3 commentaires sur “Outremont, ou la diktatur de Señor Bikini

  1. La tolérance n’a pas tellement la cote ces temps ci on dirait.

    Sans faire d’amalgame, je me demande s’il n’y a pas un lien à faire entre le printemps étudiant de 2012 et l’été 2014. En tout cas, moi, je commence à me demander si le discours de division du gouvernement Charest, si les abus de pouvoir répétés des policiers, et surtout le fait qu’ils ait été peu condamnés les élus et par la société civile n’ont pas réunies ou produites certaines des conditions objectives favorables à une montée de l’intolérance… Comme si le printemps 2012, moins par ses enjeux eux-mêmes, que par le climat qu’il a contribué à créer, aurait fait ressortir ce que la société québécoise avait de pire et de plus laid.

    Prenons l’attentat politique du 4 septembre 2012 contre la première ministre Marois, j’y vois personnellement un exemple: en effet, peu de gens semblent avoir vu dans le geste posé par Bain, l’expression violente d’une réelle intolérance à l’égard d’une idée – l’indépendance – et de son plus important véhicule: le PQ. Préférant y voir l’oeuvre d’un illuminé. Si Bain n’avait pas besoin du printemps 2012 pour nourrir sa haine et exprimer son intolérance, je me demande néanmoins si, collectivement, notre habitude à l’intolérance elle-même, n’a pas produite des conditions favorisant de ne pas la reconnaître pour ce qu’elle était. Trop habitués que nous étions aux différentes formes que peut prendre celle-ci…

    Et pourtant.

    Un autre exemple de cette intolérance à mon avis est le ton hargneux des échanges à l’Assemblée Nationale, un ton qui heurte le décorum certes, mais qui dénote surtout, selon moi, un profond manque de respect. Si à priori les bêtises dites à l’Assemblée semblent sans conséquence, j’arguerai qu’elles invitent au contraire même de la tolérance pour les idées et les positions d’autrui. L’exemple venant ici de haut.

    Dernier exemple: les méfaits publics commis cet été par les pompiers et policiers à Montréal suggère que notre société s’est résignée à vivre en un lieu où les lois s’appliquent de manière asymétrique. Ce qui est inquiétant selon moi. Mais, au delà de l’iniquité manifeste entre policiers et citoyens; la non-tolérance trouve encore ici son compte, sinon comment expliquer la désinvolture avec laquelle ces derniers expriment leurs revendications: appropriation et récupération de leurs véhicules de service à des fins de revendications, violation de l’enceinte de l’Hôtel de Ville, feux allumés sur la voie publique, intimidation, etc… Au delà des enjeux syndicaux, je pense qu’un certain laisser aller et une certaine abdication des élus et de la société civile contribue à de pareils dérapages…

    Si le respect face à soi-même, face à autrui, face aux institutions, est perdu il reste quoi au juste?

    J’aurais pu aussi ajouter le climat entourant la charte sur la laïcité qui a aussi démontré son lot d’aberrations et d’intolérances.

    Ce que j’avance ici simplement, c’est que je crains que nous vivions présentement à une époque où les « capos » de tout acabit se sentent à leur aise… sévissant autour d’une pataugeuse, où poliçant la ville au volant d’une auto patrouille couverte de « stickers »… Je crains que ne se mettent en place présentement les conditions idéales et propices aux pires dérives… La société dans laquelle je vis a l’heur de m’inquiéter de plus en plus…

    La bêtise parle fort dit-on, eh bien pour ma part je trouve qu’elle résonne très fort ces temps-ci, au point de rendre trop de gens sourds à la tolérance la plus élémentaire et reléguant aux oubliettes l’idée du vivre et laisser vivre…

    J’espère de tout coeur me tromper.

  2. @ Objecteur 0:16

    Ce réflexe qu’ont plusieurs cons citoyens (en 2 mots) de toujours donner raison sans la moindre discussion aux ignorants qui détiennent l’autorité, est-ce que ça n’est pas un réflexe de colonisé?

    Peu après mon arrivée à Rouyn, un policier m’avait arrêté pour prétendu excès de vitesse; je n’avais pas l’oeil sur le « speedo » mais ma voiture sport était équipée d’un gros 350 ET d’un régulateur de vitesse de série, un gadget encore très rare à l’époque. Mon bidule avait été réglé pour 65 MPH; le policier, lui, me disait 75, et la limite était de 60 mph. Plus ou moins 100 km/h. Il mentait, je le savais, et il savait que je le savais. Mais c’est lui qui était le policier…

    Le jeune homme cogne à ma fenêtre, je baisse la vitre électrique d’environ un pouce. « Je vais vous demander de me montrer votre permis pis vos enregistrements (pas d’assurance obligatoire en 76). Tu veux niaiser, mon kâlisse, tu vas voir, on va niaiser à deux, s’était dit le jeune plaideur un peu fanfaron. J’ai collé mes papiers sur la vitre. Voilà, je vous les montre, Mossieu l’agent!.

    À l’époque, mon bureau – qui était bien « connecté », avait le contrat pour porter les plaintes (et plaider) les infractions au Code de la Route. C’est le gouvernement Lévesque qui avait fait le ménage là-dedans, ce qui, en soi, était une très bonne chose.

    Retour au policier. Il est pas content. Monsieur, si vous refusez de m’exhiber vos papiers, je vous mets une charge de plus.

    Et moi de lui répondre: t’as bin beau, mon homme! Mais avant de faire ça, vérifie donc avec les avocats de la SQ. Tu vas demander untel, pis je sais ce qu’il va te dire. Si lui il était pas là, ils vont t’en passer un autre. Lui aussi, je sais ce qu’il va te dire. Tu sais-tu pourquoi? C’est parce que l’autre, bin, c’est moi!

    Ça adonnait bien, je revenais de Ville-Marie où j’avais comme par hasard joué au procureur de la Couronne. Et j’avais justement mon Code dans mon attaché case.

    Je suis tombé sur la définition et bien sûr, c’est moi qui avais raison.

    Mettons que c’était pas mon premier affrontement avec l’autorité constituée. Ni d’ailleurs le dernier…

  3. Petite idée

    Se crée une religion, l’enregistrer et réclamé un accomodement religieux.
    Ou petite variante allez voir les pastafariens, leur demandé d’inclure la pratique de la beignade en monokini (ça va déranger les autres religions et les bien pensant donc très grande chance de succès) , demander un accommodement religieux.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pastafarisme

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s