4 commentaires sur “DuchesneGate: un grrrros pétard mouillé

  1. J’ai honte d’être à droite quand je vois à quel point certains de mes codroitistes font des montagnes avec rien. Comme la gagne de pseudo-libertariens qui crient au terrorisme au communisme et au fascisme toutes les fois que les étudiants vont marcher pacifiquement, comme si la révolte estudiantine leur inspirait la terreur. Une belle gagne de crosseurs ces alarmistes. La réaction du PLQ dans l’affaire qui nous concerne ne m’inspire guère plus de respect.

  2. Si le PQ choisit bel et bien Djemila Benhabib comme candidate dans Mercier, je l’appuierai!!! En fait, même si je m’abstiendrai, j’appuierai également des candidatures individuelles de tous les partis durant les élections, afin que la future composition de l’Assemblée nationale soit la moins inacceptable possible à mes yeux!!! Outre Djemila Benhabib, j’appuierai Fatima Houda-Pépin, Bernard Drainville, Lise Thériault, Chantal Longpré, Éric Caire et Gérard Deltell!!!

    Par Papi: un appui aux Arabos. Mais pas aux Négros, ni aux Judéos, Iranos, Italos et Anglos.
    Ton préjugé favorable aux Arabes te trahit…
    Je suis déçu!!!

  3. Dans une autre vie, j’ai fait les auditions à la Radio de Radio Canada, un processus obligé pour joindre la banque d’animateurs de la noble maison et éventuellement se voir offrir un poste d’annonceur à Régina ou Sudbury…

    J’ai pour ma part passé l’audition en novembre 1995.

    À l »époque, le processus se séparait en deux parties: d’abord, l’animation d’une émission préparée et ensuite un test mesurant nos connaissances générales et mettant l’emphase sur le plus meilleur pays du monde.

    Une question ressortait particulièrement, disons… Ainsi on demandait aux candidat(e)s d’alors:

    – À votre avis, la question référendaire du 30 octobre 1995 était-elle suffisamment claire? Veuillez développer. –

    Grosso modo, j’avais répondu qu’elle, la question, aurait peut-être gagnée à être plus claire voire plus concise, mais que je ne connaissais néanmoins personne qui y avait répondu sans en avoir saisi le sens… N’ayant jamais été très « politique », au sens de diplomatie, dans ma carrière et dans ma vie, j’étais heureux d’avoir trouvé un moyen par lequel sauver la mise sans trop, disons, déranger…

    Bref, ce que je veux dire aussi, c’est que dès l’audition à Radio Canada on mesure notre aptitude à gérer la délicate question nationale québécoise dans l’ensemble confédéral Canadien et qu’il y-a fort à parier que des violations du devoir d’éthique journalistique, il y en a peu, et on y voit.

    En fait, il y a probablement davantage de journalistes ou d’annonceurs qui scrappe allègrement leur devoir de réserve dans le privé qu’à Radio Canada…

    bonne soirée à tous,

  4. Faut dire que dans le privé, les journalistes n’ont pas toujours la formation et les aptitudes. Richorre, de youské mon Martino?

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s