7 commentaires sur “Mon Dieu… pourquoi m’avez-vous tu abandonné aux satanistes, là là?

  1. Même la bible contredit La-La Tremblay. C’est tout dire! 😛

    « 5 – Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 6 – Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »

    -Matthieu, chapitre 6, verset 5 et 6.

    Blague à faire à La-La. Dire à voix haute « Pauvre Diable! » quand il est dans les parages. 😛

    Alléluialala! 😀

  2. @ PAPITIBI ,

    Monsieur Mathieu Lemay , à la fin de son commentaire écrit ceci = > Blague à faire à La-La. Dire à voix haute « Pauvre Diable! » quand il est dans les parages. 😛

    Alléluialala! 😀

    Papi , au Conseil du 13 avril 2015 , on a présenté des feuilles que le Maire de Tingwick Rxxx Fxxxxx , avait consulté Charles Caza de Laval.
    Monsieur le Maire avait posé 5 questions , que je ne sais comment faire , mais je vais les envoyer chez Warren Peace. Je vais dire si j’ai réussi à envoyer , vous aller aimer.

    On avait discuté chez vous ou chez jm2bleu. des signes religieux. Pourquoi ne pas faire comme j’ai déjà dit voilà long : À l’entrée de où un fait un SHOW pacté bin raide(Gouvernement , Municipal au Clérical , Cour de Justice , au Criminel , la Bible n’a pas d’affaire là etc => , j’avais suggéré , les Amérindiens , le Crucifix et tous les autres signes qui représentent une religion à laquelle participent , un nombre de CITOYENS , en importance.
    Mais ailleurs , le Maire ou la ou le Dg , vos J/sus-Christ de Djeulle au Québec en entrée de l’ouverture de la séance.
    Même une pensée qui est dite à Haute voix , ou écrite dans le rassembleur de Tingwick , me provoque. Mais je ne sais si au conseil , on la dit à Haute-voix………….

    Tingwick , semaine prochaine , on annonce de la pluie pas mal , donc ;

    je vais aller m’informer pour mes armes et pour à l’endroit de la Bibliothèque.

    Voir mon avocat et ce sans faute.

    Porter un chèque pour le Minisère du Revenu du Québec à ma comptable.

    Aller pour préparer un document , et en même temps aller chez Vic-Mini Moteur , ma motadite Poulain ne veut pas se mettre au travail.

    Faut que j’aille aussi chez où on vend peut-être de l’Huile Vierge , près de la Banque Nationale Victo.

    Monsieur Papitibi , est-ce que vous avez le temps d’être à la retraite ?
    Jean-Marie De Serre.

  3. @Papitibi (La Cour Suprême a entendu les arguments de Bernard Leblanc (fondés sur le préambule de la Charte et la suprématie de Dieu qui y est évoquée), et elle y répond aux paragraphes 144 et suivants:)

    Maître, je réitère une seconde fois le début de mon dernier texte que vous citez :«avec tout le respect que je dois aux personnes ayant consacré leurs vies à l’étude et la connaissance du droit, je ne suis pas tenté de les accuser de manquer de rigueur.» :.

    Comme vous le mentionnez, j’obtiens enfin une réponse officielle des plus hautes instances juridiques canadiennes en ce qui concerne le Préambule de la Charte. Si j’étais avocat québécois, je m’en frotterais les mains d’aise.

    Votre récidive scripturaire ne m’a pas déçu. Votre texte m’apparaît comme toujours un «petit chef d’œuvre». J’étais fébrile à l’idée de lire vos arguments concernant la décision de la cour Suprême qui admettons le a donné un grand coup.

    LA CAUSE LALA

    Maintenant en ce qui concerne le résultat de là cause de la Ville de Saguenay donc de son Maire, j’estime en toute logique malgré une méconnaissance normale des méandres et des labyrinthes du droit que les juges ont été obligé enfin, à révéler la vérité en déverrouillant l’élément clé de la charte.

    Pour le Canada, Dieu n’est pas Dieu puisqu’il est indéfinissable. Donc, pour les «robes rouges à double bavettes et étole blanche», le préambule de la constitution canadienne, qui laissait croire jusqu’à ce jour à la reconnaissance de la « suprématie de Dieu», n’était en réalité qu’une figure de style, une écriture d’apparat pour soutenir une « thèse politique » n’ayant aucune portée juridique.

    C’est ce que vous disiez en vos mots avant que ce soit confirmé par le jugement.

    Bien triste que cette révélation n’ait pas été faite dès les premiers coups de canons entre le Maire Tremblay et le «Mouvement Laïque Québécois», car ce préambule, était un argument non négligeable avancé par les avocats de Saguenay, qui je l’imagine ont certainement connu un réveil brutal, alors qu’ils auraient du savoir que l’argument ne pouvait pas tenir et que par conséquent, la cause était perdu d’avance.

    En clair, Jean est allé se péter la gueule sur une fausse représentation affiché par le Canada pour maintenir dans la confusion sa population.

    Je vais élaborer sur ce point, un peu plus bas.

    L’aspect machiavélique de l’affaire est que les juges ont utilisé cette fausse donne pour accuser le Maire Tremblay de se servir de sa liberté de conscience et de religion pour professer sciemment une foi théiste».

    Mais oui mais!… Jusqu’ici, le Canada a toujours professé cette foi!… En partant on en retrouve l’expression dans le «Ô Canada» (Ô Canada! Terre de nos aïeux, (…) Il sait porter la croix! (…) Et ta valeur, de foi trempée, protégera nos foyers et nos droits.)

    (On dit bien que nous avons eux des pères et des mères ayant une foi trempée qui savaient porter la croix et que nous en somme reconnaissant, sachant que ces valeurs servent à protéger nos foyers et surtout nos droits).

    Ensuite, on retrouve la mention de Dieu dans le serment d’allégeance à la Reine qui est nous le savons Gouverneur général de l’Église anglicane. Église qui à ce que je sache ne fait pas la promotion d’un Dieu politique, mais qu’il s’agit bel et bien du Messie chrétien inclus dans la Trinité.

    Alors?… Comment explique – t’on la dichotomie entre le sens du préambule de la Charte et le sens réel des écrits dans les autres textes?

    Nous les savons maintenant!… Le préambule de la Charte était un leurre, de la frime pour enfumer les Catholiques. En maçonnerie anglaise, la définition de Dieu est exactement celle de la Charte canadienne.

    Comme les juges sont intègres, ils n’ont pas eux le choix de lever le voile en ce qui concerne la vérité à ce propos.

    Encore une fois, si le Maire Tremblay avait su, il n’aurait sans doute pas engagé des fonds dans cette affaire et aurait plutôt choisi un autre angle de défense.

    Pour le reste du jugement, ce ne sont que les conséquences découlant du Préambule. Alors question de substance, on se retrouve dans les vapeurs éthérées de la spéculation et de l’interprétation.

    Le premier constat est que la Charte canadienne (non ratifié par le Québec) démontre avec gravité ses fondements schizophrènes.
    ———————————————————–
    Comme vous avez mentionné mon dernier texte (12 mars 2015 ) pour référence, alors je vais ramener quelques points que je soulevais. Mais auparavant, je souligne qu’en effet j’avais par inadvertance laissé «article 1» sur le texte, plutôt que «Préambule» de la Charte, car au départ je reprenais les arguments d’un intervenant antérieur que vous pouvez retrouvez dans la liste du sujet en question. Je me suis rendu compte de l’erreur après l’envoi.

    Cela dit, je vais récupérer quelques passages concernant ma réflexion du mois de mars :
    :«Il n’y a que les membres de confessions juives et protestantes qui bourlinguent avec la notion du («Dieu» indéfinissable). Ce n’est pas le cas des Catholiques comme je l’ai démontré antérieurement. En dehors du fait que le («Dieu» indéfinissable) est une hypothèse politique inspiré du judaïsme d’avant Maïmonide (1138 après JC), (…) le Dieu terrible d’Israël avait plusieurs noms sauf celui de «Dieu», qui était tout pour eux, sauf définissable.

    De là, nous pouvons comprendre la réaction des juristes d’aujourd’hui qui comme pour beaucoup ne croient pas à ce Dieu bouche trou de l’inexplicable, transmuant en amalgame de toutes les possibilités d’interprétations du mot Dieu, mais sans le nommé (l’utopie multiculturelle) afin d’être en mesure de faire fonctionner un système idéologique.

    C’est exactement cette notion qui oppose de manière irréconciliable les judéo-protestants et les Catholiques.

    Je me répète, mais la nature même du catholicisme implique que son fondement est basé sur la connaissance du Messie et de Dieu par le fait même. Pour les preuves tangibles, il y en a, à profusion, mais c’est hors de propos ici.»:.

    CHANGEMENT

    Je n’avais donc pas tord, en écrivant que le Canada protestant aspire à un changement, et les juges de la cour Supérieur en font la démonstration en forçant dans leur jugement, la séparation de ce qui appartient à César, de ce qui appartient à Dieu.

    Autrement dit, il y a maintenant de bonnes raisons pour faire sauter «le Préambule de la Charte», car ils le savent très bien, la baloune est pété.

    On nous a laissé croire que le Dieu de la Charte, était le Dieu Chrétien.
    Si quelqu’un en doute, nous n’avons qu’à nous référer à la prière quotidienne de la Chambre des communes :« Dieu tout-puissant, nous te remercions des nombreuses grâces que tu as accordées au Canada et à ses citoyens, dont la liberté, les possibilités d’épanouissement et la paix. Nous te prions pour notre Souveraine, la Reine Elizabeth, et le Gouverneur général. Guide-nous dans nos délibérations à titre de députés et aide-nous à bien prendre conscience de nos devoirs et responsabilités. Accorde-nous la sagesse, les connaissances et la compréhension qui nous permettront de préserver les faveurs dont jouit notre pays afin que tous puissent en profiter, ainsi que de faire de bonnes lois et prendre de sages décisions. Amen.»
    ——————————————————————————–
    Quoiqu’on en dise, les juristes de la Cour supérieur du Québec ont été «ridiculisés».

    Selon la Cour suprême, ils auraient erré en maintenant que la prière n’entamait pas la neutralité religieuse de l’État (on nous faisait paraître le contraire par contre) et n’enfreignait pas véritablement les droits des athées et des agnostiques.

    La justification principale de l’interdiction de la prière est fragile écrit un journaliste. L’argument qui a été plaidé par le Mouvement laïque québécois est que la récitation d’une prière viole la liberté de conscience des non-religieux. Or, la Cour peine beaucoup à expliquer pourquoi une prière édulcorée fait violence à la conscience des athées et agnostiques.

    Tout de même étrange que les juges occultent le fait qu’à la chambre des communes il se récite une prière quotidienne, (voir plus bas). Que fait-on de la Bible dans les Cour de Justice, ou encore le «Ô Canada» avant les matchs de hockey etc.!

    Il aurait été difficile avant les aveux des juges, de voir comment là récitation d’une prière qui se réfère à Dieu pouvait-être contraignante pour une personne au Canada. Il aurait vraiment fallut être de mauvaise foi pour le prétendre.

    À la blague je dirais qu’il y a là matière à exorcisme! 😉 En effet, si une personne se sent irrité, indisposé par une prière, je peux tout de suite lui dire qu’elle est sous influence d’entité pas très catholique. 😉

    Ce qui laisse totalement perplexe, c’est que la Cour suprême qualifie l’athéisme de religion.
    Que certains défendent l’athéisme avec ferveur, ne fait pas de cette vue de l’esprit une «religion», sinon les partisans de la Sainte Flanelle pourraient prétendre que leurs ferveurs ne peut-être associé qu’à une religion et auront des arguments pour demander des exemptions d’impôts. 🙂

    L’athéisme n’est-ce pas l’impossibilité, faute de preuves (selon eux), de croire en l’existence d’une entité supranaturelle capable d’ordonner le monde ou d’intervenir dans les affaires humaines? Demande avec raison le même journaliste?

    La Charte canadienne ne peut plus tenir avec son «Préambule».

    L’État, écrit le plus haut tribunal, «ne peut utiliser ses pouvoirs d’une manière qui favoriserait la participation de certains croyants ou incroyants à la vie publique au détriment des autres».
    C’est n’importe quoi!… Mais rendu-là que pouvons-nous attendre de mieux?

    C’est comme si le rôle central de l’Église catholique au Québec de sa fondation en 1608 jusqu’au début des années 1960 n’avait-été qu’une hallucination. On nous fait chier avec l’armistice à tous les ans, on nous impose des monuments qui ne nous concernent pas, mais on escamote 350 ans d’histoire du Québec. Le Vatican irrite le Canada!

    Ce qui est choquant avec cette mascarade est que la démarche entre un citoyen et le Canada est totalement disproportionné considérant les moyens financiers des simples citoyens. La Ville de Saguenay s’est retrouvé dans une sorte de «procès bâillon». (En 2008, le ministre de la Justice s’était engagé à proposer un projet de loi qui donnerait des ressources aux groupes et aux individus victimes de poursuites-bâillons.)
    https://www.ababord.org/Une-loi-contre-les-SLAPP

    Même si pour ce jugement précis le résultat est ce qu’il est, il n’en reste pas moins qu’il nous dit : fait ce que je te dis, mais pas ce que je fais.

    La prière à la chambre des communes en est l’exemple parfait. Ne brime t’elle pas les droits des non croyants de la chambre, d’après le jugement?
    Le «Ô Canada» avant les matchs de hockey? C’est bon pour la propagande canadienne, mais son sens religieux ne brime – t’il pas les oreilles athées et agnostiques?
    ————————————————————
    Ô Canada! Terre de nos aïeux, (…) Il sait porter la croix! (…) Et ta valeur, de foi trempée, protégera nos foyers et nos droits.
    ————————————————————
    Un citoyen de confession juive ou musulmane ne peut pas chanter l’Ô Canada dans sa formulation actuelle. Il y a une croix de trop pour eux. Que dire de la prière à la Chambre des communes?
    God Save the Queen

  4. @ Bernard

    Une réponse détaillée à vos arguments exigerait 50 pages d’explications. Je vais donc m’en tenir à quelques points forts.

    a) Bien triste que cette révélation n’ait pas été faite dès les premiers coups de canons entre le Maire Tremblay et le «Mouvement Laïque Québécois», car ce préambule, était un argument non négligeable avancé par les avocats de Saguenay
    b) En clair, Jean est allé se péter la gueule sur une fausse représentation affiché par le Canada pour maintenir dans la confusion sa population.
    […] Encore une fois, si le Maire Tremblay avait su, il n’aurait sans doute pas engagé des fonds dans cette affaire et aurait plutôt choisi un autre angle de défense.

    c)Quoiqu’on en dise, les juristes de la Cour supérieur du Québec ont été «ridiculisés».

    = = =

    Ça n’était pas une « révélation » tirée de nulle part; je le répète, aux yeux d’un juriste, la clause « Dieu » ne voulait rien dire, dès lors qu’elle était incorporée au préambule de la Charte plut¸ot que dans le corps législatif lui-même; la réponse de la Cour était prévisible, puisque les jugements portant sur la liberté de conscience/religion avaient déjà déroulé le tapis rouge…

    Que s’est-il donc passé à la Cour d’appel (et non pas « Cour supérieure)? Appelons-ça la tempête parfaite. The perfect storm.

    Parlons d’abord de mon moi-même, obscur avocat retraité qui a fait carrière dans l’arrière-arrière-arrière-pays. Right. Sauf que, mes profs de droit constitutionnel et administratif étaient des sommités. L’un est devenu Ministre dans le cabinet Lévesque, un autre a publié plusieurs traités de droit administratif, un troisième a quitté la fac pour devenir juge à la Cour suprême. Ces messieurs nous ont soumis à des examens et à des travaux écrits. Et, je le dis en toute humilité, c’est pas parce que je ne suis pas devenu constitutionnaliste que mes profs ne m’y voyaient pas; em droit public, ma note la plus basse surpassait la moyenne du groupe par 25 points de pourcentage!

    J’avais ce qu’il fallait mais ça ne m’intéressait pas.

    En deuxième lieu, parlons des trois juges UNANIMES de la Cour d’appel. Le juge Morin a été éduqué chez les Jésuites mais puisqu’il a enseigné l’interprétation des Lois à l’U. Laval, je ne m’attendais pas à ce qu’il trébuche sur la question du préambule. Les compétences du juge Hilton étaient surtout en droit commercial. Quant au juge Gagnon, que je connais depuis AVANT qu’il devienne avocat chez Viens Godbout à Amos en 77, c’est lui aussi tout sauf un constitutionnaliste!

    Perfect storm? Yes sir! Le juge Gagnon n’a jamais eu la réputation d’être un juriste transcendant. Son ancien patron puis associé était Libéral +++, neveu d »un juge qui ne tranchait jamais et que les avocats appelaient pour cette raison « le juge Fifty-Fifty. Le frère de Fifty-Fifty était curé. Le neveu de Fifty-Fifty et ancien boss de Guy Gagnon est un ultra-catho, et ancien marguiller à la paroisse Ste Thérèse d’Avila à Amos. C’est lui qui avait interdit à Chantal Daigle de se faire avorter (cause entendue à… Chibougamau, et je le dis à dessein… Jugement renversé plus tard.

    Et puis, surtout, il y a l’avocat de Là Là au niveau de la Cour d’appel: Claude-Armand Sheppard, lui aussi un ultra-catho fondamentaliste connu entre autres pour sa participation au procès « les fées ont soif ». Long time ago…

    Perfect storm? Yess. Là Là n’était pas intéressé par le Vérité; il était surtout intéressé à avoir à ses côtés un avocat qui tenait le même discours catho-fondamentaliste que lui. Aux yeux de la population, ça passait bien et ça n’a pas dû nuire à la campagne de financement qui a rapporté $320000; si l’avocat de Là Là s’était montré le moindrement « critique », les gogos auraient été moins crédules.

    A perfect storm. Un avocat catho fondamentaliste qui dit à son client Là Là ce qu’il veut entendre. Un juge élevé chez les Jésuites et un autre qui était lui-même fortement teinté catho.

  5. @Papitibi (Ça n’était pas une « révélation » tirée de nulle part; je le répète, aux yeux d’un juriste, la clause « Dieu » ne voulait rien dire, dès lors qu’elle était incorporée au préambule de la Charte plut¸ot que dans le corps législatif lui-même; la réponse de la Cour était prévisible, puisque les jugements portant sur la liberté de conscience/religion avaient déjà déroulé le tapis rouge…)

    Maître!… Mon texte était long, mais la science du droit n’est pas mon domaine, alors j’ai préféré poser par écrit ce qui à mon sens soulève des questions légitimes pour un Canadien français du Québec.

    Votre réponse me suffit amplement. Plus clair que ça tu «pogne en feu». En réalité, bien qu’elle souligne à gros trait mon ignorance de base, je le prends positivement puisque même des juristes se sont planté sur ce point, ce qui je l’avoue me jette en bas de ma chaise. Ça semble tellement élémentaire que je n’arrive pas à le croire.

    Alors pour terminer je vous dis merci.

  6. @ Bernard 23h22

    Je ne me souviens pas de son nom – et même si je m’en souvenais je ne le divulguerais pas, mais je me souviens d’une étudiante qui appartenait à la même cohorte que moi. Une « bolée », qui pétait des scores de 90 ou de 95 dans toutes les matières, en première année de droit. Toutes les matières? Pas tout à fait. Parce que, en droit constitutionnel, je me souviens qu’elle avait obtenu 27% a son examen, et qu’elle en braillait de rage!

    Moi, pourtant, j’évoluais là-dedans comme un poisson dans l’eau. C’est peut-être une question d’organisation et de hiérarchisation des concepts et de notions souvent contradictoires entre elles? Je sais pas.

    là Là Tremblay – qui détient lui-même un bacc en droit, n’est vraiment pas le seul à avoir choisi son avocat suivant le critère « s’il pense que j’ai raison, il est bon; s’il pense que mon adversaire a raison, c’est nécessairement qu’il est pourri! ».

    Quand j’ai débuté ma carrière, j’avais un air juvénile, et à 35 ans, on m’en donnait 25. Pour un avocat, c’est pas très bon; tes clients de 30-40 ans peuvent avoir l’impression qu’une tête blanche exprime la sagesse mais un tit-cul qui a l’air d’un étudiant, heu… Claude-Armand Sheppard, qui a fait des études en littérature en Allemagne avant de bifurquer vers le droit en 1955, doit bien avoir près de 90 ans s’il ne les a pas. Homme de culture, homme de bagout (comme moi?), il sait convaincre. Il a donc convaincu Là Là. Puis les juges de la Cour d’Appel dont en particulier mon ami Gagnon, celui qui a rédigé le jugement auquel ses deux collègues ont souscrit.

    Le cabinet où j’ai atterri à mon arrivée en Abitibi a sûrement perdu des clients à cause de ma franchise mais les « vieilles barbes » du bureau (qui ont aujourd’hui entre 88 et 90 ans) ne m’en ont jamais fait reproche. La tendance s’est maintenue quand j’ai ouvert mon propre bureau. Mais moi, je n’ai jamais dit aux gens ce qu’ils VEULENT entendre, mais ce qu’ils DOIVENT entendre avant de prendre une décision éclairée. Tant pis.

    Si Kà Là m’avait consulté, c’est une tête plutôt mature qu’il aurait vu. Je n’ai plus rien de mes airs juvéniles d’il y a à peine 30 ans! Il n’aurait pas aimé mon analyse et il aurait préféré choisir un « meinlleur conseiller »; ce faisant, il aurait perdu l’occasion de gaspiller plus de $300000 et de passer pour une nouille, mais il n’aurait pas eu droit aux indulgences et à son free ride vers le ciel!

  7. @ PAPITIBI ,

    le SYSTÈME JUDUCIAIRE , c’est tellement compliqué que même moi , j’en arrache plus que encore pis yeinck en masse.

    EN RÉSUMÉ , de ce que je sais , je crois que c’est l’ignorance des avocats à l’endroit des causes qu’ils prennent. LE CITOYEN PAYE POUR QU ‘ILS AILLENT FOUILLER ‘ DANS LES ANNOTÉ DES CODES. === Ce que l’on leur enseigne , tout comme la religion ne corresponds pas à 2015.
    Il y a des CITOYENS de la CAMPAGNE , qui ont aussi le  »WEB.

    Papi , j’ai la chance d’avoir un bon avocat et lui c’est une chose à la fois.
    Je viens de lui causer et cela m’a rassurer. Je redis m’en donné.
    Jean-Marie De Serre.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s