27 commentaires sur “Libââârté = 183 armes à feu entre les mains d’un dément… sans le moindre droit de regard? Yeah!

  1. Juste une précision: le policiers peuvent très bien savoir si ce personnage possède oui ou non des armes en vérifiant s’il est titulaire d’un PPA. Qu’il en possédât alors 2, 34, ou 180 n’est pas ici pertinent. Le registre, cette patente à gosses comme vous le dites si bien, n’est que superfétatoire. Les policiers, dès qu’ils sont informés qu’un suspect détient un PPA, doivent agir en conséquence. Qu’ils veuillent savoir s’il possède un Remington 30-06, un Mossberg .12 ou une Tikka .300 wsm alors qu’il leur tire dessus demeure tout à fait inutile, si ce n’est que pour plaire à une clientèle particulière de pleunicheuses professionnelles.

  2. Mais encore?… est-ce que l’existence du divin registre a pu modifier de quelque manière que ce soit les gestes du « vieux Zidore »? nope.

  3. Tout à fait d’accord avec M. Bouchard, le registre prend un statut symbolique alors qu’il est inutile, pas à jour et coûteux.

  4. @ Michel B.

    Bonjour, et bienvenue.

    Perso, le registre, ça n’entrait pas dans mes priorités mais bon, ça devait coûter si peu que je n’avais rien à redire. Quand les coûts ont explosé, j’ai commencé à me demander si ça n’avait pas été une entourloupe destinée à emplir les poches de certains amis du PLC.

    Le PLC, c’est pas ma tasse de thé.

    À vrai dire, le Canada ne l’est pas non plus. Et les Conservateurs, encore moins.

    Mais je paie des impôts à Ottawa et à Québec, et ce, quelle que soit la couleur du gouvernement. Le registre, j’en ai largement payé ma part. Je sais, par ailleurs, que la majorité des Québécois – sans égard à leur appartenance politique – sont opposés à la destruction des données québécoises du registre; 100% de la députation à l’Assemblée Nationale y est opposée.Et plus de 90% des députés fédéraux du Québec.

    Dans les circonstances, ce serait bien la moindre des choses que les Québécois décident de ce qu’ils vont faire de ces données.

    Peut-être que le maintien du registre ne donnerait rien, peut-être qu’il serait inutilement coûteux, mais j’ai pas besoin de la tutelle d’Ottawa à cet égard. Une tutelle qui s’apparente d’ailleurs à une forme de mépris.

    Voilà.

    = = =

    Cela dit, le propos de ce billet, c’est le refus des libertariens (et aux USA, des Républicains) de réglementer le droit de posséder et d’utiliser une arme à feu. Un alzheimer devenu parano, un idiot congénital ou un schizo avec un fusil à la main, moi, ça ne me rassure pas. C’est ça, le topo.

  5. « Cela dit, le propos de ce billet, c’est le refus des libertariens (et aux USA, des Républicains) de réglementer le droit de posséder et d’utiliser une arme à feu. Un alzheimer devenu parano, un idiot congénital ou un schizo avec un fusil à la main, moi, ça ne me rassure pas. C’est ça, le topo. » -Papitibi

    Ouais! Répondez donc à ça messieurs les libertariens.

    « Qu’il en possédât alors 2, 34, ou 180 n’est pas ici pertinent. » -Pierre Bouchard

    Ce qui est pertinent c’est qu’il en possédait, le fou.

  6. @ Pierre B et Michel B

    Un titre évocateur dans le National Post de ce jour: Montreal police used gun registry to learn about man who barricaded himself in house with 180 guns

    Le porte-parole du SPVM n’a pas voulu confirmer s’ils ont appris du registre des renseignements non disponibles ailleurs. Reste que les plus ardents défenseurs du registre, ce sont les policiers du Québec (à quelques exceptions près, comme le Sénateur Dagenais qui a viré capot). Et les plus ardents dénigreurs du même registre, ce sont les partisans du « tough on crime ».

    Cherchez l’erreur…

  7. The crazy old man pulls a gun on hydro workers, then takes a pot shot at police… And then the cops used the registry to see if he had guns. Duuuuuh!

  8. @ Pierre B

    Je le répète, ce billet ne porte pas sur le registre. La question de fonds, celle que j’ai posée, porte sur le refus systématique des libertariens, des Citoéyins Souverains, du Tea Party et du lobby des armes à feu (USA ET Canada) de céder d’un iota sur le principe de la libââârté absolue de posséder des armes, peu importent l’état de santé mentale et le type d’armes à feu.

    Le reste, c’est des tentatives de diversion.

  9. Bien sûr que mon commentaire précédent se voulait ironique à propos du registre, bien qu’il contint un zeste de vérité 🙂

    La situation canadienne est certes différente de celle qui prévaut aux USA, dans certains États seulement faut-il le préciser. La responsablité d’émettre des permis d’armes à feu est ici dévolue au Contrôleur des armes à feu (i.e. Isabelle Boudreault, SQ). Elle est responsable de s’assurer que les demandeurs soient entre autres sains d’esprit. Je crois malgré tout qu’ils s’acquittent assez bien de ce fardeau.

    Cette liberté à l’américaine n’existe pas ici. Je crois cependant qu’il faut tendre à privilégier la responsabilité individuelle, compter plus sur l’Éducation que sur la coercition. Nos conceptions de la liberté diffèrent et diffèreront toujours. On prêche chacun pour sa paroisse et c’est correct de cette façon. Une chose est certaine: vous ne verrez pas au Canada, et surtout au Québec, le genre de liberté dont jouissent bien des américains. Je peux trouver çà dommage, mais that’s it. On ne change pas une culture d’intervention gouvernementale. Sur ce point, vous ne devriez pas vous inquiéter.

    Le vieil homme de Côte-St-Luc possédait certes 180 armes à feu mais ce seul fait ne le rendait pas plus dangereux que s’il en avait possédé une seule (il ne peut tirer qu’avec une arme à la fois, surtout à son âge). Plus probablement un collectionneur de vieilles pétoires militaires du temps passé, genre .303 British, 30.06, 8mm Mauser et tutti quanti. Dans son cas, et dans nombre de cas relatifs au mauvais usage des armes, un fait demeure: la négligence des médecins ou des psychiatres à écouter la famille ou même le principal intéressé, et de le laisser partir sans rien faire. Désabusement, paresse?

    Une fois dans le système, ça va très bien. C’est d’y pénétrer qui est ardu. Et j’en sais quelque chose.

  10. @ Pierre B.

    « Dans son cas, et dans nombre de cas relatifs au mauvais usage des armes, un fait demeure: la négligence des médecins ou des psychiatres à écouter la famille ou même le principal intéressé, et de le laisser partir sans rien faire. Désabusement, paresse? »

    Si le médecin qui reçoit un Alzheimer en consultation ne sait pas que le bonhomme possède des armes à feu, que peut-il faire? Et même s’il savait, a-t-il le droit de dénoncer son patient auprès des autorités de manière à s’assurer que ses armes lui soient retirées?

    Secret professionnel, Pierrot! Le médecin qui coulerait l’information risque la radiation. Par contre, on sait qu’il existe des maladies à déclaration obligatoire; le médecin ne peut PAS s’asseoir sur le secret professionnel avec un patient atteint du VIH qui aurait eu des relations sexuelles avec 78 autres personnes. Peut-être faudrait-il alors songer à modifier les règles du jeu?

    Autre chose. J’ai bien connu un dividu qui, dès les années ’80, manifestait des signes inquiétants (hallucinations, notamment); aujourd’hui dans la mi-cinquantaine, il ne sait même plus qu’il existe. Vers 1985, il s’est présenté au CH Robert-Giffard, à Québec, pour y rencontrer le psy. Ce dernier a refusé de parler aux « accompagnateurs » et le dividu a été lâché lousse. Le psy, il dit que chu pas malade!

    = = =

    « La responsablité d’émettre des permis d’armes à feu est ici dévolue au Contrôleur des armes à feu (i.e. Isabelle Boudreault, SQ). Elle est responsable de s’assurer que les demandeurs soient entre autres sains d’esprit. Je crois malgré tout qu’ils s’acquittent assez bien de ce fardeau. »

    HA!

    Que le contrôleur des armes à feu s’acquitte bien de sa tâche au moment de l’émission, c’est pas ça qui va me rassurer. Pas après le commentaire de Me Jeffrey Boro au sujet de son client Isidore Havis: « son état mental s’est considérablement dégradé ces derniers mois », disait-il.

    Ah oui? Est-ce que le contrôleur des armes à feu était au courant?

  11. (…) Si le médecin qui reçoit un Alzheimer en consultation ne sait pas que le bonhomme possède des armes à feu, que peut-il faire? Et même s’il savait, a-t-il le droit de dénoncer son patient auprès des autorités de manière à s’assurer que ses armes lui soient retirées? Secret professionnel, Pierrot! Le médecin qui coulerait l’information risque la radiation (…)

    Notre bien-aimé Jean Charest, maintenant chez McCarthy Tétreault (où tout bon politicien-avocat libéral rêve de finir ses jours :), en faisant adopter en grandes pompes la loi 9, dite la loi Anastasia, a réglé ce problème de divulgation.

    LOI VISANT À FAVORISER LA PROTECTION DES PERSONNES À L’ÉGARD D’UNE ACTIVITÉ IMPLIQUANT DES ARMES À FEU

    8. Un professionnel visé au deuxième alinéa qui, dans le cadre de l’exercice de sa profession, a un motif raisonnable de croire qu’une personne a un comportement susceptible de compromettre sa sécurité ou celle d’autrui avec une arme à feu est autorisé à signaler ce comportement aux autorités policières en ne leur communiquant que les renseignements nécessaires pour faciliter leur intervention, y compris ceux protégés par le secret professionnel et malgré toute autre disposition relative à l’obligation de confidentialité à laquelle il est tenu, particulièrement en matière de santé et de services sociaux.

    Sont autorisés à effectuer un signalement les professionnels suivants:

    1° un médecin;

    2° un psychologue;

    3° un conseiller ou une conseillère d’orientation et un psychoéducateur ou une psychoéducatrice;

    4° une infirmière ou un infirmier;

    5° un travailleur social et un thérapeute conjugal et familial.

    Le gouvernement peut, par règlement, rendre applicables les dispositions du premier alinéa à un professionnel non visé par le deuxième alinéa.

    Le professionnel visé par le présent article et qui est dans la situation qui y est décrite n’est pas tenu de se conformer à l’article 6.

    10. La personne qui agit de bonne foi, conformément aux dispositions des articles 6 à 9, ne peut être poursuivie en justice.

    Nul ne peut dévoiler ou être contraint de dévoiler l’identité d’une personne qui a agi conformément aux dispositions de ces articles, malgré l’article 88 de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (chapitre A-2.1).

    Voilà donc une entorse juridique au secret professionnel.

    Comme membre et directeur de club de tir, j’ai aussi cette obligation, mais en vertu de la Loi sur la sécurité dans les sports..

    46.31. Le titulaire d’un permis ou la personne responsable du club de tir ou du champ de tir signale, sans délai, aux autorités policières tout comportement d’un membre ou d’un utilisateur susceptible de compromettre sa sécurité ou celle d’autrui avec une arme à feu, en ne leur communiquant que les renseignements nécessaires pour faciliter leur intervention.

    La personne qui agit de bonne foi, conformément aux présentes dispositions, ne peut être poursuivie en justice.

    Nul ne peut dévoiler ou être contraint de dévoiler l’identité d’une personne qui a agi conformément à ces dispositions, malgré l’article 40 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé (chapitre P-39.1).

    Quanu au pauvre Zidore, il y a peut-être eu négligence de la part des forces constabulaires. Elles demeurent étrangement muettes à ce propos ces jours-ci. Suite aux premières plaintes, il n’y avait rien de plus facile que de vérifier s’il y a avait un titulaire de PPA à cette adresse. Probablement qu’on y a multiplié les « rencontres de formation » depuis cet événement 😉

  12. @ Pierre Bouchard

    Est-ce que vous pouvez nous dire combien d’armes vous possédez? 😉

    Et tant qu’à y-être ce serait peut être bon d’aviser ***tous les médecins*** qui font une consultation avec vous que vous détenez une ou plusieurs armes étant donné que je présume que cette donnée importante n’est pas tatouée dans votre front. 😉

  13. Vous n’êtes pas médecin, Luc. Et qui vous a dit que j’en possédais?

    Par Papi: [mode sarcasme ON] Et qui vous a dit que Luc n’est pas médecin ou infirmier ou autrement visé par l’amendement apporté sous Charest en matière de secret professionnel? [mode sarcasme OFF].

    Pour le reste, heu… c’est grand, les internets, et ça a beaucoup de mémoire!

  14. Vous n’êtes pas médecin, Luc. Et qui vous a dit que j’en possédais? [ Pierre Bouchard ]

    Après vous avoir lu je n’ai pu résister à l’envie d’en déduire que vous aviez un PPA et au moins une arme (voir la citation ci-dessous).

    Comme membre et directeur de club de tir, j’ai aussi cette obligation, mais en vertu de la Loi sur la sécurité dans les sports.. [ Pierre Bouchard ]

    Pour ce qui est de présumer que je ne suis pas médecin ou que je n’ai pas quelqu’un dans mon entourage qu’il l’est, je vais laisser la réponse éloquente de Papitibi.

    Et pour ce qui est d’obtenir réponse à mes questions je lance la serviette car les réponses (on ne peu plus évasives) n’ont rien pour me satisfaire. 😉

  15. Mes questions sont pourtant faciles à comprendre. La lecture n’est pas votre plus grande qualité. 😉

    Et pour ce qui est d’obtenir réponse à mes questions je lance la serviette car les réponses (on ne peu plus évasives) n’ont rien pour me satisfaire [ Barefootluc ]

    Elles ne sont pourtant pas évasives, mais basées sur la loi. [ Pierrre Bouchard ]

    En quoi l’existence du registre vous brimait? [ barefootluc ]

    Bien sûr que mon commentaire précédent se voulait ironique à propos du registre, bien qu’il contint (sic) un zeste de vérité [ Pierrre Bouchard ]

    Est-ce que vous pouvez nous dire combien d’armes vous possédez? [ barefootluc ]

    Et qui vous a dit que j’en possédais? [ Pierrre Bouchard ]

  16. Je pensais bien également qu’un médecin ayant des renseignements spécifiques à propos de la dangerosité d’un patient avec les armes à feu se devait de divulguer l’information aux forces de l’ordre. Dans le cas du médecin d’Isidore, est-ce qu’il savait qu’il possédait des pétoires?

    Avant d’accuser le docteur de ne pas avoir fait son travail, il faudrait répondre à cette question.

  17. La marche de Godzilla

    par Papi: j’ai remplacé le lien YouTube par le lien qu’offre YT pour le partage sur un blogue et ça marche!

    Parle moi d’un vrai problème quand Godzilla se montrait la face!

  18. Ça marche pas, c’est bizarre

    Par Papi: réparés, le premier et celui-ci!


    Une autre version, un pot-pourri avec l’accord de Papi

  19. Merci pour vos efforts Papi. Dommage que le lien de 00h12 ne fonctionne pas, c’était la meilleure version avec orchestre symphonique de musique de film de monstres, genre Godzilla, composée par Ifukube Akira.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s