14 commentaires sur “La culturâssion au Québec: un portrait saisissant

  1. Mais vous êtes excellent Papitibi! Moi qui ai 30 ans, je m’en tire avec un score honorable de 73 % ou 24 questions réussies sur 33 au test de La Presse.

  2. 28 bonnes réponses sur 33, c’est donc dire que j’aurai terminé à une bonne réponse de la scintillante Michèle Ouimet… le pire, çé que si j’avais bien réfléchi: j’aurais répondu Platon plutôt qu’Harry Stote pis Russie et non Canada… mais bon… au final Gesca et CROP m’ont confirmé que j’étais parmi les plusse, plusse moins taouin de ma gang… j’ai poussé un gros soupir de soulagement et je me suis avidement plongé dans « Les mémoires de Tristan Péloquin » aux éditions La Presse…

    Pour Boisvert çé normal, genre…

    Proulx je préfère qu’il y ait une distance entre nous…

    Mais, vous papi??? Dans votre pancgne reculée et consanguine où la bière se boit encore à la quille, c’est un exploit remarquable… vous êtes comme un grand cru, vous vieillissez bien… 🙂

    Bravo papi,

    ===

    Plus sérieusement, Normand Baillargeon touche au noeud du problème, notre taux d’approximativement 50% d’analphabétisme fonctionnel il nous mords dans le derrière… le 7 avril dernier, vu sous cet angle me semble d’ailleurs bien poser le problème… Au final, ce que je crois c’est que la dernière chose que nos élus souhaitent avoir dans les pattes c’est précisément une population instruite et/ou apte à exercer un jugement critique…

    Sur ce encore bravo papi, bonne soirée, j’entends l’appel de Tristan 🙂

  3. Merci, Objecteur et Anders; j’aimerais toutefois vous voir plus souvent!

    « Normand Baillargeon touche au noeud du problème, notre taux d’approximativement 50% d’analphabétisme fonctionnel il nous mords dans le derrière… » – Objecteur

    Voilà…

    Ceux qui me connaissent depuis l’âge de pierre savent que l’humilité n’a jamais compté parmi mes qualités dominantes. La discrétion, par contre…

    Pour ma part, je dirais que « the name of the game is capacités mnémoniques« . Est-ce que ça vient avec les gènes? Je ne sais pas, mais je sais que mon paternel n’était pas piqué des vers à cet égard. Je sais aussi qu’à 8, 10 ou 12 ans, je savais déjà des tas de trucs qu’il n’est pas commun pour un enfant de cet âge de connaître. Et ce, sur des sujets aussi variés que Copernic ou les noms des plus grands joueurs de tennis de l’époque.

    Je traînais déjà mes banques de données à la Cour… bien avant que l’usage du laptop se répande parmi les plaideurs; aucune connexion WiFi nécessaire puisque tout était dans ma tête. Le contenu des lois utiles au procès, le contenu EXACT et complet de mon dossier , et la jurisprudence la plus à point. Je lis, j’emmagasine, je plaide. Le lendemain du procès, j’ai déjà flushé tout ça et je plaide un autre dossier. Même technique…

    The name of the game, c’est aussi la lecture. Quand j’ai écrit quelque part sur la blogosphère que je lisais déjà plus de 1000 pages par semaine à 14 ans, j’ai été l’objet de moqueries. Pourtant… Ce que je n’avais pas dit, par contre, c’est que je maîtrisais déjà certaines techniques de lecture rapide et je les appliquais aux ouvrages généraux… mais pas aux oeuvres littéraires.

    À huit ans, j’avais déjà commencé à humilier mes profs; pôv Mamzelle Bonin, qui m’avait envoyé réfléchir au bureau du Directeur parce que j’avais osé lui tenir tête en affirmant que « charger » et « attaquer » peuvent avoir le même sens. Elle avait 19 ans et c’était une reine de beauté. C’est le Directeur qui est venu lui dire que le p’tit avait raison…

    Non seulement ai-je lu davantage que 99% des mortels, j’ai surtout la capacité de « retenir » et de classer dans mon disque dur interne l’essentiel du contenu de mes lectures. Le terme « manga », je ne l’ai pas revu depuis que mes enfants ont quitté le nid familial il y a une quinzaine d’années. Mais quand je l’ai vu apparaître parmi les 33 questions, j’ai ouvert le bon tiroir et trouvé LA réponse. Spontanément. Par contre, un Prix Nobel de 85 ans et avec pas d’enfants, malgré ses trois doctorats et demi, aurait probablement échoué ce test.

    À vrai dire, avant d’ouvrir les questions et sachant que les universitaires avaient obtenu 54%, je m’étais dit en toute humilité qu’un score de 90 à 100% était à ma portée.

    Je maudis Clara Hughes! Quant à Pluton, ça m’apprendra à vouloir toujours chercher la réponse derrière la réponse…

  4. Désolé papitibi et objecteur, vous faites des racourcis assez tendancieux, l’éducation aide, mais ce n’est pas le seul facteur. Mes grand parents n’était pas instruit aux sens classique du terme mais étaient assez curieux qu’ils ont développé. De plus il n’est pas rare de voir des universitaire (toute dicipline confondu) être totalement incompétent lorsqu’il quitte leur domaine. De plus ce n’est pas un problème proprement québecois. En fait c’est une remarque très communes le national post à sortie un article similaire et les médias état-uniens publie ce genre d’article régulièrement.

    Toutefois, il faut prendre ceci avec un très gros grain de sel. L’article de la presse à une faute fondamentale, elle évalue les connaissances générals de la même façon que des connaissances académiques. Les connaissances générals sont aquisent par l’expérience, les points d’intérêts et l’environnement où la personne évolue, ce qui a pour résultat que les connaissances générals sont aussi variés que le nombre d’individue. Si on veut que la population ait des connaissances précise en géographie, histoire, etc , il faut l’enseigner c’est incontournable.

    Pour finir, je vous invite à lire socrat pour remettre les choses en perspective.

  5. @ Alain

    Point de vue intéressant… mais je vais quand même exprimer quelques bémols.

    « Si on veut que la population ait des connaissances précise en géographie, histoire, etc , il faut l’enseigner c’est incontournable. »

    J’ai pour ma part été coupé de tout contact académique avec le domaine des sciences et des arts après mon Secondaire. Je n’ai jamais reçu de cours de médecine, de sciences infirmières ou de génie… mais rien n’y paraissait quand je contre-interrogeais un obstétricien, un neuro-chirurgien ou un spécialiste des causes d’incendie.

    Par contre, j’ai appris à apprendre. Et entre autres, j’ai beaucoup appris de ma collection de timbres, de mes recherches en généalogie, de mes visites en dilettante dans les musées, de la lecture des journaux ou de mes déplacements au delà des frontières de ma région. Pour tout dire, il n’y a aucune activité à laquelle je m’adonne et dont je ne sais pas tirer parti. Sauf, peut-être, mes heures de sommeil…

    « il n’est pas rare de voir des universitaire (toute dicipline confondu) être totalement incompétent lorsqu’il quitte leur domaine. »

    La majorité des universitaires sont incapables de sortir de leur domaine d’études ou de recherches. Par contre, observez Joseph Facal quand il participe au quizz final de Bazzo.TV; il sait TOUT. T-O-U-T, TOUT! Et sa réponse est vive comme l’éclair. A-t-il étudié dans chacun de ces domaines où il possède toutes les réponses? Bien sûr que non.

    Sauf que… il a développé le sens de la curiosité intellectuelle.
    Et ça, aune université ne l’enseigne. Aucun collège n’a inscrit cette matière à son programme.
    Par contre, il existe des professeurs qui savent communiquer leur passion – peut-être pas à tous leurs élèves ni même à une majorité de leurs élèves, mais à un ou deux chanceux.

    Des profs comme ça, j’en ai eu en littérature, en socio, en histoire et en psycho. En fait, c’est peut-être moi qui ai su retirer de leur cours bien plus que leur enseignement, je ne sais pas.

    Ce que je sais, par contre, c’est que j’ai eu un père d’une intelligence remarquable, qui n’a jamais rien pris pour acquis. Un père qui faisait entrer à la maison TOUS les journaux publiés à Montréal, en anglais et en français, et des revues comme Cité Libre, Liberté, L’Actualité/Le MacLean. Bien que détenteur d’un brevet d’enseignement qui lui aurait permis d’enseigner, il a gagné sa vie comme conducteur de tramway, agent d’assurance et « ajusteur d’assurance » (expert en sinistre), avant de terminer sa carrière à la bibliothèque des HEC.

    Joseph Facal, by the way, c’est un peu comme la réincarnation de mon moi-même.

  6. Cher papi, si je vous comprends bien: « vous me demandez de me faire voir plus souvent… » 🙂

    Un peu plus sérieusement; si je continue à lire régulièrement votre blogue, je commente par contre rarement c’est vrai.

    C’est qu’imaginez-vous donc mon cher papi, parce je suis actuellement en plein « rush de session universitaire »… En effet, en raison d’une réorientation professionnelle tardive, découlant d’un accident de travail, j’ai débuté en septembre des études supérieures -à un âge qui est plus proche de la Liberté 55 que du bal des finissants, mettons-, ceci expliquant un peu cela, je manque de temps…

    Bref, c’est du gros « stock » pour l’autodidacte doté d’un bon disque dur, mais ne maîtrisant pas les techniques de lecture rapide, que je suis…

    De l’intelligence, de la cognition, on sait qu’elle revêt différentes formes. Ceci dit les connaissances générales essentielles à l’arrimage d’une pensée et d’un jugement critique, sans la connaissance de certains faits, on aura beau en être capable: les liens ne se feront pas par faute de connaissances ou dit autrement par pénurie de liens justement. L’avocat, le fermier, l’électricien ou le commis à la caisse enregistreuse ne se résument pas à leur rôle et/ou leurs tâches, comme on tente souvent de le faire croire, l’aptitude de faire des liens se cultive et se développe, et c’est par elle surtout, à mon humble avis, que nous devenons au final ou pas, des sujets critiques… De sorte qu’il y a certes un lien à faire entre la maîtrise ou non des connaissances générales, dans la mesure où celles-ci apporte de l’eau au moulin de notre pensée critique… bref, il y a sans doute d’excellentes raisons qui font que les pays de l’OCDE affichent des taux consternants d’analphabétisme fonctionnel…

    Cordialement papi,

  7. @ M. Bernard Leblanc,

    Merci, pour le test. C’est toujours intéressant.

  8. @ M. Alain Chicoine,

    Désolé, que vous perceviez dans mon propos quelque chose de tendancieux. Je n’essaie pourtant pas de vendre une idée ou de prendre parti; je me contente de faire un lien entre l’absence de connaissances générales chez certains et certaines de nos concitoyens et la portée de leur absence sur la pensée critique de l’individu -comme le soulève notamment Normand Baillargeon-, et comment un tel état de fait a des impacts… notamment dans l’élection de certains gouvernement. C’est tout.

    Je crains qu’un programme politique, la plate forme d’un parti -quel qu’il soit- commande une certaine compréhension du texte, des concepts, des enjeux, etc… et qu’en l’absence d’outils nécessaires: le langage, les idées, on se rabats sur autre chose.

    L’analphabétisme fonctionnel est un fait avéré qui comporte son lot de conséquences; ainsi, une compréhension limitée du langage affecte-t-elle la compréhension et agit sur la décision au moment du vote par exemple exposant l’électeur au jeu de la séduction primaire et l’amène à choisir en conséquence.

    Les connaissances générales ont leur utilité et elles viennent s’ajouter à l’intuition, aux perceptions ainsi qu’à l’expérience que vous évoquez. Elles ne devraient pas, par contre, se substituer l’une à l’autre, mais plutôt, à mon avis, composer un tout référentiel, ni plus ni moins.

    Enfin, je ne crois pas que l’éducation règle tout en fait et je pense la curiosité essentielle en ce qu’elle introduit la nécessité et la pertinence de la maîtrise de certaines connaissances générales, utiles quant à elles pour alimenter notre pensée critique comme je le disais… Et puis, si elles gagnent à être enseignées et transmises dans un contexte scolaire, rien ne devrait limiter l’acquisition des connaissances et l’assouvissement de notre curiosité, à la seule école.

    Espérant, que cette mise au point aura été éclairante et aura dissipé tout malentendu.

    Cordialement,

  9. @Papi

    « Joseph Facal, by the way, c’est un peu comme la réincarnation de mon moi-même. »

    Je trouve que vous avez les doigts bien actif sur un clavier pour un « réincarné »

    😉

    Je suis d’accord sur l’importance de développé sa curiosité, mais le problème est que ce n’est pas tout le monde qui bénéficie du même départ. Vous et moi avons été choyer. J’ai eu mes première leçon d’histoire à l’âge de cinq ans sur les genoux de ma mère en plus d’être stimuler de tout bord tout côté dans des domaines variés. Toutefois ce ne sont pas tout les enfants qui ont cette change et les probabilités qu’un jeune en absence de stimulation développe sa curiosité est plutôt faible.

    Néanmoins ce que je trouve le plus urgent c’est d’apprendre des méthodes d’analyse, la logique, la méthode scientifique et surtout le doute. Les gens se font mené en bateau par les politiciens homme d’affaire et vendeur à cause qu’il ne se posent pas assez de questions.

    Néanmoins voici un bon point de départ:

    http://www.lazarus-mirages.net

    Ps. si vous pensé que je suis un sceptique, laissé moi disperser vos doutes.
    Je suis un sceptiques.

  10. @Objecteur Conscient

    Désolé si je vous ai donné l’impression de vous accusés ce n’était pas mon objectif. Je suis d’accord avec vous sur le manque de connaissance d’ordre politique, historique et géographique de nos concitoyen. Mais que voulez -vous on est à l’étape d’une civilisation ou l’attention est orienté vers le pain et les jeux.

    Toutefois, je vous inviterais à faire preuve de prudence avec le contenu des médias. Ce genre de nouvelle est assez sensationnaliste et exploite une notion qui a une définition assez suggestive.

    Pour ce qui est de l’analphabétisme fonctionnel, la encore j’ai plusieurs interrogation; notamment sur les critères utilisés et surtout sur la méthode utilisé pour évaluer les performance face aux critères. Je ne dis pas quelle n’existe pas, mais que je ne sais pas quelle définition est en cours dans cette affirmation.

    Pour te donné de la matière à pensé j’ai une petite question, qu’est-ce que une connaissance général?

    PS. Pour pouvoir continuer j’ai été voir ce test pour être sûr de quoi je parle et j’ai eu le pathétique résultat de 67% (J’aurais aimé avoir aux moins 80%) Je me suis planté en grande partie sur le sport et les arts et deux fautes particulièrement stupides ou j’ai mêlé récession avec dépression et les lumières avec la renaissances (vraiment, ma mère va sens doute me trucidé bientôt) ;). Par contre j’ai bien performé en politique, histoire (exception de la faute), en science appliqué et l’actualité. Néanmoins je m’assume et je maintiens ma position initial sur se test. 23 question ne donne qu’une vision très étroite de la culture. Donc aujourd’hui j’ai appris que je ne répondais qu’à 67% des critères de la presse pour définir la culture.

  11. @ Alain,

    Merci pour la réponse et heureux que les doutes soient dissipés; en ce qui a trait à une définition de ce que l’on appelle « connaissances générales » permettez-moi d’essayer de répondre…

    Alors, j’y vois un certain nombre de choses; histoire, géo, politique, philo, religion, socio… Bref, l’éventail de ce que l’on résume habituellement par les sciences humaines. Appartenant aussi aux connaissances générales je pense aussi aux sciences dites pures; astronomie, maths, physique, chimie, bio, etc… L’on pourrait aussi y ajouter tout ce que j’oublie, de même que ce que l’on associe habituellement aux arts, cinéma, musique, théâtre… c’est vaste j’en conviens. Enfin, on peut aussi y ajouter le sport amateur et professionnel…

    En gros pour moi ce serait ça; par ailleurs je crois humblement que l’on en sait jamais trop.

    ===

    Les intérêts
    —————-

    Quant au test lui-même, vous le relevez, il n’est pas neutre. Il reflète une certaine vision des choses, de même qu’il dessert un certain discours ou dit autrement: des intérêts certains. Par exemple: il confortera certaines personnes dans la façon même dont ils se perçoivent, les rassurant du coup sur leurs valeurs, etc… Je ne prétends pas que c’est ainsi que tout le monde ressort d’un tel test, mais il y en a qui verront là matière à conforter leur vision élitiste, etc.

    Sur l’analphabétisme fonctionnel
    ——————————————-

    Il existe en effet des grilles d’analyse, des tests -tout aussi neutres- qui font ressortir la compréhension, la capacité à faire des liens, etc. Il y a quelques années par exemple Statistiques Canada avait mené une enquête où à partir de la lecture de deux textes, le lecteur était invité à faire un choix, qui devait ensuite s’appuyer sur des arguments qui étaient présents dans les textes eux-mêmes. L’histoire à l’origine avait été racontée par Pierre Foglia qui nous informait de l’enquête, de la méthodologie et… des résultats.

    Les deux textes traitaient de couches; dans le premier on vantait les vertus de couches non jetables, tandis que le second lui louangeait les couches jetables. À la fin, il n’y avait ni bonne ou mauvaise réponse, le lecteur sondé faisait son choix et étayait ses arguments… Le résultat fut si mauvais, qu’ils adoptèrent en cours de route une autre approche méthodologique et visant simplement à mesurer la compréhension des participants et délaissant l’argumentaire… Au final, dans une proportion qui excédait 40%, les participants ne pouvaient pas faire plus que de lire et comprendre une étiquette disant: prendre un comprimé matin et soir (comme on peut le lire sur l’étiquette de la petite bouteille plastique remise par le pharmacien) sur une bouteille de pilules… Donc, au delà de cette simple posologie près de 40% des répondants ne comprenait pas le message (…).

    Être ainsi incapable de dépasser, de comprendre, de décoder, de faire sens du message: « prendre un comprimé matin et soir », disqualifiait d’emblée bon nombre de personnes qui du coup démontrait leur incapacité à saisir des contenus variés et/ou complexes, ce qui ne manque pas d’être préoccupant lorsqu’on pense à la portée de l’inaptitude à décoder et comprendre de bon nombre de nos concitoyens. Ce qui je l’avoue me semble préoccupant, dans la mesure où il est beaucoup plus facile de tromper ceux qui ne comprennent pas plus loin qu’un message aussi élémentaire que « prendre un comprimé matin et soir ». Cet état de fait est connu des décideurs et nous éclaire sur le ton qui est donné à plusieurs débats…

    Je vous laisse faire les liens, mais vous admettrez, je crois, que la situation est préoccupante de manière implicite autant qu’explicite et que l’on devrait pouvoir faire mieux autant individuellement que collectivement que « prendre un comprimé matin et soir »…

    Désolé, pour cette réponse bien trop longue mais je trouve le sujet trop important pour le traiter à la va vite… et il y a aussi que je trouvais important de vous répondre et de bien éclaircir ce dernier point.

    Bonne nuit,

  12. La culture générale: de kossé?

    Je dirais, finalement, que c’est la somme des connaissances dont on a pas besoin pour gagner sa vie mais qui peuvent meubler une conversation sinon même séduire une fille…

    Le test La Presse Plus est forcément très incomplet. La capacité à identifier la Place St-Marc à Venise ou un élément du patrimoine mondial à la seule vue d’une image, ça aussi, ça fait partie de la Grande Culture. Tout comme la capacité à identifier laquelle, parmi les 10 images proposées, est la représentation d’un Delacroix, d’un Breughel ou d’un Cézanne. Ou encore, la capacité d’identifier une pièce musicale qui appartient au grand répertoire classique. Ou d’identifier une grande voix… Ou le chant d’un oiseau…

    Mon ex #2 a beaucoup, mais alors beaucoup voyagé. Et comme tous les grands voyageurs, elle a ses endroits de prédilection. Venise, par exemple, où elle s’est rendue au moins six fois. Et moi, jamais…

    Nos tout premiers pas amoureux, elle et moi, c’était à la National Gallery, à Ottawa. Évidemment, nous n’avançons pas au pas d’oie et au même rythme devant les grands chefs d’oeuvre; j’arrive quelques instants avant elle devant une immense toile. Place St-Marc, de chuchoter le Papitibi. Tu confirmes?

    Eh bin non, elle ne confirme pas. Elle nie. Tu sais, j’y suis allée six fois. Et toi? Et puis, on s’approche de la petite plaque de 6cm x 15cm qui identifie le peintre, l’année… et la Place St-Marc! Wouha ha ha!

    Hum… Petit moment de malaise entre nous! Mais diantre, que s’était-il donc passé? Il s’est passé que le jeune Adotibi – si je puis l’appeler ainsi, ne passait jamais un mois sans visiter un Musée montréalais et y passer de longues heures. Entre mes visites au Musée, il y avait des heures de lecture et de « réflexion contemplative » des ouvrages d’art que nous avions à la maison, dont l’Art et l’Homme (trois grands volumes Larousse sous la direction de René Huygue, l’ancien Conservateur du Louvre).

    Partout où mes pas et un aéroplane m’ont mené, j’ai « fait » les musées. Et ce que je vois, j’ai – et j’ai toujours eu – la capacité de l’enregistrer sur mon disque dur interne.

    Mes 140 ou 150 jours sur les terrains de l’Expo Universelle (Expo 67, qui dura 6 mois); il n’y a aucun « exhibit » que je n’ai pas vu à Expo 67. L’événement était majeur; je pouvais m’y rendre à pied, depuis MON Platôôô. Il n’y aura plus jamais rien de tel en Amérique du Nord, et je compte parmi les plus grands bénéficiaires de toutes ces merveilles. Alléluia!

    = = =

    Quand il avait 15 ou 16 ans, mon fils cadet trippait sur Nirvana pendant que moi je planais sur la voix cristalline de Maria Callas et l’opéra de Puccini ou de Verdi. Ton Biiitovune pis ton Mozôrre, c’est pas meilleur que Nirvana, qu’il me disait, pis ça va durer aussi longtemps. Jusqu’au jour où il s’est mis à écouter Schubert avec ses chums gratteux de guitare: P’pa, t’en as-tu, toé, du Schu… L’un des autres avait complété: Schubert.

    Bin oui, j’en avais.

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s