du drapeau, non?

    b) mais avant de qualifier ces drapeaux peints sur la route de déploiement approprié ou non, faudrait d’abord s’interroger sur le droit d’un tiers de déployer le drapeau (en peinture) en un endroit qui ne lui appartient pas et sur lequel il n’a aucun droit sinon celui de rouler d’un point à un autre…

    Trop floue, cette loi!

  10. mettons qu’à la St-Jean, un fédéraliste fasse le clown et se promène sur les Plaines, au Parc Maisoneuve et soit cerné de deux fleurdelisés? On empêche pas l’exhibition de ce drapeau, mais on fait en sorte de ne pas le voir.

    À cette 2e question de Yan, je fais cette 2e réponse:

    En droit pénal, l’infraction doit être très manifeste. La loi ne définit pas clairement si le fait d’empêcher le déploiement d’un drapeau canadien inclut le fait de le cacher, de le rendre moins visible ou d’installer un mur de planches devant lui… Bref, à mon avis, personne ne pourrait être coupable d’empêcher le déploiement, dans les circonstances que vous avez définies…

    J’ajouterais ceci: puisque le drapeau a pour objet de favoriser l’unité canadienne, je dirais que tout usage du drapeau qui serait destiné à provoquer ou à créer des tensions, devrait être considéré comme contraire à l’article 2a) de la loi. Par conséquent, en empêcher le déploiement dans les circonstances ne pourrait pas (à mon avis) être assimilé à une infraction.

    Thank God! La police pourrait alors saisir le drapeau canadien, dans le but, évidemment, de retirer des lieux une source de tension et de violence. Le propriétaire du drapeau pourrait le récupérer… après la St-Jean. 😉

  11. Voilà qui fera plaisir à sa base électorale québécoise, les Elvis Gratton d’ici.

    Elvis n’est pas mort., il se multiplie en sol québécois meigne!

  12. Merci Papitibi pour ces réponses qui m’apportent un nouvel éclairage sur ce projet de loi. Je ne m’attendais pas à autant de détails!
    Je n’avais pas pensé à la notion de propriété des lieux pour l’affichage du drapeau, ce qui restreint un peu le nombre de situations où ça peut dégénérer. J’ai en tête plein de situations hypothétiques pour tester cette loi. J’ai aussi entendu Gilles Rhéaume cette nuit chez Jacques Fabi et il semble qu’il projette de s’y opposer.

    J’ai hâte de voir comment la loi qualifiera/quantifiera ce qui est « inapproprié ». Comme vous le dites, c’est flou en masse et subjectif à la fois.

    Je pense que cette tentative (et très possible réussite) de braquer les projecteurs sur un symbole de patriotisme sous un angle assez populiste (style ra-ra-ra Canada! Ëtre contre cette loi, c’est être anti-Canada, etc.) aura un effet positif pour les conservateurs dans le ROC mais aura peut-être aussi l’effet d’un tisonnier dans les braises souverainistes. Je ne suis pas sûr qu’ils gagneront au change, à long terme du moins.

    Tout ça pour une loi qui règle un non-problème.

    Enfin, merci pour les mots de bienvenue!

  13. « Et puis, je revendique le droit, pour tout citoyen, de de roter sa Molson Canadian et de hurler « I am Canadian » n’importe où, n’importe quand…  »

    Sauf à Hampstead les jours de fête juive, obviously…

    Mais revenons au sujet du billet. Les zamis libââââârtariens ne trouvent-ils pas profondément contradictoire la position du gouvernement qu’ils voient dans leur soupe quand, d’une part, il prévoit une peine d’emprisonnement pour l’interdiction de déployer le drapeau « Canadian » alors qu’il a aboli le formulaire de recensement long précisément parce qu’une peine d’emprisonnement était prévue pour qui ne le remplirait pas?

  14. @radams

    faut croire que le fait (pour un citoyen) de refuser de remplir un formulaire long une ou deux fois dans une vie entière, c’est pas perçu à Calgary (la capitale du Nouveau Canada) comme constituant un geste aussi anti-patriotique que le fait d’empêcher son voisin de déployer son flag…

    C’est vrai que les données du recensement, ça ne sert à rien… sinon la réalisation d’un Canada plus adapté aux besoins de ses citoyens.
    Alors qu’un drapeau, ça sert à… à quoi, déjà?

  15. en d’autres termes:
    ÊTRE bon pour son pays?
    ou
    PARAÎTRE bon (patriote) pour son pays?

    Ce gouvernement a fait son choix. Aussi aberrant soit-il.
    Voilà de quoi exalter ma fierté d’être Canadien!
    Tabarnak…

  16. @ papitibi.

    Un recensement, ça sert à prendre en compte, aux cinq ans, les changements démographiques, pour ajuster la carte électorale en conséquence, afin de faire respecter le principe démocratique du «un électeur = un vote»!!!

    Ce n’est pas un outil, pour nous enfoncer dans la route de la servitude!!! Et, ça, Harper l’a compris!!!

    [lien omis]

    Dans ce sens, il n’y a que le formulaire court du recensement qui est légitime!!! Mon revenu, le gouvernement le connaît déjà, avec mon rapport d’impôt!!!

    Observation de Papi:

    Tu souhaites te faire élire à la mairie de Québec, et t’es trop imbécile pour comprendre ce qu’une administration municipale et une administration scolaire peuvent apprendre d’un recensement?

    Plus tu écris, et plus tu démontres à quel point tu n’as pas de cervelle.

    T’aurais peut-être intérêt à vérifier auprès des services techniques (ou whatever) de la Ville dont tu te vois le maire de quels outils ils disposent pour planifier les lignes d’autobus, l’emplacement des nouveaux parcs, les investissements dans les parcs existants, l’amélioration des réseaux d’aqueduc et d’égoût, l’emplacement des nouvelles succursales des bibliothèques municipales, l’emplacement des écoles et services de garde, le zonage… Le recensement fournit à cet égard des renseignements dont une administration municipale soucieuse de dépenser JU-DI-CIEU-SE-MENT l’argent des taxes ne saurait faire fi.

    Si tu comprends pas l’utilité d’un recensement pour le secteur public, toi qui vis pour la libre entreprise, du devrais penser à l’intérêt des commerçants et entrepreneurs à savoir en 2012 combien il y aura d’enfants dans tel secteur en 2018 et de combien de revenus la famille moyenne dispose dans un secteur donné; c’est là-dessus qu’ils se basent pour savoir si ça vaut la peine d’installer un Winners ou un Future Shop dans le quartier.

    Ignorant komme ke té, tu seras la honte du monde municipal. Wake up before it’s too late!

  17. Juste pour dire qu’étant moi-même un grand bruleur de drapeau canadians, je ne vois pas en quoi ce geste est pire que tracer un graffiti: le graffitiste laisse des marques permanentes et cause un réel dommage à la société qui mérite bien quelques semaines de travaux communautaires sans peine de prison et sans casier judiciaire, tandis que les dommages causés par un saccageur de drapeaux sont plus symboliques que matériels. Pourquoi mériterions nous deux ans de prison alors que nous faisons du bien à la société en démontrant à nos concitoyens qu’il est possible de se tenir debout devant le red canadian maple leaf? Je sais par expérience que jamais un policier québécois n’aurait le cran d’arrêter un compatriote pour ce geste.

  18. @Le moineau

     » Je sais par expérience que jamais un policier québécois n’aurait le cran d’arrêter un compatriote pour ce geste. » 02h50

    Heu… Pas sûr de ça, moi. Au coin de Cuvillier et Ontario, peut-être pas. Mais j’hésiterais à poser le même geste à DDO ou à Hampstead.

    = = =

     » le VIH ne tues qu’une infime minorité des gens affectés (avec ou sans tri-thérapie, voir les statistiques en Afrique), donc c’est un peu gros de dire que « Incite » sauve des vies.

    Finalement, c’est quoi la krytocratie? Kryto n’est pas un préfixe du language usuel, on ne le trouve même pas dans google. »

    La krytocratie, c’est un gouvernement par les juges, alors que ces mêmes juges ne jugeraient pas en fonction de la preuve faite devant eux, mais uniquement en fonction de leur opinion personnelle. Une krytarcie, par contre, ce serait un gouvernement par les juges, basé non pas sur leur opinion perso mais sur les règles de justice naturelle.

    Un exemple de règle de justice naturelle? Audi alteram partem (disait souvent Bernard Landry, avocat de formation, comme moi). Traduction: avant de rendre jugement, un juge doit s’assurer d’entendre les deux parties.

    = = =

    Vous formulez une opinion sur le caractère meurtrier du sida – tout en omettant l’hépatite C, par ailleurs. Mais ça demeure une opinion, et je devine que c’est une opinion profane (comme le serait la mienne!). Or votre opinion profane – comme la mienne – ne tient pas, face à la preuve élaborée qui a été administrée devant la Supreme Court of British Columbia (l’équivalent de la Cour supérieure, au Qc, malgré le terme « Supreme »). Juste pour vous donner une idée de l’ampleur de la preuve, je signale que devant la Cour Suprême du Canada, 15 parties étaient représentées par avocat, dont le Procureur-Général du Québec. Une preuve par experts a été administrée; des statistiques ont été mises en preuve, des experts européens et australiens ont témoigné et fait part de leurs observations sur les bienfaits du programme chez eux, etc

    Anyways, même les corps policiers reconnaissent que le programme appliqué chez Insite a des effets positifs sur le taux de criminalité et sur l’incidence de maladies comme le sida et l’hépatite C.

    Au surplus, le droit à la vie existe, mais le droit à la santé existe aussi. Même si l’hépatite et le sida ne tuaient plus personne (ce qui est loin d’être le cas), le seul fait d’en être atteint constitue un lourd handicap sur la santé… et sur les relations interpersonnelles ou l’employabilité, à titre d’exemple. Essayez d’être infirmier si vous êtes atteint du sida… personne ne va vous embaucher, même si vous prenez 1000000 de précautions dans votre pratique professionnelle. Peur des poursuites, tout simplement. Ou restrictions imposées par l’assureur.

    Face à cette preuve objective très forte, le fédéral opposait du vent. Rien que du vent. Alors la Cour lui a mis le nez dans sa marde, en lui rappelant que le gouvernement a l’obligation de respecter ses propres lois (dont l’article 7 de la Charte, qui est bien plus qu’une loi, puisqu’elle est enchâssée dans la Constitution!)

    Be serious! JLP, c’est JAMAIS une référence. J-A-M-A-I-S !!! !!! !!!

  19. Je connais un anarchiste (en sorte) français sur DA, il a déclaré ‘jamais crever pour un drapeau et la Nation’, et il y a posté un pic section ‘webcam’ à la Bérurier Noir – un type se TORCHANT le cul avec le drapeau français…

    Que se passerait-il si c’aurait été un canadien un drapeau canadien, et en ligne, je me demande…

  20. @ the Ubbergeek

    «Que se passerait-il si ça avait été un drapeau canadien»

    Comme il n’empêcherait pas le drapeau de flotter, ce n’est pas cette loi qui s’appliquerait! Mais, il y en a d’autres qui doivent interdire la profanation de ce drapeau…

  21. @Darwin et geek

    Même qu’après s’être torché le cul (sic) avec le drapeau, rien ne l’empêche de lui rendre hommage et de le faire flotter!

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s