5 commentaires sur “Les Janette en Saudite Arabie!

  1. Tant qu’a être dans les nuances je crains que les femmes en Arabie saoudite n’apprécient notre sens de l’humour sarcastique et occidental. 😉

  2. @Papitibi

    Citation de Papitibi «La place des femmes n’est PAS derrière le volant, mais sous la férule de l’homme, enseignait le prophète.»
    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

    J’imagine d’ici le permis de conduire de l’époque de «Maho» pour les intimes. Une grosse pierre noire traîné par un chameau entouré de gardes.
    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

    (Selon la croyance et la tradition islamique, Al Haram Al-Shérif a été construit par des anges avant la création de l’humanité sous ordre d’Allah pour être le reflet sur terre de Al-Baytu Maˤmur[pas clair] (arabe: البيت المعمور) le lieu de culte des anges que l’on croit être directement au-dessus du Kaaba dans le ciel. La Kaaba a été construite par les anges, puis par Adam, le premier homme, qui l’a reconstruite[pas clair]. Abraham est le dernier humain qui reconstruit la Kaaba avec l’aide de son fils Ismaël. La pierre noire qui provient du paradis est située sur le quatrième coin du Kaaba. Sa couleur noire vient du fait qu’elle aurait le pouvoir surnaturel d’absorber les péchés des hommes qui la touchent.)
    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

    Le voile

    En un premier temps, j’aimerais dire que Dalida Awada (une femme voilée, coquette, mondaine, assez individualiste (moi, je, moi), mais assez articulée qui est au front contre la CVQ), obtient mon respect justement parce qu’elle a une attitude respectable contrairement aux FEMEN qui agissent comme de véritables «bitch» exécrables, sans foi ni loi.

    Dans la marche pour les janettes, ces folles les (FEMEN) qui n’ont rien à apporter en termes de valeurs de société, n’auront que rabaissé cette marche au niveau de leurs insignifiances.

    Cela dit, ces derniers temps, Dalida Awada aura raté de belles occasions d’expliquer le sens de son «voilage». Ou bien elle a peur de s’affirmer comme une personne vivant une spiritualité qui demande un respect en ce qui concerne le corps humain qui n’est pas une marchandise. Ou bien le voile pour elle n’est qu’un morceau de vêtement qui a une connotation sensuelle qui relève de la séduction. (Avouons-le, elle n’est pas une laiderons la pucelle.)

    Alors, contrairement à vous maître Papitibi qui passez le chasse-neige avec une «gratte» de largeur continentale, et qui nous fait ça en réduisant 2000 ans en 24 heures et en y mettant dans le même creuset tout «dividu» qui respire peut importe l’époque, j’ai pensé qu’il serait intéressant de revenir sur le voile islamique et le pseudo légalisme s’y rattachant.

    Je vais commencer raide en citant le «docteur» et spécialiste du Coran l’égyptien Mustafa Mohamed Rached qui a subit l’opprobre de pleins de petit Iman de merde sachant à peine compter, mais se déclarant apte à traduire les propos du Prophète.

    (Comme le dit le docteur Rached, bien des allégations se révèlent tordues et incohérentes. A commencer par le jargon qui emploie tantôt « hijabالحجاب » tantôt « khimar الخمار  » et quelquefois aussi « jalabib الجلابيب « . La confusion à ce niveau précis démontre qu’ils passent à côté du sens exact qu’ils visent, en l’occurrence la couverture de la tête. Ce qui signifie que ces messieurs veulent à tout prix accréditer leur dogme, et de façon arbitraire.)

    Quelle est donc la vérité à propos du hijab? Quelles en sont les significations? Et quels arguments religieux invoquent ceux qui prétendent que le voile est une obligation islamique?

    Le docteur Rached va passer au crible les allégations érigées en dogmes à ce propos, en faisant appel à la raison, la logique et l’argument. Parce qu’il nous faudra débarrasser l’islam de ce dont on l’affuble à tort écrit-il.
    …………………………………………………………………………………………………………
    Primo: le terme « hijab » signifie au sens dénotatif du terme: » cloison ou mur ». Le « hajb » de quelque chose signifie sa couverture. Une femme « mahjouba » est une femme cachée par une cloison.

    Quant à la sourate révélée au sujet du hijab, elle concerne exclusivement les épouses du Prophète. Et elle appelait à séparer celles-ci des compagnons du Prophète par une cloison.
    A ce propos, ni les oulémas ni les cheiks n’ont la moindre divergence d’opinions. Et la sourate les Partis (Al-Ahzab), dit au verset 53: » O vous qui croyez [en Dieu], n’entrez pas dans la maison du prophète à moins qu’il vous soit donné la permission de manger, et vous ne devrez forcer en aucune manière une telle invitation. Quand vous finissez de manger, vous devrez partir; n’engagez pas avec lui de longues conversations.
    Ceci incommodait le Prophète, et il s’embarrassait pour vous le dire. Mais DIEU ne s’embarrasse pas de vous révéler la vérité. Si vous devez demander à ses femmes quelque chose, demandez-le-leur derrière une cloison.
    Ceci est plus pur pour vos cœurs et pour les leurs. Vous ne devez pas outrager dans son honneur le Messager de Dieu. Vous ne devrez pas épouser ses femmes après lui, car ce serait une grave offense à la vue de Dieu. »
    Ce verset comporte trois préceptes: le premier concerne la conduite des compagnons quand ils sont invités à manger chez le Prophète (SWS); le deuxième concerne la cloison ou la paroi qui doit séparer ces compagnons des épouses du Prophètes et le dernier l’interdit qui empêche ces compagnons de prendre pour épouse l’une des femmes du Prophète (SWS) après la mort de celui-ci.

    Ainsi le mot « hijab » remis dans son contexte nous permet-il de comprendre qu’il avait pour objectif de mettre une barrière entre les femmes du Prophète (SWS) et ses compagnons. Il en ressort aussi que cette disposition concernait uniquement les épouses du Prophète (SWS). Elle ne s’étend ni à ce qu’il « a pu avoir comme odalisques » ni à ses filles ni au reste des musulmanes. Autrement, le verset l’aurait dit explicitement et généralisé la disposition pour toutes les croyantes musulmanes.
    ……………………………………………………………………………………………………………
    Deuxio: comme la citation de ce verset pour étayer l’obligation du port de voile entendu comme « couverture de la tête » n’est pas pertinente, ces mêmes cheikhs se rabattent sur le verset 31 de la sourate de la Lumière (Ennour):  » Invite les croyantes à baisser pudiquement une partie de leurs regards, à préserver leur vertu, à ne faire paraître de leurs charmes que ceux qui ne peuvent être cachés, à rabattre leurs voiles sur leurs poitrines. »

    Ce verset a été révélé parce qu’à l’époque du Prophète et bien avant encore, les femmes portaient des coiffes qui couvraient leurs têtes et laissaient pendre la traine de ces coiffes sur le dos. En même temps, ces femmes étaient décolletées, qui laissaient nus le cou et le haut de la poitrine.

    D’ailleurs, une autre thèse assimile « al-khimar » à une abaya. Par conséquent, ce verset demande aux femmes de rabattre la couverture de la tête sur l’encolure, autrement dit leur recommande de cacher ce qu’un décolleté peut révéler. Le verset ne visait donc, à sa révélation, que l’amendement d’un usage courant. Parce que l’islam n’autorise pas la femme à s’exhiber dans un décolleté découvrant de façon voyante la poitrine. C’est dire que le verset n’entend pas imposer tel ou tel vêtement ni surtout le port du voile. Mais il recommande seulement la couverture de la poitrine! Et c’était pour permettre aux musulmanes de se faire distinguer au milieu des non musulmanes portant éventuellement un décolleté.
    …………………………………………………………………………………………………………
    Tertio: remettons dans son contexte le verset 59 et l’évocation des « jalabib », sourate les Partis (Al-Ahzab): « O prophète, dis à tes femmes, tes filles, et les femmes des croyants qu’elles devront rallonger leurs vêtements. Ainsi, elles seront reconnues [en tant que femmes justes] et éviteront d’être insultées. »
    Ce verset a été révélé dans la circonstance qui suit: à l’époque de la révélation, il était de coutume que les femmes, toutes conditions confondues, aient le visage découvert, quand en rase campagne et faute de selles dans les habitations, elles devaient déféquer ou uriner. Et il y avait incessamment quelque fieffé coquin qui regardait en cachette ces femmes dans une telle posture. Quand le Prophète (SWS) en a été prévenu, ledit verset lui a été révélé pour établir un signe de reconnaissance, une distinction, permettant de ne pas confondre dans la foule des croyantes femmes libres, esclaves et odalisques. Et cela afin que les femmes libres ne soient pas lésées dans leur honneur.
    C’est dans cet esprit-là qu’Omar Ibn Al-Khattab, quand il voyait une esclave ou une odalisque masquée, c’est-à-dire complètement couverte ou rabattant sur son visage son abaya, il lui donnait un coup de fouet. Par tel châtiment, le compagnon du Prophète voulait préserver le port distinctif des femmes libres (Cf Ibn Taymiya – Le hijab et le port de la femme pour la prière).
    Quarto: la citation du propos attribué au Prophète (SWS): selon Abou Daoud citant Aicha, celle-ci citant à son tour Asma Bent Abou Bakr qui s’étant introduite un jour chez le Prophète (SWS) et rapportant ce qui suit: le Prophète (SWS) lui avait dit: » Asma, sache qu’il ne sied à aucune femme ayant atteint la puberté de montrer d’elle-même autre chose que ceci et cecla. » Et le Prophète aurait montré son visage et la paume de ses mains.
    En vérité ceux qui s’appuient sur cette citation pour soutenir que le hijab fait de la couverture de la tête une obligation invoquent un texte à source unique, et non un texte sur quoi concordent plusieurs références de source sûre, qui bénéficie de la tradition et du consensus. Le texte ne peut donc être doté d’autorité autre que « consultative ». Il ne peut servir ni à fonder une disposition législative légitime ni à l’annuler.
    C’est à Dieu de juger de notre bonne foi. Et à part Sa voix nous ne suivons d’autre chemin.
    Cheikh Mustafa Mohamed Rached

    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

    De mon côté, je me dis que ceux qui se base sur le mot «Khimar» pour conforter leurs explications de l’obligation du voile, sont passé maître dans le distorsion de sens. Ça me fait penser aux esprits tordus sionistes français qui en sont arrivé à décrire une «bras d’honneur» (Une quenelle) comme un salut nazi inversé!) Il faut le faire tout de même!

    Je crois qu’Allah aurait pu, s’il l’avait voulu, statuer l’obligation du voile, dire ouvertement « couvrez-vous les cheveux!» les poufiasses.

    (C’est étrange que dans l’Ancien Testament, qu’après avoir manger la pomme, nos deux moineaux (nos ancêtres allégoriques) découvrirent leurs nudités.

    C’est clair qu’à ses débuts l’humanité était poilue et nue comme des vers.

    Là les FEMEN nos Cro-Mignonnes auraient eu leurs places.

  3. Warch-out messieurs les saoudiens, le taux d’accidents risque d’augmenter… 😈

  4. Ouin, toi, pour me nommer, tu as lu mon dernier billet c’est sûr!!!

    Par Papi: moi, je t’aurais nommé dans ce billet??? Mais es-tu aller pêcher ça? Par acquit de conscience, je viens de rechercher « jeanlucproulx », « Jean », »Luc » et Proulx, et ça donne zéro résultat!!!

    Tu dois souffrir de berlusconie – une phase aiguë de la berlue, particulière aux sous-doués de la droite profonde et aux libidineux pathologique!!!

    Auquel de ces sous-groupes appartiens-tu??? À toi de me le dire; moi, je n’oserais jamais!!! 😉

  5. @ PAPITIBI ,

    Papi , j’espère que cela ne vous fâche pas que je revienne encore une fois de sur les 7 . Mais je vois que là-bas , ils leur manque les dernières nouvelles que Radio-Canada ne publiera pas .

    Suite au commentaire de Monsieur Serge Charbonneau qui disait à un certain Mr Goyette , = > que je tenterai de coller après . Mais ces deux derniers sont à la recherche de grandes gueules( Chartrand etc.) .

    Comment faire pour leur dire qu’il y a en ce 29/10/2013 , un nombre incroyable de Grandes gueules , dans mon coin. À Tingwick , j’ai été le premier , Sainte Séraphine a suivi , et cela a eu un effet d’entrainement énorme.
    Plus personne , n’oseras , n’être pas transparent dans les conseils de la MRC D’ARTHABASKA.
    Il était , moins une m’en donné , avec les Saloperies des Gouvernements , Municipaux en premier.

    Monsieur Papitibi , je crois que j’avais raison quand j’ai dit à Nenki : On met cela propre dans les villages et ceux qui nous dirigent n’auront d’autres choix , que de le dire à ceux à qui ils faut qu’ils mangent le cul ou les sucent pour des subventions.

    Hello , John James de la Charrette et Zivon de la Vallière…..

    colle de après = >
    Le 28 octobre 2013 à 21 h 26 min, Serge Charbonneaua dit :

    Des Pierre Falardeau et des Michel Chartrand, ça pousse pas sous les arbres.

    En effet, M. Goyette. C’est bien triste et ces grands nous manquent en simonak.

    Serge Charbonneau
    Québec

    Répondre ↓

    Monsieur Serge Charbonneau , il serait plus que temps que vous alliez voir ce qui se passe au village.

    Papi la secrétaire de mon avocat , vient de me rejoindre et là il semble avoir une Dame d’expérience.

    Merci encore , et bonne fin de journée ,
    Jean-Marie De Serre.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s