35 commentaires sur “Belote et rebello pour le député Réverso

  1. Vous avez omis de parler du titre de sa lettre d’explication, «Entreprendre un Québec vert»… Entreprendre un Québec vert avec un dictateur, euh, chef, qui n’a pas cru bon d’effleurer le sujet de l’environnement dans ses 20 propositions prioritaires!

    Bref, il veut faire avancer la souveraineté avec un parti ni fédéraliste, ni indépendantiste, faire progresser la cause de l’environnement avec un part qui verra sa position environnementale plus tard… Et s’il lui reste des idées de gauche (rappelons qu’il a été président de la Fédération étudiante universitaire du Québec de 1994 à 1996), j’imagine qu’il compte sur un parti ni de droite, ni de gauche pour les réaliser!

    Pitoyable, encore un oeil au beurre noir à la démocratie…

    Quant à la dame Saint-Denis, je préfère passer mon tour…

  2. Dites ce que vous voulez mais tout ca est a cause de Pauline….Elle passe pas et les bonzes du PQ veulent la faire passer de force…fas qu’elle va couler son parti avec elle

    Tant mieux…. après le ménage sera fait de le bois mort sera pu la

  3. «La décence exigerait d’un transfuge qu’il mette sa tête sur le billot et se soumette au vote de ses électeurs. M’est avis qu’il y en aurait pas mal moins!»

    On est d’accord…

  4. @Darwin 19h45

    Vous avez omis de parler du titre de sa lettre d’explication, «Entreprendre un Québec vert»…

    Ouin… J’extrais ce passage de la lettre « Entreprendre un Québec vert »:

    New York désire se brancher sur notre électricité. […] Le défi qui nous est posé aujourd’hui est de tirer parti de cette demande pour développer notre économie : pas seulement pour créer des emplois conjoncturels dans les mines, mais bien pour développer une économie manufacturière de haute technologie.

    C’est pas en « donnant » l’électricité aux alumineries qui exportent de l’aluminium en lingots qu’on va développer une économie de haute technologie. Qu’elle soit verte… ou brune. Et vendre des lingots à des acheteurs qui les transformeront en produits manufacturés fabriqués avec de l’électricité sale (centrales au charbon), ça fait pas très vert.

    Que proposent la CAQ et son futur ténor Réverso à cet égard? Rien, que je sache.

    Et c’est pas en « vendant » cette électricité aux Zamaricains qu’on va développer NOTRE industrie; au contraire, en le leur vendant, Québec procure des avantages à ses concurrents directs. Cela dit, je ne nie pas la nécessité d’échanger avec eux des surplus d’électricité (on en a besoin quand il fa frette, ils en ont besoin quand ils suent à grosses gouttes).

    = = =

    Pour ce qui est du déficit démocratique, la CAQ fait « bonne figure », avec son refus de fournir aux adéquistes dissidents la liste des membres qui seront appelés à se prononcer sur la fusion ADQ-(ancienne) CAQ dans la nouvelle CAQ. Pitoyable. Legault semble vouloir gérer le nouveau parti comme Harper gère le Parti Conservateur… ce qui n’est guère élogieux.

    Les nouveaux mariés (Deltel-Legault) auraient l’air de beaux caves si les membres devaient refuser la fusion.

  5. @Stéphane 20:54
    « Dites ce que vous voulez mais tout ca est a cause de Pauline….Elle passe pas et les bonzes du PQ veulent la faire passer de force…fas qu’elle va couler son parti avec elle »

    = = =

    Le PQ a poignardé TOUS ses chefs, de René Lévesque à André Boisclair; Landry, lui, a quitté avant qu’on lui montre la porte. Faut-il s’en surprendre? Le PQ est un ramassis de souverainistes de toutes tendances: des trop pressés, des pas assez pressés de faire l’indépendance, des étapistes, des pas-étapistes-pantoute, des Marc-Laviolette plus à gauche, des Bouchard, des Facal, des Legault plus à droite.

    Et le PQ, c’est le parti des féroces belles-mères déchues et amères (!), dont la caractéristique commune est qu’ils sont tous d’opinion que leurs successeurs ne leur vont pas à la cheville.

    Dans ces conditions, le Parti est ingouvernable.

    = = =

    Avec cet exemple sous les yeux, la CAQ pourra-t-elle survivre à ses premiers mois de gouvernance? À un premier mandat? Formé de rescapés de l’ADQ, de dissidents de l’ADQ et d’anciens pourfendeurs d’adéquistes, auxquels on pourra ajouter des Marlene Jennings issues des rangs des Libérules fédéraux et probablement des libérules provinciaux.

    Est-ce que cet assemblage hétéroclite pourra tenir? Legault semble avoir compris qu’il doit se comporter en dictateur; mais quand l’échafaudage va s’effondrer…

    = = =

    Bref, si je blâme matante Pauline pour cet air hautain qui la suit partout ET SURTOUT pour sa manière de gérer la question de l’amphithéatre Péladeau-Maltais-Labeaume, je ne saurais lui faire reproche de sa manière de gérer la question du référendum. Le PQ ne peut pas faire l’indépendance s’il demeure dans l’opposition, et parler d’indépendance semble inapproprié, aux yeux de l’électorat.

    Alors elle fait quoi, la Pauline?

  6. Pingback: Les Voix du PANDA » Blog Archive » Belote et rebello pour le député Réverso

  7. À Papitibi,

    « Pitoyable. Legault semble vouloir gérer le nouveau parti comme Harper gère le Parti Conservateur… ce qui n’est guère élogieux. »

    Monsieur Air Transat n’est peut-être pas si distant de Harper quand il est question d’économie. Par conséquent, la fin justifie les moyens : n’entrer dans aucun sujet à opposition, répondre aux questions assurément vaguement, ne tolérer aucune voix discordante dans son parti, puis probablement vendre le Québec à plus offrant en redevances, sans égards à l’environnement.

    J’ironise un peu, évidemment, mais j’espère avoir tort. De toute façon, je n’ai aucune confiance en Legault, ses omissions étant trop évidentes dans son programme. Cela ressemble à de la fourberie en mode furtif, indétectable par les radars de l’opposition sociale… Il y a sûrement des missiles sol-air pour effrayer Monsieur Air Transat et le forcer à atterrir sur une piste de projets solides, expliqués et appropriés à la société québécoise entière. Je ne retiendrai pas mon souffle en attendant d’avoir des détails officiels là-dessus, sauf quand viendra le temps d’appuyer sur la détente de mon Stinger… 🙂

  8. Josée Legault écrit ceci dans le Voir.

    Une Legault doit s’y connaître en matière de politique… et de transfuges…

    Des vessies pour des lanternes
    11 janvier 2012
    par Josée Legault

    http://voir.ca/chroniques/voix-publique/2012/01/11/des-vessies-pour-des-lanternes/

    On dit que la politique est l’art du possible. Sous son pire jour, c’est aussi l’art de faire passer des vessies pour des lanternes.

    Prenez la défection du député péquiste François Rebello au profit de la CAQ. Un beau cas d’espèce.

    Une conversion certes peu surprenante puisqu’il était déjà de la garde rapprochée de François Legault du temps où, ministre du PQ, il ambitionnait très fort d’en devenir le chef.

    Le problème est qu’en expliquant son geste, M. Rebello semblait prendre pas mal de monde pour des valises. Ou pas loin…

    Primo, en louangeant les talents d’«entrepreneur» de M. Legault. «Un modèle pour les Québécois», a-t-il dit. Comme si la politique était une business. Comme si gouverner un État et gérer une compagnie aérienne étaient de la même eau.

    Secundo, en jurant la main sur le coeur que sa motivation est de «battre Jean Charest»; «tirer parti de nos forces au Québec pour nous renforcer» [sic]; «entreprendre un Québec vert»; et garder les «portes ouvertes» pour la souveraineté.

    Battre Jean Charest? Bien sûr. Mais ce que ne dit pas M. Rebello est que la première cible de M. Legault, c’est en fait le PQ.

    Le véritable combat de la CAQ vise à remplacer le PQ comme un des deux grands partis de pouvoir du Québec. Point. Que M. Legault le fasse en prenant le pouvoir dès la prochaine élection ou la suivante.

    Le moment de cette dernière défection témoigne en effet d’une stratégie musclée. Une telle annonce faite en début d’année, à deux semaines d’un conseil national crucial – le tout pendant que Pauline Marois, déjà en état de siège, est en vacances -, cela n’a pas tout à fait des airs de hasard.

    Même si l’adversaire péquiste est déjà affaibli, le coup porte.

    L’ADQ, la CAQ en fera une bouchée. Quant au Parti libéral, il est protégé de l’hécatombe par sa base anglo et allophone. C’est dans la talle péquiste que la CAQ fait le plus de ravages. Des ravages facilités, il faut le dire, par la grave crise qui ronge le PQ depuis le printemps 2011. Mais aussi par le ras-le-bol ambiant et l’extrême visibilité médiatique dont jouit M. Legault depuis plus d’un an.

    La politique, c’est aussi l’art de profiter de ses alliés objectifs et des faiblesses de ses adversaires.

    Sur la souveraineté, M. Rebello étire au maximum l’élastique de la crédulité. Disant qu’il y croit toujours, il ajoute, sans rire, que si le Québec se «renforce» sous la CAQ pendant les dix ans où M. Legault veut balayer la question nationale sous le tapis, les portes seraient alors grandes ouvertes pour l’indépendance.

    Comme si pendant tout ce temps, il n’y aurait pas une sérieuse accélération de la marginalisation du Québec au sein du Canada. François Legault parle même maintenant d’un moratoire de 15 ans!

    Pour se justifier, M. Rebello clame que la «stratégie souverainiste n’a pas fonctionné». Or, le problème est justement que le PQ n’a PAS de stratégie claire. Et ce, depuis quinze ans déjà.

    Ajoutés au nouveau moratoire caquiste, tout ça donnerait trente ans de sommeil profond sur la question nationale. M. Rebello croit-il vraiment que l’option souverainiste se réveillerait ensuite par magie comme une Belle au bois dormant prête pour son prince charmant?

    Ce discours, c’est celui du «bon gouvernement» où la simple vertu de faire de l’argent ou de «bien» (?) gérer des hôpitaux, des écoles et des routes donnerait aux Québécois le goût de se faire un pays. Les 40 dernières années ont pourtant démontré qu’il n’existe aucun lien de cause à effet entre la manière dont on est gouverné et les appuis à la souveraineté.

    Tenter de créer un pays, c’est plutôt affaire d’action politique, d’objectifs clairs, de débats publics, de travail de persuasion, de préparation, d’acceptation du risque et de circonstances externes.

    La défection des Rebello, Ratthé et Charette, de même que les démissions des Curzi, Lapointe, Beaudoin et Aussant sont des épiphénomènes. Des manifestations de la division qui revient hanter ce parti dès que ses dirigeants perdent de vue sa raison d’être.

    Une division entre ceux qui voient le pouvoir comme devant servir à faire avancer leur option et ceux qui, dans les faits, voient leur option comme un obstacle à la prise du pouvoir.

    L’arrivée de la CAQ et la menace réelle qu’elle pose au PQ ont sonné le réveil de cette division originelle. Et ça ne fait que commencer.

  9. Que pensez-vous de cette ordure qu’est Léon Mugesera??? À moins, bien sûr, que vous ne le considériez plutôt comme un martyr politique du «grand méchant» Harper, à l’image de Radio-Canada et de son avocate qui semble avoir le profil d’une députée NPD.

    À moins que vous n’affirmiez qu’il n’y a jamais eu de génocide au Rwanda, comme Robin Philpot l’a déjà dit.

  10. Mamzelle Réglisse à la mélasse,

    Dans la mesure où Mugesera sera trouvé coupable par un vrai tribunal, je le considérerai comme une ordure génocidaire. En attendant, je sais de quoi il est accusé, je sais ce qu’il a dit à propos des Tutsi, dont les corps devraient être jetés à la rivière. Je le sais d’autant plus que de tous les pays d’Afrique sub-saharienne, c’est avec le Rwanda que j’ai entretenu les liens les plus étroits.

    La cérémonie de clôture d’Expo 67 était réservée aux détenteurs de laisser-passer; j’ai obtenu les miens via un ami de la famille, un médecin belge qui avait pratiqué à Kigali avant d’installer sa famille à Montréal après l’indépendance du Rwanda. Mes laisser-passer portaient l’estampille du gouvernement du Rwanda, avec lequel le Dr entretenait toujours des relations privilégiées.

    = = =

    Cela dit, le Canada vit sous la rule of law – en principe, ce qui implique qu’il doit respecter ses engagements internationaux. Or le comité des Nations-Unies contre la torture a demandé de surseoir l’ordre de déportation et d’examiner les risques de torture que Mugesera pourrait courir au Rwanda, et le Canada s’est déjà engagé à respecter les décisions dudit Comité.

    Sauf que les Conservateurs se kâlissent des engagements internationaux du Canada; on l’a vu avec le retrait récent des accords de Kyoto.

    Bref, ma position est plus nuancée que la vôtre, qui me paraît un peu simpliste.

    = = =

    Des génocides? êtes-vous prêt à reconnaître que l’extinction définitive des Béothuks en 1851 est le résultat d’un génocide? Les Béothuks vivaient sur l’Île de Terre-Neuve à l’arrivée des Européens.

    Êtes-vous prêts à reconnaître que le comportement des colons américains et de leurs chefs militaires vis-à-vis les peuplades autochtones, aux 18e et 19e siècle, étaient de nature génocidaire?

    Et quand Israël reconnaîtra-t-il enfin le génocide arménien? Ce qui l’en a empêché à ce jour, c’est la volonté de ne pas froisser la Turquie et surtout, la volonté de ne pas ainsi banaliser la Shoah aux yeux de certains Juifs.

  11. À Papitibi,

    J’ai lu le livre du général… Je serais curieux d’entendre ses pensées sur Mugesera après toutes ces années de recul. J’essaie de me rappeler la description qu’a faite le général du rôle et des actes de ce Hutu . Une chose qui m’a toujours choqué, c’est le fait que la Télévision et Radio Mille Collines hutu ait pu servir sans arrêt d’instrument de radicalisation génocidaire quelques mois avant le début du génocide. Les Français n’ont rien fait pour mettre fin à ces émissions racistes. Une grenade bien placée aurait réglé le cas… Cela me fait penser à la radio clandestine de l’Irgoun dès 1945 en Palestine. Les Israéliens s’en prenaient aux Britanniques, qu’ils traitaient de nazis (à cause des camps temporaires pour contrôler le flux humain arrivant en Palestine). Les Hutu qualifiaient de cafards, les Tutsi, l’ethnie choisie par les Belges en raison de leur plus grande taille et de leur teint moins foncé (une autre erreur colonialiste, celle de diviser pour régner, en réservant pour les Tutsi, qui constituaient environ le tiers de la population rwandaise, les rôles d’administrateurs du Rwanda durant des décennies, lésant la majorité rwandaise hutu). Une chose qui m’a horripilé, c’est la conclusion du rapporteur de l’ONU et des États-Unis, à l’effet qu’il n’y avait absolument rien de valeur (aucune ressource) au Rwanda qui puisse contrebalancer le coût d’une opération militaire d’envergure pour empêcher le génocide… Les Français ont mal paru, les Belges encore plus, et ce sont les forces du maintien de la paix de petits pays de l’ONU qui ont dû composer avec tous ces enragés hutu, militaires, et milices saoules ou droguées la plupart du temps.

    Le journal Le Monde a fait de nouvelles révélations :

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/01/11/rwanda-une-verite-qui-derange-en-france_1628208_3212.html#ens_id=1265770

    Wikipédia présente une analyse détaillée, dont un extrait :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_au_Rwanda#La_situation_politique_et_militaire_.C3.A0_la_veille_du_g.C3.A9nocide

    La démission de la communauté internationale[modifier]
    Article détaillé : Rôle de la communauté internationale dans le génocide au Rwanda.

    Cette démission a été stigmatisée par le Général canadien Roméo Dallaire qui commandait la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR), force de l’ONU destinée à soutenir les accords d’Arusha.

    Il apparait que plusieurs États, en général à travers l’ONU, dont la France, particulièrement impliquée au Rwanda, ne semblent pas avoir su ou voulu adapter leurs actions en distinguant bien les massacres génocidaires de la guerre civile. Les États-Unis, marqués par le fiasco somalien récent, et l’ensemble du Conseil de sécurité des Nations unies refusèrent de qualifier à temps les massacres de génocide, ce qui empêcha de faire jouer la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide qui obligeait les États signataires à intervenir. On emploie des périphrases comme « actes de génocide ». Toutes les pressions exercées sur les belligérants mirent sur le même plan l’arrêt des massacres et l’arrêt des combats entre le FPR et les FAR (Forces Armées Rwandaises). L’objectif était d’obtenir un cessez-le-feu et d’arrêter les massacres.

    Pendant toute la durée du génocide, le général Roméo Dallaire est tenu par le DOMP, service du maintien de la Paix de l’ONU, de ne pas laisser la MINUAR intervenir par les armes pour empêcher les massacres et de tenter d’obtenir un cessez-le-feu entre le FPR et les FAR et un arrêt des massacres43. Il avait déjà tenté, sans succès, d’obtenir des Nations unies l’autorisation de procéder à la saisie des caches d’armes en janvier 1994. Devant cette inaction de l’ONU, le général Dallaire n’avait aucune marge de manœuvre pour tenter de protéger le peuple rwandais. Après l’assassinat de dix casques bleus belges et devant le refus du Conseil de sécurité de l’ONU de renforcer immédiatement la MINUAR, la Belgique décida de retirer ses soldats, qui constituaient la colonne vertébrale et la moitié des effectifs de la mission. Le 21 avril 1994, le Conseil de sécurité entérine la décision belge et réduit les effectifs de la MINUAR à 270 observateurs, soit 10 % de ce qu’elle était sur le terrain et 5 % de ce qui avait été prévu initialement44.

    Mais à partir de la deuxième quinzaine de mai 1994, devant la gravité de la situation, elle met sur pied la MINUAR 2 qui se révèle dans l’impossibilité d’intervenir immédiatement. Devant ce retard, la France obtient des Nations unies l’organisation de l’opération Turquoise du 22 juin au 22 août 1994, date prévue de déploiement de la MINUAR 2. Elle obtient ensuite la création, dans le sud-ouest du Rwanda, d’une « zone humanitaire sûre » (ZHS), le 4 juillet 1994, après quelques accrochages avec le FPR. Cette opération française donna lieu à de vives controverses à travers le monde.

    Le 17 juillet 1994, un convoi des FAR s’arrête dans une villa de Cyangugu, dans le sud de la ZHS contrôlée par les Français. Le commandant du secteur, le lieutenant-colonel Jacques Hogard, s’assure de l’identité des membres du convois, avec un groupe de commandos du 2e REP, et identifie deux génocidaires : le président de la République, Théodore Sindikubwabo, et le ministre des Affaires étrangères, Jérôme Bicamumpaka. Bien que la Convention de l’ONU sur le génocide permît leur arrestation, les militaires français leur donnent 24 heures pour « foutre le camp », et demande des ordres à Paris. Le lendemain, les ordres tombent, mais le convoi d’une centaine de personnes est déjà passé au Zaïre45.

    De plus, les militaires français ont localisé la Radio Mille Collines, qui appelait aux massacres, mais Paris leur a ordonné de ne rien faire45.

  12. @ papitibi.

    «Sauf que les Conservateurs se kâlissent des engagements internationaux du Canada»

    Ou peut-être parce que les conservateurs ne savent que trop bien l’Histoire. Si l’ONU a décidé de s’objecter à la déportation de Mugesera – à la dernière minute – en arrivant comme un cheveu sur la soupe, c’est parce qu’elle sait très bien que le procès de Mugesera comportera une chronologie historique du génocide, ce qui inclut le rôle peu glorieux qu’y a joué l’ONU…

    Par Papi: je ne sais pas si les Conservateurs connaissent bien l’Histoire, mais je sais que VOUS, vous ignorez que Mugesera demande à être jugé… au Canada. Réponse plus élaborée suivra

    Vous croyez vraiment que l’ONU a intérêt à ce que le monde se souvienne qu’elle s’est croisée les bras lors du génocide et qu’elle a ordonné à Roméo Dallaire de s’asseoir sur sa chaise et de regarder le «spectacle» sans rien faire?

    Les conservateurs, eux, voient clair dans cette décision de l’ONU. Il n’y a pas à dire, se faire rejeter par cette organisation corrompue est un véritable honneur.

    «Et quand Israël reconnaîtra-t-il enfin le génocide arménien?»

    Ça, ça regarde Israël. Mais, personnellement, l’islamiste Erdogan glissant de plus en plus vers l’Islam radical, si j’étais à la place de Netanyahou je reconnaitrais le génocide arménien. Israël n’a plus rien à espérer et encore moins à attendre de la Turquie.

  13. @ Réglisse

    Votre prénom me rappelle le nom d’une vieille jument que mes enfants ont montée autrefois. Vous êtes apparentés?

    Vous croyez vraiment que l’ONU a intérêt à ce que le monde se souvienne qu’elle s’est croisée les bras lors du génocide et qu’elle a ordonné à Roméo Dallaire de s’asseoir sur sa chaise et de regarder le «spectacle» sans rien faire?

    Et vous croyez vraiment que c’est l’ONU qui a pris la décision de se croiser les bras devant le génocide? Qui c’est qui se plaignait régulièrement de sa part astronomique dans le financement des opérations de l’ONU? Cherchez un peu… Il n’y a pas de pétrole au Rwanda; ça peut expliquer bien des choses.

    D’autre part, si ce Comité de l’ONU est intervenu par application d’un traité sur la torture (auquel le Canada a adhéré et doit se soumettre s’il ne veut pas passer pour un État délinquant), c’est peut-être tout simplement parce que les membres de ce Comité SAVENT (contrairement à vous) que Mugesera pourrait être jugé au Canada pour crime contre l’humanité, comme la Loi canadienne le permet depuis une douzaine d’années:

    Me Bertrand s’est battu pour que M. Mugesera soit jugé au Canada pour crime contre l’humanité, comme le permet la loi depuis 12 ans. Le premier cas, en 2009, a été celui du Rwandais Désiré Munyaneza, condamné à la prison à vie. Me Bertrand croit que les autorités canadiennes refusent ce scénario parce que ce dernier aurait eu de bonnes chances d’être blanchi et l’acquittement d’un individu considéré, à tort ou à raison, comme un «monstre génocidaire», renverrait une mauvaise image du système de justice, dit-il. – SOURCE –

    Ce gouvernement invoque la décision d’un Tribunal canadien pour expulser Mugesera; pourquoi ne fait-il pas confiance aux tribunaux canadiens pour le faire condamner selon le due process of law?

  14. Une partie de ce documentaire (1 heure) passait à Télé-Québec hier soir. J’ai lu il y a une couple de mois la biographie de Hitler par Ian Kershaw. Un ouvrage très intéressant, mais j’ai maintenant ma dose du moustachu pour un bout.

    Par Papi: Apocalypse Hitler. Première partie (la menace). Rediffusion mercredi le 18 janvier, 13h. Je vais programmer mon dvd recorder en conséquence…

    Deuxième partie: Apocalypse Hitler (le führer), diffusions dimanche 22 janvier 20h et mercredi 25 janvier, 13h

  15. À Spritzer,

    Le cheminement du petit moustachu est une chose difficile à comprendre, mais le cheminement du petit caporal est maintes fois plus difficile à comprendre…

    On est soldat, puis on peut devenir caporal selon les besoins, l’expérience et le jugement du soldat, mais généralement en quelques en temps de paix, ce qui était le cas d’Adolph H. Mais de là à devenir le chef des armées et le chef du pays entier, il y a une marge qui dépasse l’entendement. Évidemment, il faut comprendre que l’Allemagne voulait, pour une seconde fois (de mémoire), étendre ses frontières chez ses voisins, se trouvant trop serrée pour sa population.

    Sur un autre point, hors-objet également, demain, à 20 h, à RDI, aux Grands Reportages, le documentaire « Réfugiés oubliés », de Radio-Canada, sur les réfugiés palestiniens de Shatila, au Liban, le camp de réfugiés qui, avec celui de Sabra, a subi le massacre odieux d’environ 3 500 Palestiniens, avec la collaboration d’Aryan Sharogne, que la Belgique a tenté de poursuivre pour crimes de guerre, notamment. La poursuite a tombé, probablement grâce aux É.-U. La Belgique agressant les É.-U. ? Impensable, surtout que le siège de l’OTAN s’y trouve, et qu’il y a beaucoup de sou$$$$ à faire, comme avec l’ONU pour New York.

  16. …mais généralement en quelques ANNÉES en temps de paix…

    Le papi Bush de George Dubya a aussi fait des affaires avec Hitler…

  17. @Mangouste

    « Évidemment, il faut comprendre que l’Allemagne voulait, pour une seconde fois (de mémoire), étendre ses frontières chez ses voisins, se trouvant trop serrée pour sa population. »

    Heu… est-ce qu’il n’y a pas une contrée, quelque part, qui justifie ou tente de justifier certains développements immobiliers hors-territoire par des motifs similaires?

    Si je précisais à quel vaillante nation je fais ici allusion, certaines « âmes sensibles » m’accuseraient, à coup sûr, d’antisémitisme; dans les circonstances, je réserve donc mes commentaires. Comme dirait un honorable commentateur, en quoi ces propos parfaitement anodins pourraient-ils être jugés offensants? Je n’ai nommé personne, mwa!

    = = =

    le documentaire « Réfugiés oubliés », de Radio-Canada, sur les réfugiés palestiniens de Shatila, au Liban, le camp de réfugiés qui, avec celui de Sabra, a subi le massacre odieux d’environ 3 500 Palestiniens, avec la collaboration d’Aryan Sharogne

    Que de méchanceté dans ce sous-entendu! Voyons, ce sont les milices chrétiennes qui ont massacré ces Palestiniens, et les Israéliens ont malheureusement été impuissants à les sauver!

  18. Au sujet du reportage de demain sur RDI, je suis curieux de voir si le sieur Ouellette trouvera sujet à se plaindre à la société d’état. C’est un grand défenseur d’Israël, et pour lui le plus grand danger pour ce pays réside dans le traitement que lui réserve R-C… 😉

  19. Normal qu’il défende Israël car ca tient avec sa théorie de moron…Si les juifs retournent tous a la terre promise Jeebus va réapparaître pour le bien de l’humanité

    Hallucinant de voir que des gens qui ont des postes importants dans notre société croient a des conneries du genre

  20. @Stéphane

    À son crédit, je ne l’ai pas encore vu déraper sur ce genre de délire. Juste du bon vieux sionisme avec tout ce que ça implique.

    Save me Jeebus!

  21. À Papitibi,

    « Que de méchanceté dans ce sous-entendu! Voyons, ce sont les milices chrétiennes qui ont massacré ces Palestiniens, et les Israéliens ont malheureusement été impuissants à les sauver! »

    Impuissants en effet, en permettant l’entrée dans le camp trois jours de suite. Je me demande bien de qui ces milices chrétiennes étaient les amies pour pouvoir entrer dans ces deux camps et tuer tant de propriétaires de clés de la NAKBA, de futurs candidats au retour dans leur Palestine immémoriale, car ils pensaient quitter leur pays et leurs propriétés et avoirs pour tout au plus deux semaines ? Ce dernier détail a été redit ce soir dans « Réfugiés oubliés », à RDI. Simplement déprimant de voir toute cette pauvreté, emprisonnée, sans espoir d’en sortir, souvent sans eau courante ni électricité chaque jour, mais tous croyant qu’Allah va les en libérer un jour et leur permettre de reprendre leur Palestine, dans… 100 ans, 1 000 ans, selon le doyen du camp. Un Gaza en ville…

  22. Hors-objet une fois de plus, mais tellement d’actualité, particulièrement l’italienne.

    http://www.lepoint.fr/monde/ecoutez-costa-concordia-l-incroyable-conversation-17-01-2012-1419954_24.php?xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Quotidienne%5D-20120118

    Il y en a un qui n’est pas sorti de sa galère, alors qu’il aurait pu se contenter de son paquebot de luxe, mais surtout du trajet logique, prévu et à suivre le long des côtes de la Toscane.

    À écouter sans faute : l’enregistrement de la conversation, sous-titrée, entre lui et les autorités maritimes…

    Et quand je pense que son avocat affirme ceci :

    « Manoeuvre brillante »

    Le capitaine du Concordia est accusé d’avoir, lors d’une « manoeuvre maladroite », précipité le paquebot géant sur un récif près de l’île du Giglio. Puis, selon des témoignages et des enregistrements conservés par la capitainerie du port de Livourne dont dépend le Giglio, il aurait cherché à minimiser l’accident et tardé à réclamer des secours. Ensuite, il aurait quitté le navire et aurait été vu sur la terre ferme, bien avant la fin de l’évacuation des passagers. Pour défendre son client, l’avocat du commandant avait déjà vanté sa « lucidité » qui lui avait permis d’effectuer une « manoeuvre brillante » et de faire échouer tout près du rivage le Concordia, « sauvant ainsi la vie de nombreuses personnes ».

    Papitibi va me tomber dessus à bras raccourcis… Il ne manquera plus qu’un commentaire de j. d’oeuf albuminé à ma défense, et je serai bon pour les barreaux à perpet.

  23. Hors-objet mais en plein dans le mille de l’actualité. Dommage que le texte soit en anglais.

    Vous pouvez recommander l’incardération, Papitibi. Ma femme n’y verra pas d’opposition :

    Dispelling the Lies, Telling the Truth about
    Western Aggression in the Persian Gulf

    by Finian Cunningham and Michel Chossudovsky

    http://beforeitsnews.com/story/1633/248/NL/War_Plan_Iran.html

    Par Papi: Hummm Chossutruc, pas toujours digne de foi!
    Il lui arrive de déraper vers les sombres théories du complot, celui-là!

  24. @ mangouste
    18 janvier 2012 à 11:18

    Connais pas ce monsieur, mais une chose est claire pour moi, c’est la guerre froide entre les USA et cie surtout les entreprises géantes et la Chine. Les pays possesseurs d’énergie et de richesses naturelles du coin en sont les victimes. Les petites filles qui ne vont pas à l’école en Afghanistan les USA s’en foutent, Saddam et Ben aussi.

    Sa fait longtemps que les USA tapent sur l’Iran, mais aujourd’hui je ne suis pas sur que la Chine et les Russes vont accepter facilement que les USA aillent jouer dans leur jardin sans armer l’Iran. Ce sera aussi pour protéger leur autre jardin disputé qu’est l’Asie Centrale et son gaz.

    Il y a une chose qui est presque sure, c’est que si les USA frappent l’Iran, ils vont se ruiner. À moins qu’ils poussent Israël à…

    Situation très explosive à mon avis.

  25. À Youlle,

    Bonsoir.

    Les hyperliens suivants sont d’une Iranienne, détentrice d’un Ph D dans le domaine des énergies, et l’autre, d’une Indienne. L’Inde aussi aurait son mot à dire si jamais les É.-U. poussaient l’affront trop loin, car elle a également besoin de pétrole pour ses futurs projets économiques. Vous avez donc la Russie, la Chine et l’Inde qui prévoient construire un pipeline pour s’alimenter, avec la collaboration du Pakistan.

    Voici l’article de la fort jolie Dr. Sara Vakhshouri, a former advisor to the Director of the National Iranian Oil Company International (NIOCI). She has published extensively on energy security, crude markets and US sanctions on Iran. She is based in Washington DC.

    « Closure of Hormuz Strait: An Actual Threat or Diplomacy? »

    http://www.huffingtonpost.com/sara-vakhshouri/iran-closure-hormuz-strait_b_1208589.html?ref=daily-brief?utm_source=DailyBrief&utm_campaign=011612&utm_medium=email&utm_content=BlogEntry&utm_term=Daily%20Brief

    Article d’une Indienne, Sandhya Jain, et de sa référence aux intérêts que l’Inde tient à protéger :

    « The War With Iran Will Not Be One-Sided. Should World War III Break Out, It Would Differ From World Wars I & II »

    http://members.beforeitsnews.com/story/1636/875/NL/The_War_With_Iran_Will_Not_Be_One-Sided._Should_World_War_III_Break_Out,_It_Would_Differ_From_World_Wars_I_II.html

    UN EXTRAIT :

    « The Government of India has moved with commendable alacrity to clarify that it has not asked oil firms to reduce crude imports from Tehran. Iran remains this country’s second largest crude oil supplier despite India twice voting that the International Atomic Energy Commission refer Iran’s nuclear issue to the US Security Council in February 2006 and November 2009. Both times India could have abstained; the mindless quest for a strategic partnership with America nearly compromised our national interest. »

    On parle donc ici de près de 2,5 milliards d’habitants dont les gouvernements ne sont plus d’accord avec l’Empire, l’OTAN, Israël et possiblement l’ONU et l’IAEA… Le commentaire de 17:10:16 à la fin de l’article décrit un aspect militaire très contrariant pour les projets de contrôle énergétique occidentaux.

    Il est également question de guerre dans la construction des pipelines géopolitiques :

    « Russia, China, Iran defeat U.S. in the “pipeline wars”
    While the West kills thousands of civilians in Afghanistan and Pakistan and ravages both countries, Russia, China and Iran are acquiring the crucial energy riches of Central Asia and the Caspian area without firing a shot. »

    by Asad Ismi

    http://www.rawa.org/temp/runews/2010/05/22/russia-china-iran-defeat-u-s-in-the-pipeline-wars.html#ixzz1jrJjf7sT

    http://www.rawa.org/temp/runews/2010/05/22/russia-china-iran-defeat-u-s-in-the-pipeline-wars.html

    La carte du tracé du pipeline se trouve ici, et le contenu de l’article est très détaillé.

    « Pipeline Politics in Central Asia »

    By Richard Rousseau, June 24, 2011

    http://www.fpif.org/articles/pipeline_politics_in_central_asia

    Pendant que je vous ai à l’autre bout du lien avec mon clavier, et, tant qu’à y être en matière de destruction, voici deux sites en lien l’un avec l’autre, et je suggère à tous de ne pas aller y voir, sinon il pourrait y avoir risque d’explosion, en théorie, bien sûr. 🙂

    Nous savons tous que la théorie est plus explosive et mortelle que la réalité.

    Cela devrait vous intéresser… Bon… Est-ce que les photos mentent ? Est-ce que deux scientifiques détenteurs de doctorats mentiraient, erreraient ? Oups… J’en connais un qui le ferait.

    http://members.beforeitsnews.com/story/1631/657/NL/9-11_Terrorists_Used_Secret_Technology.html

    http://www.drjudywood.com/articles/DEW/StarWarsBeam6.html

  26. @ mangouste

    J’oubliais de vous remercier pour les liens.

    Ces derniers concordent avec ce que j’ai lu.

    Je pense qu’aussi la Chine est dans une situation délicate. Je pense qu’elle étirera le temps afin d’être moins dépendante des USA. Malgré tout elle ne se laissera pas croquer pas son client.

    On s’arme pas à peu près dans ce coin. Les Russes sont les maîtres et la coqs des missiles et des fusées et ils en vendent à tour de bras. Les Chinois négocient pour en acheter. Ces derniers, missiles de croisière, peuvent transporté dans un camion avec le lanceur et peuvent transporter un tête nucléaire.

    L’Iran développe aussi des missiles de croisière pour les navires.

    Sans parler des missiles russes RS 36 ou 20 multi têtes dont ils se servent pour lancer des satellites. Donc qu’ils développent encore malgré les ententes sur l’armement nucléaire.

    Décidément sa chauffe dans le coin et cette chaleur pourrait se rendre ici.

  27. Donc qu’ils développent probablement encore malgré les ententes sur l’armement nucléaire.

  28. À Youlle,

    Espérons qu’Israël mettra fin à ses intentions d’attaquer l’Iran sans faute, car ce serait vraiment malheureux que les Palestiniens souffrent des attaques meurtrières additionnelles qui pourraient se produire si l’Iran et la Syrie décidaient d’en finir une fois pour toutes avec ce petit voyou sioniste. L’ampleur et l’effet des bombardements ne se contrôlent plus du tout quand l’ordre est donné de lancer les missiles, même sans tête(s) nucléaire(s), afin de survivre comme nation, et l’Iran est une nation que les Britanniques et les U.S.A. exaspèrent depuis le début des années 1910. Si vous ajoutez à ces deux-là la France et la majorité des autes pays de l’OTAN, dont le Canada d’Harper, ainsi qu’Israël, le petit gueulard chihuahua-pitbull, l’Iran peut se sentir suffisamment adossé au mur pour donner aux navires de guerre de l’Ouest, aux pays exportateurs de pétrole voisions et à Israël leur début de guerre, mais pas nécessairement dans le sens prévu. Les États-Unis veulent le prétexte d’une autre guerre, mais s’ils perdaient leurs deux porte-avions et une bonne partie de leurs navires-escortes en quelques heures, là, ils l’auraient leur guerre. Je ne suis pas dans les chausses des mollahs ni des autres dirigeants iraniens, mais je doute qu’ils s’écrasent devant tant de menaces orchestrées, mais tenues silencieuses par nos médias.

    Pourquoi le silence des médias occidentaux sur ce qui se passe dans le Détroit d’Ormuz ?

    http://blogs.mediapart.fr/blog/raoul-marc-jennar/220112/pourquoi-le-silence-sur-ce-qui-se-passe-dans-le-detroit-d-ormuz

    Les néo cons en rajoutent :

    http://www.richardsilverstein.com/tikun_olam/2012/01/20/republican-national-committee-endorses-elimination-of-palestine-from-middle-east/

    Ultimement, ceci devrait vous intéresser au plus haut point :

    How to Start a War: The American Use of War Pretext Incidents.
    by Richard Sanders

    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=28554

    Vous avez raison sur le jeu délicat auquel la Chine est tenue de participer : défendre ses intérêts géopolitiques et économiques tout en ménageant son principal employeur, les États-Unis, dont les objectifs géopolitiques et économiques sont diamétralement opposés aux siens. Toutefois, la Chine tient les cordons de la bourse US en financement des dettes US, un condon bien ténu si jamais l’Empire s’écroule géopolitiquement et économiquement dans une ou deux décennies, si non avant.

    Les experts économistes disaient de la Chine, aujourd’hui justement, qu’elle est dans une position peu enviable, car sa croissance économique diminue de plus en plus, passant de 11% à 10, 9 et 8 actuellement, ce qui laisse présager encore plus de mises à pied, de fermetures d’usines et de chômage, ainsi que la possibilité d’une crise socio-économique importante, voire violente, dans la majorité des grandes villes. À suivre…

  29. @Réglisse 8h40

    Pas besoin de lire les commentaires pour savoir que la plupart des Québécois ont poussé un soupir de soulagement, du genre: Il était temps, tabarnak!

    Par contre, cette majorité silencieuse ignore que le Rwanda n’est pas en mesure d’offrir à Mugesera un procès juste et équitable… surtout que le président du Rwanda, Paul Kagame, est un ennemi juré de Mugesera et les spécialistes des questions rwandaises ont tendance à croire que cette inimitié de la part du président jouera dans le processus judiciaire.

    Pas grave, n’est-ce-pas? Mugasera peut bien crever, n’est-ce pas?
    Pas si vite, papillon. Moi, Mugasera, je m’en contresincibouèrise. La question n’est pas là.
    Le problème, c’est un problème de droit international, en même temps qu’un problème de politique internationale…

    La requête de Mugasera devant la Cour supérieure du Québec était perdue d’avance: n’importe quel avocat digne de ce nom se serait adressé à la Cour Fédérale.

    Si on me demande mon opinion sur la culpabilité de Mugasera lui résultant d’une incitation au génocide, je crois, comme à peu près tout le monde, que les paroles prononcées bien AVANT le début du génocide PEUVENT facilement être interprétées comme une incitation.

    Mais l’opinion publique, cé pô un tribunal. Devant une vraie cour de justice dans un pays qui applique la rule of law, la défense de Mugasera – aussi tirée par les cheveux qu’elle puisse te paraître à TOI, pourrait suffire à l’acquitter. J’ai bien dit « POURRAIT ». Sauf que sous la dictée de Paul Kagame, le juge Rwandais va le déclarer coupable.

    Les autorités du Rwanda ont aboli la peine de mort. Big deal! Elles ont promis de ne pas soumettre Mugasera à la torture. Big deal!

    = = =

    Le problème, itou, c’est au niveau de cette demande du Comité de l’ONU sur la torture; le Canada a choisi de l’ignorer, sans attendre que la Cour fédérale se prononce sur sa perception de la nature des obligations du Canada à cet égard. Il existe un traité, auquel le Canada a adhéré. Que le Canada se kâlisse de sa signature concernant Kyoto, qu’il se kâlisse de sa signature concernant ce traité sur la torture, je sais que toi, à ton tour, tu t’en kâlisse.

    C’est trop fort pour ta p’tite tête.

    Plus le Canada va renier sa parole sur le plan international, et moins il deviendra un partenaire digne de foi et sur lequel ses alliés et partenaires commerciaux pourront compter.

    Pas grave, diras-tu.

    Le jour où Bombardier ou SNC-Lavalin perdront des contrats sous ce seul prétexte, on s’en reparlera. Pas rapport, me diras-tu? Ben non, pas rapp, mais la confiance envers un partenaire commercial, ça tient à des impressions.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s