13 commentaires sur “Brébeuf: le crime odieux de la nymphette Laurent, 73 ans

  1. On se croirait revenu à l’époque où le David de Michel-Ange avait créé un scandale à Montréal parce qu’il était nu et que les puritains voulaient qu’on lui mette une feuille de vigne. Décidément, il y aura toujours quelques crétins traînant à l’arrière. Les valeurs de Brébeuf ne sont partagées que par des arriérés chroniques. Comme par hasard, les images en cause datent des années 60, il y a plus de 50 ans merdoche, et le directeur de Brébeuf en est à prôner les pseudo-valeurs que nous remettions en question à cette époque. Et pour cette idiotie, il prive les élèves d’une si précieuse expertise. Quel con, mais quel con, mais quel hostie de con!

  2. Je suis entièrement d’accord avec Robert Duchesne. Il faut être maladivement arriéré pour agir comme le directeur du collège Bréboeuf l’a fait.

    J’aimerais bien savoir ce qu’il a fait lui aussi lorsqu’il était jeune! Il ne s’en vantera pas, c’est certain! On a tous été jeunes et on a tous fait des folies.

    Comment peut-il juger cette femme si sévèrement? Je trouve son geste digne d’un crétin arriéré. Ici, on parle d’une femme accomplie, ayant beaucoup d’expérience à transmettre à ses élèves. Je suis vraiment déçu de l’attitude de l’administration du collège Bréboeuf. Ça lui donne une très mauvaise publicité. Si mon fils était d’âge à faire son secondaire, je ne l’enverrais pas à Bréboeuf après avoir vu comment ils sont arriérés. Nous sommes en 2014 bon sens! J’enverrais mon fils au collège Français de Montréal car il y a fait tout son secondaire et je peux vous dire qu’il en est ressorti très riche dans tous les aspects. Bravo M. le Directeur de Bréboeuf vous donnez une image de fermeture d’esprit, ce qui est le contraire de ce que l’on a besoin aujourd’hui dans la société moderne.

  3. Puisqu’elles sont aussi prudes, les autorités du Collège Brébeuf devraient plutôt essayer de savoir pourquoi les petits chérubins de 13 ou de 15 ans fouillent le web à la recherche d’images érotiques.

    Et puisque Google affiche en haut de page les résultats les plus populaires, j’imagine que le petit Einstein qui a trouvé ces images datant d’aussi loin dans le passé a dû visionner des images pendant des heures – sinon des jours – avant de trouver Jacqueline Laurent… qui n’a quand même jamais eu la renommée de Brigitte Bardot, Jane Mansfield ou Marilyn Monroe (des noms choisis pour conserver le cachet « vintage »).

    Mais si jamais ils parviennent à identifier l’étudiant ALPHA qui a trouvé et « ébruité » ces images par texto, Brébeuf va ch!er sur le bacul et n’osera jamais sévir contre le fils d’un juge ou le fils d’un médecin ou d’un politicien connu, n’est-ce pas?

    Quand j’étais étudiant, on nous faisait chanter cet hymne grandiloquent à la gloire de la croix et de la Vérité:

    Refrain: Victoire, tu régneras! / Ô Croix tu nous sauveras!

    Premier de trois couplets:

    Rayonne sur le monde
    Qui cherche la Vérité
    Ô croix source féconde
    D’Amour et de Liberté.

    C’est drôle, Vérité rime ici avec Liberté.
    De quoi rendre fiers les diplômés de Brébeuf, j’imagine…

    On peut écouter ici: http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-victoire-tu-regneras-53031862.html

  4. Difficulté a évoluer a Jean Bréboeuf pourtant une école pour notre élite
    Quel message envoie t’on a nos jeunes eux qui ont déjà fait le tour de tout ce
    qui se fait sexuellent dans le monde. Avec internet ils en savent déjà a leur âge beaucoup plus
    que tous ceux qui congédiés cette enseignante.Rigueur oui mais tolérance et respect pour cette
    dame .

  5. Bienvenue sur ce blogue iconoclaste, Messieurs Hamel et Fortier.

    Il n’est pas question que la direction de Brébeuf revienne sur sa décision, ai-je entendu au Téléjournal de fin de soirée.
    L’orgueil n’est sans doute pas étranger à cette deuxième décision stupide de la direction dans le même dossier.

    Objectivement, je ne vois pas comment des parents soucieux d’ÉLEVER leurs enfants – dans le sens noble du terme, pourront désormais choisir d’y inscrire leurs enfants… Ces parents ont toujours eu la réputation d’appartenir à une certaine élite intellectuelle; malheureusement, on ne forme pas les élites intellectuelles en les enfermant dans un carcan idéologique aussi rétrograde.

    Moi zaussi, j’ai étudié dans un collège privé d’Outremont. Malheureusement, les Clercs de St-Viateur ont choisi de vendre l’édifice à la Commission scolaire Outremont/Ville Mt-Royal, alors que je terminais mes « belles-lettres » – la cinquième des huit années que comportait le cours classique. Dommage. J’aimais bien ces profs d’obédience marxiste qui m’avaient enseigné la littérature, l’Histoire ou les Sciences Po dans un Collège catho +++. J’aimais bien ce vieux prof de cinéma en soutane qui nous initiait à Fellini et à Godard, à contre-courant des blockbusters de l’époque.

    Je me souviens toutefois d’une décision particulièrement boîteuse qu’avait prise la direction du Collège au milieu des années ’60, quand elle avait interdit un spectacle organisé dans « notre » auditorium par le Collège Notre-Dame sur Queen-Mary, face à l’Oratoire. Ou bien ND n’avait pas d’auditorium – ce dont je doute, ou bien il était en réno, ou bien il était trop « petit » pour accueillir Claude Léveillé.

    Avec Léveillé, on est loin des incantations socio-politiques des Loco-Locass ou du « J’aime ta grand-mère » des Trois Accords; pourtant, les Clercs avaient jugé Claude Léveillé trop « sexuellement explicite ». Sur mon cheval blanc, je t’amènerai, quil chantait. Ayoye!

    Les cons de Brébeuf me ramènent 50 ans en arrière. Bravo…

  6. @ PAPIPITIBI ,

    j’ai écouté le lien du 18/octobre/2014 à 12:37 et j’ai rider la bas après , et j’ai pogné des choses très étranges. Mais c’est impossible pour moi de retenir tout , mais important pour moi , ça va.
    J
    ‘aime me battre mais pas comme les Croisés qui se battaient pour une unique chose : les Bourses et de tout le monde. === Je laisse celle au mendiant qui a déjà été très riches.

    Je suis un croisé! Quelle sorte de guerrier serais-tu?

    Comme idéaliste véritable tu te bats pour les choses qui te sont importantes. Se battre uniquement pour se battre ne te dit pas du tout, car tu apprécies et profites beaucoup trop les belles choses de la vie.

    Papi , j’étais sur  »FACEBOK » , pourquoi là , ils peuvent dirent n’importe quoi ?

    Par Papi: Tout simplement parce que Facebook échappe à tout contrôle de l’État. C’est pas réglementé. Par contre, il y a moyen de porter plainte et Facebook peut fermer le compte d’un trou de cul qui utilise ses pages pour diffamer ou inciter à la haine.

    Jean-Marie De Serre.

  7. @ PAPITIBI ,

    merci Papi , et je les laissent aller , cela en mets d’autres au courant. Dans les petites Municipalités on en arrache beaucoup , les Zélus quand ils sont élus les oreilles leur enflent mais ils oublient leur Code D’Éthique et de Déontologie. === > C’est pas méchant quand je dis ; innocent , ignorant et incompétent , pissettes et plottes molles , c’est tellement évident……………

    Cela fait 20 ans que je pose des questions au conseil , la Directrice Générale CR , m’a dit par écrit : pour une réponse écrite faut une question écrite. Je le fais depuis 2005 et c’est sur le Web.

    Alors est-ce que la DG doit dire au conseil en 2014 ou si c’est elle le ‘BOSS’ à Tingwick et qu’elle fait disparaitre mes documents comme depuis ces 20 dernières années ???????????

    Monsieur Papitibi ,

    en quelque part j’ai pogner ( tous les (Bons Avocats) sont d’ailleurs un peu Jésuites si je puis dire : ils savent manier la langue de manière à orienter la réponse de leur question en cascade.

    Au criminel , j’ai déjà dit à la représentante de la Quenne de se calmer , j’étais sous de fausses accusations et il en a été ainsi en 2013. SACRAMENT ‘ JE N’AI PAS D’ARMES « a feu ‘ et même si j’en aurais eu , je suis à 350 pieds du voisin qui se sert du G100………..

    Papi , pourquoi ne pas avoir de  »BONS » avocats , spécialiste dans le domaine où ils performent ?

    J’ai compris que mon avocat a beaucoup de clients et qu’il faut que je lui fasse confiance , il a d’autres clients et il faut attendre la Cour. Donc cela ne sert à rien de lui demander avant qu’il dise  »GO ».
    Jean-Marie De Serre.

  8. Chacun ses valeurs et ses sensibilités.

    Si dans une école de dénomination juive, des jeunes découvrent qu’un professeur était un fervent partisan du négationnisme et un admirateur d’Hitler lorsqu’il était à ses débuts comme enseignant en Europe, que se passerait-il?

    Il est vrai que l’on peut s’interroger sur le passé d’un(e) de nos professeur(e)s dans une institution Catholique privée.

    Mais avant de l’embaucher..! Tout de même.

    Ici, est-ce que la prof n’aurait pas omis des informations pouvant porter préjudice à l’institution d’enseignement..?

    Clairement oui..!

    Et c’est sans aucun doute pour cette omission que son contrat n’est pas renouvelé.

    Ce qui est différent de congédiement. (Pourtant Philippe Orfali l’auteur du texte pour le journal Le Devoir parle de congédiement et ça pour moi c’est de la merde de journaleux)

    Nous savons que les jeunes ont la libido exacerbée. Nous savons aussi, qu’aujourd’hui les technologies nous permettent d’avoir accès facilement à de la «pornographie».

    Qu’est-ce alors?

    Qu’il faut dire le contraire des psys sur le sujet..?

    (Pour le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, ce visionnage de films porno est une nouvelle forme de rite du passage à l’âge adulte. Les jeunes gens, surprotégés par leurs parents, sont adolescents de plus en plus longtemps. Pour tracer leur frontière entre hier et demain, ils ont adopté des comportements tournant essentiellement autour de la violence et de la sexualité. Or, la pornographie est au croisement des deux. Le visionnage de ces images permet aux ados de se dire qu’ils sont devenus « grands », tout simplement parce que, initialement interdites aux mineurs, elles mettent en scène des comportements sexuels supposés être adultes.

    Mais ce rituel de l’image pornographique par lequel passe une grande majorité des jeunes d’aujourd’hui comporte en réalité deux niveaux. Le premier, lorsque le jeune a regardé un film X, le second lorsqu’il est en position de reproduire ce qu’il a vu. Le véritable risque de la pornographie étant alors de croire que la sexualité se passe comme dans ces films.)

    http://www.psychologies.com/Famille/Ados/Sexualite-des-ados/Articles-et-Dossiers/Ado-et-porno-des-liaisons-vraiment-dangereuses

    Pour l’institution Catholique, est-ce que la question est de savoir si notre enseignante qui a été actrice porno où érotique a fait le bien où le mal?

    Je ne crois pas. On en est plus là.

    Par contre, l’occasion est belle pour le collège de prendre la balle au bon et de donner des sessions sur les réalités de la consommation de la pornographie chez les jeunes versus une sexualité à découvrir avec un(e) partenaire.

    Mais, j’irais plus loin, je sanctionnerais les jeunes qui sont à la source de la cabale sur l’enseignante afin qu’ils comprennent qu’il y a une différence entre «dénoncer» des faits à un supérieur et «propager» une nouvelle pouvant causer un préjudice.

    Je remarque que dans notre société pornocrate, le comportement des gens ait à la limite de l’égoïsme fratricide et qu’il est bon de se le faire rappeler.

    Des individus sans faute ça n’existe que dans les fantasmes.
    ————————————————————————————————————–

    Depardieu: « l’époque est à la pornographie, elle ne m’intéresse plus »

    http://focus.levif.be/culture/cinema/depardieu-l-epoque-est-a-la-pornographie-elle-ne-m-interesse-plus/article-normal-316807.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=vif

    http://nordpresse.be/y-t-il-trop-voitures-au-salon-prostitution-paris/

    http://www.journaldemontreal.com/2014/10/16/un-t-shirt-a-leffigie-dhitler-dans-boutique-du-plateau-mont-royal

    http://www.halalbook.fr/actufiche-17-3590.html?Les-isra%C3%A9liens-tirent-%C3%A0-balles-r%C3%A9elles-sur-les-palestiniens-%C3%A0-l%E2%80%99int%C3%A9rieur-de-la-Mosqu%C3%A9e-Al-Aqsa

  9. C’est l’histoire de Samantha Ardente qui se répète avec Jacqueline Laurent Auger, mais en plus idiot!!! Voilà un autre exemple d’un congédiement sans cause juste et suffisante!!!

    @ Leblanc.

    Tu peux m’expliquer ce que vient faire ta fixation anti-israélienne dans ce sujet???

  10. Si l’on devait congédier tous les gens qui ont fait quelque chose hors norme il y a 50 ans, il ne resterait plus grand monde sur le plancher, Même en supposant que cette dame ait fauté (il y a 50 ans, est-ce nécessaire de le répéter?) la congédier maintenant pour cette présumée faute nie le fait qu’en 50 ans une personne évolue et change. Réduire à cette présumée faute (d’il y a 50 ans, disions-nous) la valeur de cette personne et son apport à l’éducation et à la société n’est certainement pas très éducatif et formateur pour ces jeunes, bien au contraire. Et ces jeunes doivent bien se marrer de la décision de la direction, la plupart en ont vu…et vécu bien davantage que ce qu’ils ont pu découvrir sur cette dame.

    À propos, Catherine Ringer, qui est l’une des artistes les plus appréciées dans la francophonie, qui a fait du théâtre et de la danse, qui a chanté avec des grands du rock comme du classique et explore maintenant le tango avec de grands musiciens, qui élève trois enfants seule depuis le décès de Fred Chichin, son conjoint et collègue co-fondateur avec elle des Rita Mitsouko, a fait du porno hard au temps de sa jeunesse. Un certain Serge Gainsbourg, qui sentait le fond de tonne à dix milles à la ronde et était incapable de formuler une phrase sans déconner tellement il était saoul la plupart du temps, s’en est pris à elle en la traitant de pute, de salope et de dégueulasse, comme s’il avait des leçons à donner aux autres. Elle le lui a bien fait remarquer d’ailleurs.

    Des années plus tard, devrait-on les considérer comme des ordures, interdire leurs disques à la jeunesse et dénigrer leur apport à la musique et au monde artistique, qu’on aime ou non leur parcours artistique et leur genre?

    Tout ce que la direction du Brébeuf démontre en cela, c’est son propre crétinisme, et les jeunes n’en sont sans doute pas dupes. Le Collège Brébeuf vient de rater une sacrée belle occasion d’éduquer leurs jeunes, une occasion que la dame aurait pu enrichir de son propre cheminement et de son témoignage. Et les jeunes qui ont eu l’immaturité de salir leur prof avec cs conneries auraient pu aussi en tirer certaines leçons: quand on joue avec la réputation et la croûte des gens, ça a des conséquences et pas seulement pour la personne dénigrée, mais pas au Brébeuf semble-t-il.

  11. @ Proulx 23h37

    Je ne comprends pas plus que toi l’à-propos de la référence à des chandails à l’effigie d’Hitler (en dérision) sur le Plateau Mt-Royal ou de l’intrusion des policiers israéliens dans la mosquée Al Aqsa, Cela dit, cesse de faire de la projection, petit! Dénoncer la police israélienne ne relève pas plus de l’antisémitisme que notre « méfiance » commune à l’endroit de Philippe Couillard/Yves Bolduc/Gaétan Barrette relève d’un quelconque sentiment anti-Québécois…

    J’étais anti-Bush, ou anti-US? Tu es anti-Obama, ou anti-US? Tu es anti-Cubain, ou simplement opposé au castrisme? Alors Bernard peut-il exprimer son aversion des politiques de Netanyahu sans être accusé de faire un fix anti-Israël?

  12. @Robert Duchesne (19 octobre 2014 à 00:37)

    Nos propos se rejoignent sauf sur les modalités du début de votre texte.

    Avant d’aller plus loin, j’estime que le cas ne concerne pas le «BIEN ET LE MAL», mais plutôt la notion de «PRIVÉ» ET «PUBIQUE», ainsi que «d’APPARENCE» de conflit dans l’à propos éducationnel (Genre préparation avec des psychologue en fonction des situations).

    Par Papi: C’est vrai que le poil pubique ne doit pas être rendu public et relève du domaine privé! Mais ça cobcerne aussi le BIEN-penser et le MÂLE

    Nous avons affaire ici à une institution privée Catholique. Le mot Catholique est important à retenir puisqu’il suggère que les valeurs de l’institution ont un lien direct avec la morale «judéo-chétienne». Morale qui est basé sur le principe de «Miséricorde» et du «NON-jugement» de la personne et donc de la volonté de «Pardon».

    Par Papi: Je dirais plutôt la morale pubéo-crétine, moi… Dire que le pape « Qui suis-je pour juger? » est Jésuite!

    1)- Vous écrivez :«Si l’on devait congédier tous les gens qui ont fait quelque chose hors norme il y a 50 ans, il ne resterait plus grand monde sur le plancher :»

    Rép. : Mais il n’y a pas eu de congédiement!… Vous confondez «non renouvellement de contrat» et «congédiement». La prérogative de l’employeur lorsqu’il embauche via un contrat est qu’il peut ne pas le renouveler.

    Par Papi: Techniquement, un non-renouvellement n’est pas un congédiement. Mais les effets sur la madame-individue sont les mêmes…

    2)- Vous écrivez :«Même en supposant que cette dame ait fauté (il y a 50 ans, est-ce nécessaire de le répéter?) la congédier maintenant pour cette présumée faute nie le fait qu’en 50 ans une personne évolue et change.» :.

    Rép. : Mais qui a parlé de «FAUTE»?

    3)- Vous écrivez :«Réduire à cette présumée faute (d’il y a 50 ans, disions-nous) la valeur de cette personne et son apport à l’éducation et à la société n’est certainement pas très éducatif et formateur pour ces jeunes, bien au contraire. »:

    Rép. : C’est vous qui présumez car il n’est pas question de «FAUTE» dans cette histoire.

    Par Papi: Reste que, au final, ce « mon-renouvellement » aura eu pour résultat de mettre l’hypocrisie institutionnelle au rang des grandes vertus éducatives!

    4)- Vous écrivez :«Et ces jeunes doivent bien se marrer de la décision de la direction, la plupart en ont vu…et vécu bien davantage que ce qu’ils ont pu découvrir sur cette dame.»:.

    Rép. : Est une habitude chez-vous de fonctionner avec la présomption plutôt qu’avec les faits 😉

    Par Papi: C’est vrai que… ha! ha! les fils des zélites avaient tous attendu la permission du paternel pour aller se déniaiser sur le web, ce que démontre la découverte inopinée par l’un d’eux des images de Jacqueline Laurent dénudée alors qu’il googlait « St-Laurent viol hydrocarbures » en relation avec les bélugas de Cacouna

  13. @papitibi (19 octobre 2014 à 01:02)

    J’ai relevé l’article du Hournal de Mourial pour faire un lien avec ce que j’ai écrit en introduction le (18 octobre 2014 à 20:20) :« Chacun ses valeurs et ses sensibilités. Si dans une école de dénomination juive, des jeunes découvrent qu’un professeur était un fervent partisan du négationnisme et un admirateur d’Hitler lorsqu’il était à ses débuts comme enseignant en Europe, que se passerait-il?»:

    La réponse est simple, si on a se réfère à la «PSEUDO» réaction d’une soit-disant cliente qui aurait «SUPPOSÉMENT» porté plainte à la boutique car elle n’aurait pas apprécié de voir le t-shirt sur les rayons et aurait «APPAREMMENT» envoyé une lettre de son avocat. Il y aurait là un exemple de «SENSIBILITÉ» (Quelle soit mémorielle «sentiment d’être agressé par osmose avec le passé via l’identité d’une foi religieuse». Par exemple, je suis crucifié avec le christ lorsque je vois un «T-Shirt» sur lequel est imprimé une satire de la croix par l’acteur porno Marylin Manson, où encore Madona» Évidemment j’appelle mon avocat en espérant peut-être faire un petit billet par la même occasion 😉
    ou encore cette affaire du YMCA de l’avenue du Parc avec l’affaire des vitres qui donnent sur une école juive orthodoxe.

    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/135813/accommodements-raisonnables-des-fenetres-claires-munies-de-stores-pour-le-ymca-du-parc

    —————————————————————————————————————

    Pour certaines personnes, la nudité ou le sexe sont toujours pornographiques. Pour d’autres, ce qui est inacceptable n’est pas le contenu sexuel à proprement parler, comme on le retrouve dans des représentations érotiques montrant des activités sexuelles consensuelles, mais bien les représentations où au moins un des participants est avili, humilié ou maltraité. Dans cette perspective, la pornographie accepte ou encourage l’avilissement sexuel. Cette distinction va à l’encontre des définitions conventionnelles puisque des représentations sexuelles extrêmement explicites seront considérées comme érotiques, tandis que d’autres, relativement peu explicites mais dégradantes, seront appelées pornographiques. D’un autre côté, beaucoup de matériel pornographique montre des femmes nues et certains prétendent que cela perpétue la projection de la femme comme objet et que la pornographie peut ainsi, directement et indirectement, porter préjudice aux femmes.

    http://www.parl.gc.ca/content/lop/researchpublications/843-f.htm#prejudice
    —————————————————————————————————————–

    Un acte est dégradant dans la mesure où il produit des conséquences négatives chez l’individu. Voilà donc en quoi réside le rôle des scientifiques: déterminer dans quelle mesure tel ou tel comportement nuit au développement d’un individu ou d’un groupe. La tâche n’est certes pas facile. Les recherches actuelles ne permettent pas toujours de préciser avec exactitude les conséquences à long terme de la consommation de pornographie
    http://www.er.uqam.ca/nobel/k31610/DIVERS/porno-Richard-Bessette.html

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s