6 commentaires sur “Les nouvelles aventures du matricule masqué, par S.P. Vil-Menteur

  1. Alors, il est où ce fameux matricule ? Comment celui qui a filmé l’agent 728 en pleine action as-t-il pu savoir son numéro d’identification? Nulle part sur le clip on voit ou on n’entend lui demander son numéro.

    Je n’avais jamais encore vu de si proche le visage de l’agent 728. En tout-cas, grâce à vous Papitibi, j’ai pu admirer toute la détermination, toute la douceur et la féminité qui se dégage de cette poivreuse en chaleur.

  2. Êtes-vous au courant de l’individu dans le coma qui aurait été violemment assailli par le SPVM?
    « Témoignage HORRIFIANT écrit par Xi Sophie Zhang –>(Âmes sensible s’abstenir)

    À plusieurs reprises, les gens ont témoigné sur la brutalité policière et la couverture biaisée des médias. J’y ai toujours cru, mais hier soir, j’en ai eu la preuve incontestable.
    Entre 21h et 1h, assise avec une camarade de classe, mon chum et quatre amis dans le café L’Escalier qui fait face au parc Émilie-Gamelin, nous avons été témoins d’une scène terrifiante!!!!!!!!
    À travers les fenêtres, nous observions le jeu du chat et de la souris décrit dans les médias : des manifestants s’enfuyant au son des bombes assourdissantes et sur leurs pas, les policiers, des anti-émeutes et la Sûreté du Québec. Alors qu’on prenait une bière en dansant la salsa, l’air s’est épaissi plus d’une fois de poivre de cayenne, faisant tousser soudainement tous les clients du café.
    Puis, un silence horrifié autour de la table. 1ère scène sur le trottoir du parc. Un manifestant s’enfuit vers le métro. Des policiers le pourchassent. Un 1er agent à vélo le renverse en pleine course. Un 2è lui rentre dedans avec son vélo. Les autres lui sautent dessus et l’arrêtent de la façon la plus brutale imaginable. 2è scène sur le même trottoir. Un autre manifestant en fuite. Un agent arrive derrière lui. BANG, coup de matraque derrière le cou. Il chute brutalement. Un 2è agent soulève son vélo au-dessus de l’homme qui gît maintenant à terre. PAF PAF PAF. Des coups de bicyclette sur le corps immobile.
    Une demie heure plus tard, il y a toujours 10 policiers qui l’encerclent. Tout le monde dans le café se demande « pourquoi est-il encore sur le sol? ». Les agents ont l’air nerveux. Ils demandent à un journaliste de ranger sa caméra. Des passants s’approchent, mais restent en périphérie de la scène. Un policier particulièrement enragé leur crie de dégager et les pousse avec force. Il fait presque tomber à la renverse 2 ou 3 observateurs. C’est de la pure provocation.
    Les minutes passent. Le 2è manifestant arrêté est toujours couché. Les observateurs se font de plus en plus nombreux. Finalement, l’ambulance arrive et on comprend. Ils l’ont sévèrement blessé. On voit les paramédicaux lui mettre un collier cervical et l’emporter sur une civière. La foule rage. Une fille s’approche des policiers, crie, pointe, leur montre le doigt. Du café, on n’entend pas ses mots, mais on voit son émotion. On se demande si elle est amie ou parente du blessé et on se dit qu’on réagirait exactement comme elle si ça nous arrivait.
    La salsa est finie. On sort du café et on s’approche du lieu de l’incident. Des flaques de sang sur le trottoir où l’homme a été abattu. Notre groupe d’amis, loin d’être tous des carrés rouges, frissonne de peur et de dégoût. L’une d’entre nous a des larmes aux yeux. Ça donne mal au coeur. On se demande tous comment la manifestation sera rapportée dans les médias le lendemain.
    Sans grande surprise, ce matin je lis dans La Presse : « Dans le chaos, ce ne sont pas moins de 305 personnes qui ont été arrêtées et une dizaine blessées, dont une gravement. Il s’agit d’un homme d’une quarantaine d’années qui a été blessé à la tête alors qu’il était appréhendé au square Berri. Les policiers venaient de se faire attaquer lorsqu’ils ont chargé, selon un porte-parole. » Dans le Devoir : « On rapporte pour hier un blessé grave à la tête, mais on ne craindrait pas pour la vie du manifestant. » À Radio-Canada : rien sur l’incident en question.
    C’est tout. Les policiers ont été provoqués. Le gars ne va pas mourir. Tout va bien dans le meilleur des mondes.
    Mais des questions restent sans réponse. Pourquoi arrêter les manifestants (dont la « violence » se résume, 99,9% du temps, à du vandalisme et des altercations avec les policiers, et non à de la vraie violence envers les personnes) en utilisant une force qui pourrait tuer ou rendre paraplégique? Pourquoi frapper sur une personne déjà à terre? Pourquoi agresser les observateurs qui ne dérangent pas, à moins d’avoir quelque chose à cacher? Et surtout, pourquoi dans la presse ne parle-t-on jamais des motifs et du déroulement des arrestations, seulement de la casse qui « justifie » la brutalité? » »

    c’est lié à cette image

  3. les médias d’ici qui parlent de violence envers les policiers n’ont sûrement pas vus ce vidéo sur ce qu’est de la vraie violence.

    Ça se passe en Grèce et ça se passe de commentaires:

    Quand les policiers « vargent » dans le tas, à un moment donné, le tas en à ras le cul.

  4. Ce que je pense c’est ceci. Vous ne faites que commérer. Je vous trouve épa les manifesteux. Imbéciles! Et j’en passe! Vous etes une bande de mous. Si vous etes capable de vous payer une caisse de biére, vous etes pas capable de vous procurer une bouteille de poivre de cayenne a 30.00 non? Etes vous si pauvre? Se battre avec sa gueule pis un cellulaire c’a vaut de la merde. Lachez vos maudites photos pis vos kodak pis quand un crotté s’en prend a un manifestant cymonaque reunissez-vous et encerclez la police et vargez vous autres aussi. Arretez de crier au loup pis agissez en groupe non pas comme une bande de mouton tondu. Allez dans les magasins de sport et ayez votre poivre de cayenne en main et vous verrez que les crottés vont reculer. J’ai 65 ans moi pis je me bat encore pour faire avancer la justice. Vous vous comportez comme une bande de pissou devant la police. Tenez-vous crime pis lachez vos kodaks pis foncez. NON PAS A MAIN NUS COMME VOUS LE FAITES.

  5. @Marcel Mailloux

    Vos 65 ans ne vous ont pas arraché votre fougue, et c’est très bien.
    Malheureusement, ils ne vous auront pas apporté la sagesse, et ça, c’est moins bien.

    Attaquer un policier en le poivrant, ce serait considéré comme des voies de fait au sens du Code criminel. Arrestation prévisible, ce qui pourrait générer une accusation additionnelle d’avoir résisté à arrestation. Et comme la police aime bien beurrer épais, elle pourrait porter des accusations de complot, de séquestration, de méfait public…

    Sans compter que la répression en aurait été augmentée, ce qui aurait eu pour effet de multiplier les gestes de violence. Et là, peut-être aurions-nous eu droit à l’armée dans les rues.

    Autre chose: il est illégal de se procurer du gaz poivre, sauf à des fins bien précises et très limitées. La simple possession aurait généré de nouvelles accusations.

    = = =

    Se battre avec sa gueule pis un cellulaire c’a vaut de la merde. Lachez vos maudites photos pis vos kodak

    Pas fort. Si toute la preuve accumulée (en photos et en scènes filmées) était déposée devant le Comité de déontologie policière et auprès des corps policiers, ça ferait beaucoup plus mal à la police que le fait d’avoir tabassé ou poivré quelques agents!

    = = =

    Si vous etes capable de vous payer une caisse de biére, vous etes pas capable de vous procurer une bouteille de poivre de cayenne a 30.00 non?

    Ça, j’appelle ça de la provoc. Et du mépris.
    Vous n’êtes donc qu’un troll.
    Merci. Dans le sens de « you’re fired! »

  6. @ marcel mailloux

    Vous voulez faire la yerre avec du poivre? J’ai une petite histoire pour vous.

    Étant petit, mon cousin se tenait avec mon grand père amateur de chasse. Un jour à dix ans, regardant les armes de mon grand père, le cousin lui demanda comment chasser le lièvre. Trop petit pour manipuler des armes, le grand père lui fit une recommandation.

    Tu te trouve une grosse roche plate, tu l’installe où le lièvre passe et tu mets du poivre dessus. Quand il passera à côté, vu que c’est , il ira sentir la roche et à ce moment, s’assommera sur la roche et tu n’aura qu’à le ramener à la maison.

    Le soir venu le cousin demande à son père d’acheter du poivre pour la chasse. Son père bon ami de mon grand père fit l’innocent et lui dit oui demain.

    Finalement le cousin finit par découvrir la vérité et je vous fais grâce du reste.

    Et vous M. Mailloux, votre histoire d’abattre les policiers avec du poivre ressemble à celle que je viens de vous raconter.

    Par contre si vous êtes incapable de vous servir du Téléphône, j’ai une suggestion pour vous. Mais attention là, vous ne récolterez pas d’une amende insignifiante de mous. Vous récolterez une vraie peine de gars toffe et dur un vrai c’est-à-dire 25 ans et …Oups… 25 plusse 65=90 ans. nutile de parler du reste.

    La suggestion pour des vacances à vie et à l’ombre:

    Adieu le trool!

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s