3 commentaires sur “L’honorable juge Tête-de-Pus

  1. @PAPITIBI ,

    le 20 juin j’ai écris qu’il faisait chaud et jusqu’à 2h p.m. c’était chaud. Là on est bien mais cela ne semble pas fini la chaleur. J’avais hâte qu’il pleuve un bon coup.

    J’ai copié tous les commentaires(8< de à sur le même thème ici : Sexe , délation , nanarchie et politically correct et je vais coller sur FACEBOOK , car je l'avais enlevé à cause des noms.

    On me pense toujours en train de déraper , mais avec ces commentaires que vous avez corrigé à mon endroit , je vais remettre sur FACEBOOK.
    Si pas correct dites-moi , et vais l'enlever encore , mais il va avoir un Scrutin le 10 juillet on me demande pour qui je vais voter ? Je n'irai pas voter.

    Pour finir le Monsieur qui a une tête semblable à ceux qui dirigent après qu'ils ont JURER pour la plus part , peut-être que le nouvel(le) sera semblable.

    Vous savez ce que je vais mettre sur FACEBOOK. Si pas correct dites-moi, je vais enlever ,
    Jean-Marie De Serre.

  2. Finalement celui ou celle qui s’en tire le mieux est celui ou celle qui a nommé ce juge à son poste en 2012 et qui est le premier responsable du dérapage. Si j’étais un journaliste albertain qui s’occupe de ces questions, me semble que j’aurais essayé d’obtenir les commentaires du responsable de sa nomination.

  3. @ Spritzer 16h39

    Il peut être difficile d’identifier UN responsable, dans la mesure où le processus de nomination est probablement aussi complexe (et trompeur!) en Alberta qu’il l’est au Qc.

    Pour le Québec, il y a bien sûr les travaux de la Commission Bastarache et les recommandations collées sur un POST IT! qui ne laisse aucune trace et qui trouvent leur chemin jusqu’au bureau du PM.

    Pour le Qc, je puis parler de mon expérience personnelle dans le processus d’examen des candidatures. Le Barreau du Qc m’avait désigné pour siégerà titre de représentant des avocats sur un comité tripartite qui comprend un juge et un « représentant de la population« . Population? Bullshit!

    Je me suis porté candidat deux fois, une fois sous un gouvernement Libéral et une fois sous un gouvernement du PQ; à chaque fois, le prétendu représentant du bon peuple était un militant notoire du parti au pouvoir, sinon même le président de l’Association du parti dans le comté.

    Il y a la vraie démocratie et il y a la démocratie factice; pour la nomination des présidents d’élection – ça, je sais, des collègues de bureau ont occupé le poste au fédéral et au provincial! – il y avait une sorte d’examen d’entrée, questions et réponses, et des notes étaient attribuées.

    Le gouvernement choisissait parmi les trois candidats ayant obtenu les trois meilleures notes. A obtient 98%, B obtient 7%, C obtient 4% et D ferme la marche avec 2%. D est exclu, mais B ou C pouvaient être choisis, malgré leur ignorance crasse.

    Même procédure ou procédure similaire pour la recommandation d’un candidat à la magistrature? Je sais pas. Mais je sais que moi, je n’étais ni membre du PQ, ni membre du PLQ, ni même militant de l’une ou l’autre formation; je savais donc, dès le départ, que ma candidature serait rejetée les deux fois.

    Au Barreau d’Abitibi-Témiscamingue, tout le monde connaît tout le monde; et tous ceux qui étaient déjà avocats à l’époque où ça s’est produit savent qu’une certaine année, sous un certain gouvernement qui n’était pas Libéral, l’un des candidats n’était membre du Barreau que depuis 9 ans et x mois, alors que la Loi exige 10 ans. Le comité de sélection [lire: le représentant du Parti,,,] avait recommandé de n’accepter aucune des candidatures.

    Quelques mois plus tard, et puisque le poste était demeuré vacant et devait quand même être comblé, bin… un nouvel appel de candidatures a été lancé. Les rejects du premier appel de candidatures ont tous compris qu’il ne leur servait à rien de la présenter une deuxième fois… mais le candidat à qui il manquait quelques mois avait maintenant 10 ans d’appartenance au Barreau.

    Et, ô miracle, il a obtenu le poste! Cela dit, c’est un ami à moi, nos conjointes se connaissaient bien (idem pour sa fille A et l’un de mes fils) et il aura été un excellent juge. Mais la question n’est pas là; le processus, c’est de la crisse de marde!

    Et je vois pas en quoi il en serait autrement en Alberta.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s