5 commentaires sur “J’ai mal à mon débat tivi: de kissé k’a se kache, Marois-avec-pas d’kouilles?

  1. «[…] Philippe Couillard; face à cet intellectuel de haut niveau, elle (Marois) risque de mal paraître, et elle le sait. On peut être en désaccord avec Couillard mais, et cela dit en toute objectivité, il dépasse Marois par au moins deux têtes.»

    On disait ça de Ignatieff contre Harper en 2011 et de Kerry contre Bush en 2004!!! On dit ça maintenant de Couillard contre Marois!!! Je doute que l’éloge citée ci-haut pour Couillard est de nature à lui donner un coup de pouce, surtout que l’Histoire joue contre lui!!!

    Par Papi: Kerry n’arrive pas à la cheville d’Ignatieff et de Couillard, tant au niveau de la culture qu’au niveau du QI.

    Cela étant, quand il a mené campagne pour la présidence, Kerry était aussi, et depuis près de 10 ans, Monsieur Teresa Heinzl’héritière de la compagnie de ketchup; ça ne l’a pas aidé à faire campagne au nom des Democrats

    Quant à Ignatieff, avant même qu’il n’ouvre la bouche dans la campagne électorale les Conservateurs l’avaient dépeint comme un universitaire de passage au Canada après avoir vécu quelques décennies à l’étranger. Il ne s’en est jamais remis.

    Es-tu en train de me dire, Kamarade admiratif de Lady Kasserole, qu’elle va entreprendre contre Couillard une campagne négative à la Harper? Ça promet… parce que à ce jeu là, elle aurait tout à perdre, elle qui a vendu son petit château il y a quelques mois. Fait pas très social-démocrate, le Château…

  2. M. Couillard n’est pas très dangereux, il est performant, mais seulement dans sa zone de confort, si Mme. le maintiens hors de sa zone de confort, il est fait. La campagne n’est pas commencé qu’il sort déjà de la boulle à mites les discours contre la souvraineté.

    Dans le fond M. Couillard est un M. Dions version provincial.

    En plus sur fond de commission charbonneaux.

  3. @ Alain 21:19

    Sur fond de Commission Charbonneau?
    Si Marois affrontait Jean Charest, ça pourrait faire mal. Surtout que tout le monde, aujourd’hui, peut toujours affirmer que si Charest a niaisé aussi longtemps avant d’accéder aux demandes de Sylvie Roy (ADQ) de créer une Commission d’enquête, c’est parce qu’il avait des choses à cacher.

    Couillard n’était plus là comme ministre, et il n’était pas encore là comme chef. Lui, il y a deux choses qui pourraient l’atteindre:

    a) le dossier pharmaceutique
    b) ses accointances avec Arthur Porter, présumé innocent mais qui va devoir ramer fort s’il veut éviter d’être trouvé coupable.

    Le dossier pharmaceutique ne va pas aboutir à temps pour nuire à Couillard et même si une enquête était sur le point de livrer ses fruits, rien ne permet d’affirmer MAINTENANT que Couillard a trempé dans des magouilles.

    Comme chef de parti, il est encore vert. Mais je me souviens de l’effet « Françoise David » au débat de 2012: calme, pondération, pondération et calme… Avec Couillard, c’est un peu à ça que je m’attends. L’effet sera-t-il le même pour Couillard que pour, en 2012, Françoise D?

    Cela dit, sur le plan de l’image personnelle et de la sympathie qui s’en dégage, les quatre chefs, je les classerais comme suit (du moins pire au plusse pire):

    1 Couillard
    2 David (presque à égalité avec Couillard, à qui son bla bla lui vaut de se détacher légèrement
    3 Legault (trop monocorde et voix désagréable)
    4 Marois

    Bien sûr, c’est là un classement très subjectif. Mais moi, si je les entendais pour la première fois et sans égard à leur option politique, c’est dans cet ordre que je serais tenté de les aborder.

  4. @papi

    Il n’a pas besoin d’être présent, plusieurs des membres qui pourrais faire partis du cocus étaient présent et s’est amplement suffisant pour l’atteindre de façon indirect. Il suffit que l’un de ses plus proches collaborateurs soit nommé, pour lui faire passé un mauvais quart d’heure. Imagine si Jean-Marc Fournier est nommé ou Sam Hamad… Il peut aussi être rattrapé par ses anciennes décision lorsqu’il était ministre de la santé. La méthode de gestion « Lean » qu’il à implanté à fait explosé le nombre de gestionnaire dans le système de santé. Ou encore le privé entré dans le système de santé par les agences d’infirmières. Ces agences sont extrêmement dispendieuse et n’apporte pas de meilleur service.

    Si le PQ décide de s’en prendre à Couillard s’est pas les pognés qui manque pour pratiquer « le lancé du Couillard ».

    PS. Avez-vous entendu le slogan de campagne « Ocupper des vrais affaires » sa sent le plat réchauffé quatre à cinq fois. 😉

  5. @ Alain Chicoine

    Je crois fermement que l’étau va se refermer sur le PLQ… un jour. Mais il est bien peu probable que des détails croustillants sortent de la Commission Charbonneau ou de l’escouade Marteau en temps utile pour influencer le vote du mois prochain.

    Rien qu’à voir l’acharnement de Jean Charest à prétendre qu’une Commission d’enquête va nuire à la mise au trou des coupables,
    j’étais convaincu – et je crois bien que la majorité de ceux qui s’y connaissent un peu sur la mécanique des Commissions d’enquête partageaient dès lors mes impressions, plus le temps passait, et plus il devenait évident que Charest avait des choses à cacher.

    Je ne dis pas qu’il savait tout; ça me surprendrait qu’il ait été mis au courant. Mais je me doute bien qu’à partir d’un certain point, il a posé les questions et obtenu des réponses. Toutes? Je crois pas. Mais assez pour se braquer contre une Commission dont il avait fini par comprendre qu’elle pourrait littéralement TUER son Parti.

    Quand Charest a sorti son simulacre de Commission avec-pas-de-pouvoirs, je pense bien que la majorité de ceux qui connaissent bien le fonctionnement d’une VRAIE Commission d’enquête avaient compris le pourquoi de la manoeuvre.

    Je suis personnellement convaincu que l’entourage de Madame Charbonneau est « infiltré »de Libéraux, mais c’est pas parce qu’un Libéral est libéral qu’il va nécessairement fermer les yeux sur la marde qu’il voit et qui émane de « sa » famille politique.

    = = =

    Alléger la fonction publique en congédiant pour ensuite aller chercher les exécutants dans le privé, c’était pas très fort. Et en même temps, ça aura permis d’engraisser le porte-feuille de plusieurs gros-bonnets sans doute assez proches du pouvoir politique.

    C’est caché sous combien de couches? Ça reste à voir. Plus il y en a, plus il sera difficile de sortir des gros noms bien juteux.

    = = =

    Le slogan des Libéraux n’est pas si mal; maintenant que Couillard s’est peinturé dans le coin avec une position trop molle sur la Charte, maintenant qu’il a trouvé le moyen de virer capot avant de re-re-virer capot concernant Houda-Pépin, ils sont dans la merde avec la Charte, et ils le savent sans doute.

    Bref, n’importe quoi pour détourner l’attention de la Charte des valeurs, surtout que le PQ est seul à manger une pointe de tarte de 51% des « favorables », alors que les 3 autres partis se partagent le reste. Ils n’ont pas le choix de parler des « vraies-z-affaires » (économie, santé, etc).

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s