15 commentaires sur “La montréalisation de l’information: mythe ou réalité?

  1. Chose certaine, le Téléjournal de RDI et R.-C. porte beaucoup plus attention à ce qui se passe à Montréal que dans nos régions. De plus, ce bulletin de nouvelles, qui diffuse environ une demi-heure d’information pour une émission de soixante minutes, ne porte pas beaucoup d’attention à la scène internationale. Lorsqu’on le compare à BBC, ça fait vraiment pitié.

    Et c’est quoi cet entêtement à nous présenter des capsules artistiques pendant 10 minutes? Et le sport? Et deux séances de prévisions météo?

  2. lutopium,

    Vous avez mis les doigts sur plusieurs bobos, à la télé et à la radio, à tout le moins.

    Pour les hebdos régionaux, ça ne se passe pas trop mal.

    Il faudrait que les réseaux de télé fassent comme CBC et laissent aux journalistes locaux un temps d’antenne pour commenter la nouvelle locale, comme cela se fait à Montréal avant ou après les nouvelles nationales provenant des studios de Toronto…

  3. Comment peut-on parler d’information sans mentionner Le Devoir ? Le Devoir serait Montréal-centriste ? Je pense pas.

    Pour les feuilles de choux, je ne les lis pas. Parfois je les diagonalise avec un trou de beigne chez Tim Harper. 😉

    Jean Émard

  4. Les gaz de schistes, le nouveau Colisé à Québec sont omniprésent dans les médias et ne sont pas des sujets Montréalais.

    Ceci étant dit je suis tout à fait d’accord pour une meilleure couverture des régions dans nos nouvelles.

    Jean Émard

  5. J’étais persuadée que tout cela était un mythe, une légende répétée inlassablement par les consanguins…

    Moi, tout ce que je voudrais savoir de ma localité, c’est si je peux ou non boire l’eau du robinet, si le maire est con, le reste, M Roger Langlois qui a survécu à son cancer, ça ne m’intéresse pas.

  6. « Il ne tient compte que des seuls marchés desservis par des journaux régionaux de la famille Gesca, comme si le Québec des régions se limitait à ces seuls marchés. » papitibi

    ===

    Pour être équitable, il faudrait aussi mentionner les deux arguments qui suivent dans les paragraphes suivants: 1- l’enquête de la FPJQ et 2- l’étude de la CEM.

    Jean Émard

  7. Il y a une concentration des médias et donc des journalistes dans une ville comme Montréal, parce que la majorité des évènements et ce dans toutes les sphères de la société s’y déroulent.
    Il se passe très peu de choses dans les régions, ou si parfois quelque-chose d’important se produit et qui touche une bonne partie de la population québecoise, alors-là , on retrouvera un résumé dans les pages du centre ou parfois même plus loin.
    Il est vrai que la concentration des « reporters » dans la région montréalaise, fait en sorte que les régions éloignées se sentent un peu délaissées et incomprises.

  8. @Carbo43

    Admet-tu que les gaz de schistes qui est une question importante mais plutôt « régionale » que Montréalaise, à été couverte en détails par les médias ?

    Jean Émard

  9. La question de la «montréalisation» de l’information me laisse toujours perplexe. D’un côté, je suis d’accord. Il est indéniable qu’il y a une forte concentration de la nouvelle à Montréal. De l’autre, je ne suis pas vraiment sûr de ce que veulent les gens de l’extérieur de Montréal.

    Par exemple, les gens des Îles-de-la-Madeleine veulent-ils vraiment plus de nouvelles de l’Estrie ? Et celles de la Mauricie, plus de nouvelles de la Côte-Nord ? Je pourrais continuer comme cela longtemps, il y a 17 régions administratives au Québec… Et plusieurs considèrent vivre dans une sous-région, comme les gens du Lac qui trouvent sûrement qu’on parle trop du Saguenay ! En fait, les gens voudraient qu’on parle d’eux…

    J’habite le Plateau, et pourtant je ne trouve pas qu’on parle de moi quand on parle du Plateau. Je ne suis pas du tout intéressé quand on parle des artistes (profession de moins de 5 % des travailleurs de ce quartier) et des 221 journalistes qui y habitent… Les 95 % d’autres habitants subissent les quolibets de plein de gens à cause de cette popularité… Il y a plus de 100 000 habitants sur le Plateau, 7 fois plus qu’aux Îles-de-la-Madeleine, plus que dans toute cette région (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine) et à peine 30 % de moins que dans toute l’Abitibi-Témiscamingue… Connaissez-vous l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville ? Plus de 125 000 habitants, à peine 15 % de moins qu’en Abitibi-Témiscamingue… Quand en parle-t-on aux nouvelles ?

    Bref, oui, on parle sûrement trop Montréal aux nouvelles, mais il y a bien d’autres lacunes à dénoncer, comme l’a mentionné d’entrée de jeu Lutopium. Moi, je ne les regarde plus à la télé parce que j’y entends bien trop de faits divers et d’anecdotes. Quand elles sont dans le journal, je n’ai qu’à passer à la nouvelle suivante, ce qu’on ne peut pas faire à la télé. Je m’ennuie presque des nouvelles que j’écoutais lors de la dernière grève des journalistes de Radio-Canada…

    Et oui, j’avais lu avec intérêt des articles sur la manifestation à Ville-Marie avant de lire le billet de Papitibi, ai entendu parler des manifestations contre l’uranium sur la Côte-Nord et de la démolition de l’hôpital de Baie-St-Paul ! Par contre, j’ai sauté tous les articles sur les poulets du Plateau !

  10. Pingback: la barbe. – «L’information régionale ne serait pas menacée»

  11. Merci, Darwin. J’ai transmis le lien à quelques Témiscamiens de chousse!

    J’ai connu autrefois, à l’ancien Tribunal de l’expropriation, un agronome du nom de Marc Laforce; il était assesseur et siégeait en tendem avec l’un ou l’autre des juges Savard, (André) Deslongchamps, Dussault et (Paul) Trudeau. C’est en l’honneur de son père à lui que le village de Laforce a été ainsi baptisé.

    J’ai rendu quelques décisions qui concernaient des résidents de Laforce; les témoignages que j’avais entendus confirmaient la dégradation constante des ressources que pouvait offrir cette communauté vieillissante à ses habitants.

    Laforce, Moffet, Latulipe et Belleterre sont situées dans la partie Est du Témiscamingue, à l’écart des grands axes routiers et très loin de la route 101 qui relie Rouyn-Noranda à Temiscaming en longeant la frontière ontarienne. Au sud de la ville de Temiscaming, il n’y a plus de route au Québec, il faut traverser en Ontario pour aller du Témiscamingue au Pontiac. Dire qu’au début de la colonie, le Palais de justice était situé à Campbell’s Bay, dans le Pontiac; les gens devaient donc passer par l’Ontario, de Thorne jusqu’à Pembrooke, avant de revenir au Québec et d’aboutir dans le Pontiac.

    Depuis des décennies, l’Est du Témis se bat pour être relié à Val d’Or ou encore, en passant plus au sud, à la Route 117 à la hauteur de la Réserve faunique La Vérendrye. Il y a déjà des chemins forestiers. À terme, ces 4 communautés vont s’éteindre; il n’y a plus d’emplois non agricoles. La mine de Belleterre a fermé il y a plus de 50 ans (c’est le sous-sol de l’Abitibi qui est riche, pas celui du Témis) et la forêt, ouin. Quant au tourisme, faute d’être accessible, cette partie du comté n’en reçoit pas beaucoup.

    On ouvre des terres à la colonisation, à des fins d’occupation du territoire ou d’exploitation de la ressources. Quand il n’y en a plus, le gouvernement se désengage et laisse les populations s’étioler et mourir.

    Ça fait chier!

  12. Pingback: «L’information régionale ne serait pas menacée» | BARBARE

Et... vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s